Pavillon de chasse de Stupinigi

Le pavillon de chasse de Stupinigi (Palazzina di caccia di Stupinigi), voulue par le roi Victor-Amédée II de Savoie, est un des deux chefs-d’œuvre baroques de l’architecte Filippo Juvarra (1729-1733), qui fait partie de l’ensemble des résidences royales de la maison de Savoie en Piémont (classées par l’UNESCO).

Ce pavillon de chasse est situé sur le territoire de Stupinigi frazione de Nichelino -anciennement Suppunicum, dans le sud-ouest proche de Turin.

Petit fortin de défense du territoire de Moncalieri, des seigneurs du Piémont, la propriété passe aux Savoie quand leur filiation s’éteint en 1418. Amédée VIII de Savoie la confie, en 1439, à un marquis de la famille, Pallavicino de Zobello, et en reprend possession lorsque Emanuele Filiberto la réclame en 1564.

Pour la volonté du duc, le château et les terres adjacentes sont laissés en pleine propriété à l’ordre Mauricien. Siccome, le Grand maître de l’Ordre, chef de la Maison Savoie, gère directement pour elle le domaine et les terres adjacentes deviennent un lieu de chasse régulier, pour les battues de chasse des ducs.

Victor- Amédée II de Savoie décide la transformation en un hôtel particulier digne de la figure royale. En 1729, il confie le projet à Filippo Juvarra. Il faut attendre le règne de Charles-Emmanuel III pour que l’hôtel particulier soit aménagé). Le pavillon de chasse est inauguré le 5 novembre 1731.

La construction s’agrandit pendant les règnes de Charles-Emmanuel III et de Victor-Amédée III avec la contribution d’autres architectes, parmi lesquels Giovanni Tommaso Prunotto qui devient superintendant des travaux. Benedetto Alfieri projette deux nouvelles ailes en 1739 et les réalise vers 1759. Elles reçoivent les écuries et les remises agricoles.

Napoléon 1er y séjourne, du 5 au 16 mai 1805, avant d’aller à Milan ceindre la Couronne De fer. Durant cette période, il fut également le siège de la XVIe cohorte de la Légion d’honneur. Il abrite également Pauline Bonaparte et son époux, le prince Camille Borghèse pendant son règne en Italie.

Vers 1832, le palais redevient la propriété de la famille royale et il accueille des bals, des concerts, des banquets, des visites d’Etat et est fréquenté régulièrement jusqu’au début du XXème siècle. Propriété de l’État en 1919, le domaine est rendu en 1925, avec les terrains environnants, à l’ordre des Saints-Maurice-et-Lazare, propriétaires des terrains depuis 1573.

Devenu aujourd’hui lieu d’expositions temporaires et le siège du Musée des Arts et de l’Ameublement, y sont exposés les objets de décoration originaux exécutés par les artistes et les artisans les plus importants du Piémont.