Paire de lampes en céramique couleur Bleu de Perse

Paire de lampes en céramique émaillée Bleu de Perse de Theodore Deck, par Sèvres et Charles Ficquenet, 19ème siècle
Les vases de forme balustre en faïence émaillée bleue à décor de dragons. Monture en bronze doré, les côtés avec des anses en têtes d’éléphants. Signé Ficquenet, Sèvres et marque GA pour la Maison Gagneau.

Paire de lampes bleu de Perse, par Sèvres et Charles Ficquenet, 19e Siècle. (c) Le Brun Antiques & Works of Art, Proantic

La Maison Gagneau, bronzier et fabricant de luminaires, est fondée à Paris en 1800 et connue pour avoir travaillé avec Theodore Deck. Elle passe du 25, rue d’Enghien au 115 rue Lafayette. La Maison est célèbre durant tout le XIXème siècle et participe aux Exposition des Produits de l’Industrie, aux Expositions Universelles et fera même partie du jury dans la catégorie «Bronzes» lors de l’Exposition Universelle de 1889.

Paire de lampes bleu de Perse, par Sèvres et Charles Ficquenet, 19e Siècle. (c) Le Brun Antiques & Works of Art, Proantic

Le bleu de perse de Theodore Deck

Théodore Deck, c’est d’abord un bleu qui porte son nom. Un bleu superbe, opaque et moins vitrifié, aux vibrations encore inconnues, dont la qualité principale est de modifier sa nuance en fonction de l’épaisseur. Cette couleur turquoise vaut au céramiste d’être récompensé en 1861 à l’Exposition universelle des arts industriels de Paris.

Paire de lampes bleu de Perse, par Sèvres et Charles Ficquenet, 19e Siècle. (c) Le Brun Antiques & Works of Art, Proantic

C’est un tesson provenant de Perse qui le met sur la piste de ce bleu évocateur. Il l’analyse et découvre que sa composition est complétement différente de ce que l’on produit alors en Europe. Il retrouvera la formule permettant d’obtenir cette couleur intense à la jonction entre le bleu turc, le bleu persan, le bleu égyptien et le bleu chinois, une teinte d’un turquoise profond.