La lampe à huile

La lampe à huile est sans doute le plus ancien système d’éclairage à avoir été utilisé par l’homme. Les premières lampes à huile, qui datent d’environ 20.000 ans avant J.-C., étaient de simples pierres évidées puis remplies d’huile végétale dans laquelle trempait une mèche. On pense même que ce type de lampe était connu des hommes des cavernes.

Ce système évolua ensuite selon les pays et les époques : dans l’Antiquité, les Grecs utilisaient des lampes en terre cuite pour leur usage quotidien et des lampes en bronze décorées pour les cérémonies.

Grande Paire De Lampe à Huile En Faïence De Blois Et Bronze Doré. (c) Antiquités Art et Lumières, Proantic
Grande Paire De Lampe à Huile En Faïence De Blois Et Bronze Doré.
(c) Antiquités Art et Lumières, Proantic

En 1750, la lampe à huile éclairait imparfaitement, fumait plus que l’on aurait désiré et s’éteignait trop souvent.  Au XVIIIème siècle, des améliorations ont été apportées aux lampes à huile afin de stabiliser la flamme et d’offrir un meilleur éclairage. Les lampes à huile deviennent alors plus complexes et se rapprochent de la lampe à pétrole qui sera utilisée au XIXème siècle.

Lampe à Huile à Modérateur, Milieu 19ème. (c) Antiquités Art et Lumières, Proantic

Les progrès de la lampe à huile à partir de 1780

La lampe à huile a toujours connu deux difficultés : les huiles, toujours trop visqueuses, peinent à monter dans la mèche par capillarité  ; la mèche tend à charbonner et à s’éteindre.

Les progrès vont être déterminants à la fois dans la mécanique et dans l’amélioration des mèches et brûleurs.

  • Le chimiste français Joseph Louis Proust  invente vers 1780 la lampe à huile à réservoir latéral : l’huile, située en hauteur par rapport au bec, est poussée vers le bec par son propre poids.
  • Le physicien et chimiste suisse Aimé Argand  invente, en 1782, la mèche cylindrique et la cheminée de tôle, puis de verre. Associé à Lange (ou L’Ange), un autre inventeur, il produit une lampe connue sous le nom de « lampe d’Argand ».
  • Le pharmacien Antoine Quinquet, en 1784, rassemble ces trois innovations dans la lampe qui porte son nom, montée sur une tige. Cette lampe est bien au point et restera d’usage courant jusqu’à l’avènement du pétrole.
  • La lampe Carcel , à partir de 1800, est plus compliquée et coûteuse : elle comporte un mouvement d’horlogerie et une pompe pour faire monter l’huile. Le réservoir n’est plus latéral : il est maintenant sous le brûleur.
  • Isaac-Ami Bordier-Marcet, successeur d’Argand, crée en 1809 la lampe »astrale »à réservoir plat disposé autour du brûleur.
  • Enfin, la lampe à modérateur, en 1837, reprend le principe de la mécanique à piston, mais se voit adjoindre une aiguille mobile régulatrice
Paire de Lampes à Huile, XIXème.  (c) Antiquités Garnier, Proantic.
Paire de Lampes à Huile, XIXème.
(c) Antiquités Garnier, Proantic.

Toutes ces lampes, à cause de leur perfectionnement, réclament un entretien important. Il faut les remplir et les nettoyer, en évitant de se salir, régler ou changer les mèches, etc….Ce furent les derniers progrès concernant les lampes à huile. Mais elles ne disparaissent définitivement, comme élément d’éclairage, que vers 1940 car elles persistaient encore dans le monde paysan…