Ferdinand Levillain, le graveur, médailleur du style antique.

Depuis la découverte de Pompéi et Herculanum au début du XVIIIe, de nombreux artistes et courants artistiques ont réinterprété les dogmes et les traits majeurs de l’esthétique de l’art et de l’artisanat antique. Ferdinand Levillain a su porter à un niveau d’excellence jamais atteint ses productions de style antique. Ferdinand Levillain (1837 – 1905) est un artiste ornemaniste, sculpteur et médailler qui s’inspire des scènes et modèles à l’antique. Il a conçu notamment de nombreuses coupes, coupelles, vases et luminaires.

Vide-poche néo-Grec
signé Ferdinand Levillain et Ferdinand Barbedienne.
(c) Galerie N°4, Proantic

Il suit l’enseignement du sculpteur Jouffroy (1806-1882), avant de faire ses débuts en 1861 au Salon des Artistes Français, où il expose jusqu’en 1903. A l’Exposition Universelle de 1867 à Paris, il se fait remarquer pour avoir réalisé une coupe en bronze de style néo-grec. Cependant, c’est à partir de 1871, que Levillain connaît la renommée, grâce à son association avec le célèbre bronzier Ferdinand Barbedienne. Il expose dès lors sur ses stands des lampes, coupes, amphores et autres candélabres créés dans le style grec.  Cette collaboration entre Levillain et Barbedienne durera de 1871 à 1878.

Paire de vases en Bronze à l’Antique, F. Levillain.
(c) Bernard Franco Antiquités

Ferdinand Levillain est aussi un collaborateur de la manufacture de Sèvres pour laquelle il réalise de nombreux médaillons et médailles, la plupart de ces médailles sont encore visibles, notamment au Louvre, à Orsay ou au Musée des Beaux Arts de Angers.

Il fait un triomphe à l’Exposition Universelle de Paris en 1878, en remportant à l’unanimité une médaille d’Or pour ses œuvres de style antique. Après avoir reçu une médaille de 1ère classe au Salon de 1884 pour une coupe intitulée « Les Eléments, les Mois et les Saisons », il remporte une médaille d’Argent à l’Exposition Universelle de 1889. Plusieurs oeuvres de Ferdainand. Levillain  figurent dans les collections du musée d’Orsay.

Coupe en Bronze Levillain/barbedienne,1879.
(c) Rococo Antiquités, Proantic.

Sous le Second Empire, ce style que l’on qualifiait indifféremment de néo-grec, , de néo-pompéien se manifesta surtout dans le domaine de la porcelaine et dans celui des arts du métal, et tout particulièrement sur les bronzes d’ameublement. Un artiste comme Ferdinand Levillain demeura toute sa vie passionné de l’Antiquité classique.