Dames de qualité et guirlande de fleurs.

Cette paire de tableau propose dans la tradition flamande du médaillon entouré d’une guirlande ou d’une couronne de fleurs, le portrait de dames de qualité.

Généralement le médaillon représente une scène religieuse ou une sculpture et est réalisé par un artiste alors qu’un second peintre peint les fleurs (Jan Brueghel de velours et Erasme Queslin par exemple ou encore Jean Baptiste I Belin de Fontenay et Daniel Seghers, pour ne citer qu’eux).
D’autres réalisent l’ensemble de l’oeuvre (Andries Danielsz, Justus van Egmont).

Portrait de dame de qualité, suiveur de Justus van Egmont. (c) Galerie PhC, Proantic

Par la suite, au sujet religieux s’est ajouté le portrait, le plus souvent féminin mais aussi d’enfants (Justus van Egmont, Carlo Maratta, Jean Baptiste I Belin de Fontenay…)

Provenace: château de Monthyon

Justus van Egmont (1601; 1674)

Né dans les Provinces Unies, Juste d’Egmont suit sa mère à la mort de son père et part s’installer à Anvers. Il devient l’élève de Gaspard van den Hoecke et entame en 1618 un voyage en Italie. À son retour en 1620, il entre à l’atelier de Pierre Paul Rubens pour qui il réalise une Cène pour la cathédrale de Malines et collabore au cycle de la Vie de Marie de Médicis pour le Palais du Luxembourg à Paris. En 1628, il devient maître de la guilde de saint luc de la ville.

Portrait de dame de qualité, suiveur de Justus van Egmont. (c) Galerie PhC, Proantic

Rubens quittant Anvers pour l’Espagne, il choisit de poursuivre sa carrière en France. Il collabore à des peintures décoratives dans l’atelier de Simon Vouet à Paris et réalise de nombreux cartons pour des tapisseries. Il devient peintre des des princes de condé puis des Orléans. Il devient enfin peintre officiel de Louis XIII puis de Louis XIV.

Il se spécialise alors dans le portrait de grands du royaume. En 1648, il participe à la fondation de l’ Académie royale de peinture et de sculpture avec douze autres peintres.
En 1649, il semble retourner aux Pays-Bas espagnols et est présent à Bruxelles où il réalise alors un très grand nombre de cartons pour les tapisseries de la ville, puis à Anvers en 1653.