Surimono, trésors de l’estampe japonaise

La collection d’estampes japonaises de la fondation Georges Leskowicz est l’une des plus impressionnantes qui soit en Europe. Comportant plus de 1800 pièces, elle offre un panorama complet de l’art de l’ukiyo-e de la période Edo. Elle rassemble les chefs-d’oeuvre des plus grands maîtres tels qu’Hiroshige, Hokusai, Utamaro, Sharaku, Harunobu. Parmi ses trésors, la fondation possède un ensemble unique et rarissime de 165 surimono, ce qui en fait l’une des plus grandes collections privées au monde.

A l’inverse des estampes produites par les éditeurs pour le grand public, les estampes de surimono sont des commandes privées non commerciales, pièces rares et précieuses, éditées en très petit nombre, 20 à 100 pièces. Ses estampes sont commanditées par des cercles littéraires et des fans clubs d’acteurs lors d’occasions particulières : invitations, nouvel an, commémoration, nouvelles représentations théâtrales, etc. Les surimono sont créés et adressés à une élite citadine bourgeoise, férue de littérature, naviguant entre culture classique et distractions contemporaines.

Libérés de contraintes commerciales, ces surimono se caractérisent par des impressions luxueuses, utilisant des pigments métalliques rares et des techniques d’impression raffinées : gaufrage, polissage du papier, laquage. L’artiste jouit d’une grande liberté d’expression et d’interprétation artistique. La valeur du surimono tient à la double complexité sémantique des poèmes et de l’image.

L’art des surimono est encore peu connu des européens et pourtant, experts et collectionneurs ne peuvent que saluer la virtuosité technique de ses oeuvres particulières, la rareté et la richesse visuelle autant que littéraire.

Ce livre constitue la première publication en langue française sur ce sujet.

Auteurs: Jerzy Leskowicz , Toshiko Kawakane, Geneviève Aitken

Editeur: In Fine