Paire d’appliques à quinquet en tôle verni

Paire d’appliques à quinquet en tôle vernis rouge et or d’époque consulat, Paris vers 1795-1805, attribuée à la manufacture Deharme.
Elles sont ornées d’un décor peint représentant un carquois et ses flèches, d’instruments de musique et de fleurs quand à elles peintes sur la base du quinquet.
Les réservoirs à huile sont surmontés par une tête de Diane chasseresse ainsi que de larges palmettes.

Paire d’appliques à quinquet, XVIIIe. (c) Didascalies Aix-en-Provence, Proantic


La manufacture de Deharme fut la plus importante manufacture de tôle vernie à Paris dans les dernières années du XVIIIe siècle et du tout début du XIXe siècle, tant par son activité que par la qualité de sa production.
Napoléon fût un fervent admirateur et mécène de cette manufacture.

Paire d’appliques à quinquet, XVIIIe. (c) Didascalies Aix-en-Provence, Proantic

Antoine Quinquet : créateur et fabricant des lampes à Quinquet.

L’éclairage domestique reposait toujours à la fin du XVIIIe siècle sur le principe ancestral de la lampe à huile à mèche plate en coton plongée dans un bassin. La lumière était faible et gracile, la mèche se consumait, fumait beaucoup et noircissait les plafonds.

Les progrès de la lampe à huile vont être déterminants à la fois dans la mécanique et dans l’amélioration des mèches et brûleurs.

En 1784, le pharmacien Antoine QUINQUET (1745-1803), commercialise une nouvelle lampe connue sous le nom de lampe Quinquet. Elle est équipée d’un réservoir latéral et d’un bec surmonté d’une cheminée en verre. Cette lampe peut être murale ou montée sur une longue tige verticale fixée sur un socle cylindrique. Cette lampe, très populaire, pratique, fonctionnelle et simple, connaît un grand succès, malgré son défaut de projeter une ombre immense à cause du réservoir.