Musée François Duesberg

C’est dans les anciens locaux de la Banque Nationale de Belgique, en face de la Collégiale Sainte-Waudru que se situe le musée François Duesberg, musée d’arts décoratif de Mons. Un voyage dans la vie de la société française du règne de Louis XVI à la Restauration. Ce lieu, c’est avant tout l’investissement d’un couple, à savoir la baronne Betty Duesberg et le baron François Duesberg.

Musée François Duesberg

Né à Liège le 7 août 1934, docteur en droit, François Duesberg entame sa vie professionnelle comme juriste dans une entreprise d’assurance. Très tôt il s’intéresse à l’horlogerie ancienne et acquiert sa première pièce en 1964. Déjà perfectionniste, il apprend à Bruxelles, en marge de ses activités professionnelles, tous les secrets des mécanismes et des rouages de ces œuvres d’art auprès d’un vieil horloger installé au Sablon. Cette passion le nourrit encore aujourd’hui.

Collection de pendules aux nègres. Musée François Duesberg
Collection de pendules « au nègre ». Musée François Duesberg

De son côté, Betty, fille de mineur du bassin liégeois, commence à collectionner les œuvres liées à l’art de la table: porcelaine et orfèvrerie.

Collection d'argenterie, Musée François Duesberg
Collection d’argenterie, Musée François Duesberg

Au fil des années, la collection de pendules s’étoffe de quelque 200 pièces, les unes plus exceptionnelles que les autres. Nous sommes au début des années ’90. Suite au succès retentissant de l’exposition “De Noir et d’Or”  au Musée Bellevue (Musées Royaux d’Art et d’Histoire) à Bruxelles, le couple est à la recherche d’un lieu d’exposition permanent pour mettre à la disposition du plus grand nombre leurs objets d’exception. Ce sera l’ancien bâtiment de la Banque Nationale, à Mons, qui servira d’écrin à leur prestigieuse collection privée. La ville met ce bâtiment classé du XIXè siècle à la disposition des époux Duesberg. Ces derniers font don d’une partie de leur précieuse collection. La convention est signée en décembre 1993.

Musée François Duesberg
Musée François Duesberg

Le musée ouvre ses portes le 21 septembre 1994. Le maître des lieux reçoit lui-même ses visiteurs. Passionné, intarissable, débordant d’énergie et de vivacité, François Duesberg est une personnalité hors norme, qui vous transmet son enthousiasme et vous raconte moult détails de l’histoire de chacune de ses pièces.

Pendule dite "Au bon sauvage", Musée François Duesberg
Pendule dite « Au bon sauvage », Musée François Duesberg

L’ensemble de plus de 300 pendules, principalement parisienne, (réalisées entre 1785 et 1815) dont un des plus important ensemble au monde de pendules dites « Au bon sauvage » (à sujets exotiques en bronze doré et patiné), la collection d’art de la table (englobant orfèvreries et porcelaines rares) ainsi que des centaines de bijoux précieux et d’objets insolites forment un ensemble véritablement unique au monde. Le fruit de dizaines d’années de passion et d’un travail colossal, mené sans relâche.

En savoir plus:

http://www.duesberg.mons.be/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *