Luxe intime – Essai sur notre lien aux objets précieux

Notre rapport aux objets intimes (meubles, boîtes, tableaux, luminaires, services de table, vêtements, bijoux…) est historiquement daté. Sans une certaine conscience de soi, nous n’aurions pu leur accorder autant de sens : leur demander de satisfaire des besoins et des désirs, tout en les inscrivant dans des chaînes relationnelles et symboliques multiples. Ce changement advient au XVIIIe siècle et se perçoit actuellement encore dans nos sociétés de consommation.

A l’heure où la planète croule sous les déchets et où l’objet du quotidien par excellence devient le téléphone portable, il semble important de s’interroger sur les fondements de notre être aux choses. Comment parler des objets intimes et du lien empathique que l’on tisse avec eux ? Quel langage et quelle sensibilité sont-ils les plus à même d’exprimer leur part technique et poétique, leur empreinte historique et leur aura transgénérationnelle ?

Comment penser la culture matérielle occidentale au regard des contacts qu’elle a entretenu avec les autres cultures étrangères ? En puisant dans l’historiographie féconde de ce domaine, profondément renouvelée ces dix dernières années avec les apports des Cultural Studies et de la Global History, l’auteur esquisse une voie de rencontre où s’associent les discours, entre approche historique, sociale, littéraire, anthropologique et muséale.

Auteur: Anne Perrin Khelissa

Editeur: Comite Des Travaux Historiques Et scientifiques (CTHS )