La Voûte Verte de Dresde

La Voûte Verte de Dresde est à la fois l’un des premiers musées en Europe et l’une des plus importantes collections de trésors au monde. Aménagée entre 1723 et 1729 pour Auguste le Fort, prince-électeur de Saxe et roi de Pologne, elle présente une riche collection d’objets d’art et de joyaux : pièces de joaillerie et d’orfèvrerie, objets précieux en ambre et en ivoire, chefs-d’oeuvre en cristal de roche, ainsi qu’une exceptionnelle collection de bijoux.

La Voûte Verte de Dresde

Grâce à un mécénat très actif, des oeuvres uniques ont été créées pour la cour saxonne par les plus talentueux artistes de l’époque. Dès le début, la collection et la conception architecturale formaient une unité. On a donné le nom de Voûte Verte ou Grünes Gewölbe à ces salles voûtées, peintes en vert.

L’histoire de la Voûte verte remonte à l’année 1547, lorsque le prince électeur Maurice de Saxe fit construire une aile somptueuse dans la partie ouest de son château. Quatre salles furent ornées de magnifiques solives et les bases et chapiteaux des colonnes furent peints en vert malachite. Pour cette raison, on donna à ces salles le nom de Voûte verte, qu’on utilise encore aujourd’hui, bien que la couleur ne soit plus apparente. Mais cette enfilade de salles fut officiellement nommée la «garde secrète» (Geheime Verwahrung) à cause de ses murs épais de plusieurs mètres et de ses volets et portes de fer, qui devaient offrir une protection contre les vols et le feu.

Photo (C) BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image SKD

Tout au long du XVIIème siècle, ces salles furent utilisées par les princes électeurs de Saxe comme chambre de trésor secrète pour les bijoux précieux et les documents importants.

Photo (C) BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image SKD

Entre 1723 et 1729, le prince électeur Frédéric Auguste I, dit Auguste le Fort, transforma les salles secrètes du trésor en musée public. Il fit aménager huit salles somptueuses dans lesquelles il rassembla ses trésors artistiques3. La salle des objets précieux (Pretiosensaal) et le cabinet d’angle (Eckkabinet) font partie de l’inventaire de ce qui avait déjà été complété en 1725. En 1727, une extension est ajoutée. Un plan architectural de la même année montre les intentions d’Auguste le Fort par ses annotations personnelles sur l’aménagement des salles.

Photo (C) BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image SKD

Comme ce fut le cas pour la première phase de la construction, l’architecte Matthäus Daniel Pöppelmann construisit une structure artistique considérée comme un chef d’œuvre de l’architecture baroque allemande. Il s’agit d’une enfilade de huit salles reliées entre elles, dont la beauté architecturale complète l’abondance et la qualité des objets d’art qui y sont exposés. Auguste le Fort y exposa la collection entière de son trésor, qui comprenait des statues de bronze et des œuvres d’art en argent, or, ivoire et ambre.

Photo (C) BPK, Berlin, Dist. RMN-Grand Palais / image SKD

L’ordre dans lequel les salles sont visitées encore aujourd’hui fut planifié par Auguste le Fort, le point culminant étant la salle des objets précieux, qui rivalise de splendeur avec les objets magnifiques qu’elle contient. À la fin de son règne, qui dura presque quatre décennies, Auguste le Fort rendit son trésor accessible au public, une innovation sans précédent pour l’époque baroque.

Ces salles sont restées inchangées pendant près de deux siècles. À l’approche de la guerre, en 1938, les trésors de la Voûte verte furent transférés dans la Forteresse de Königstein.

La Voûte verte fut sévèrement endommagée le 13 février 1945, lors du bombardement de Dresde. Trois des huit salles furent entièrement détruites. À la fin de la guerre, en 1945, les trésors furent confisqués par l’Armée rouge et transportés en Union Soviétique. Après leur retour en 1958 en RDA, une partie de la collection a été exposée dans l’Albertinum.

En 2004, la Nouvelle voûte verte ouvre ses portes au deuxième étage du château de la Résidence reconstruit. Son style moderne de présentation est centré sur les œuvres d’art. En 2006, la Voûte verte historique est à nouveau ouverte au public dans la magnifique enfilade des salles du premier étage, telle qu’elle était en 1733, c’est-à-dire au moment de la mort de son fondateur.