Portrait de Louise de Keroualle

La jeune femme est portraiturée assise au cœur d’un parc.
Elle est vêtue d’un chemisier blanc orné de dentelles, une jupe de satin blanc brodé d’or à motifs floraux maintenue a sa taille par une ceinture en étoffe ocre, et une large écharpe bleue qui enveloppe sa figure élancée, retenu à l’épaule par des fines chaines d’or.

« Portrait De Louise De Keroualle, école Française du XVIIe siècle, attribué a Henri Gascard vers 1670. (c) Galerie Antiquités Promenade, Proantic

Elle regarde le spectateur de ses larges yeux aux paupières légèrement baissées, qui lui donne un air languissant.
Sa masse de cheveux bruns bouclés est attachée négligemment a l’arrière par un filet de perles et un foulard de soie moirée.
Elle expose sa cheville dénudée, le pied chaussé d’une sandale spartiate dont les lacets de soie blanc remontent au mollet.

(c) Galerie Antiquités Promenade, Proantic

Loin du portrait d’apparat aux lourdes draperies, la mise en scène dans un environnement naturel: un parc boisé doté de quelques éléments architecturaux, rend cette représentation beaucoup plus intime, voire même scandaleuse, car la jeune femme légèrement vêtue en déshabillée révèle sa cheville, à l’époque où les femmes bien que permises à exhiber leurs seins, ne pouvaient pas montrer leurs pieds et chevilles à caractère érotique sexuelle bien plus important.

(c) Galerie Antiquités Promenade, Proantic

Les étoffes amples, prêtes a glisser et révéler les charmes de la jeune femme, sa naturelle grâce combinée a la spontanéité de la pose et la simplicité apparente, apporte une fraicheur au portrait.
Le peintre arrangeant somptueusement les étoffes autour de la jeune femme, créant des nombreux plis et reflets, nous livre ici une version intimiste et séduisante de la maîtresse du roi d’Angleterre et l’agent secret et « cousine » du roi Louis XIV.

Louise Renée de Penancoët de Keroualle (1649-1734), duchesse de Portsmouth et d’Aubigny, originaire de Bretagne, fut la maîtresse du roi d’Angleterre Charles II pendant une quinzaine d’années, mais aussi l’agent secret du roi de France, Louis XIV.

Henri Gascar (1635, Paris – 1701, Rome) (également Gascard ou Gascars) était un portraitiste de nationalité française, qui a notamment connu un succès artistique en Angleterre pendant le règne de Charles II. Avant de rentrer à Paris, il peignit à la cour de nombreuses femmes influentes, notamment plusieurs maîtresses du roi. Il a ensuite déménagé à Rome, où il est décédé en 1701.

Gascar arriva en Angleterre vers 1674, probablement à la demande de Louise de Keroualle, la duchesse de Portsmouth, la maîtresse préférée de Charles II. Le patronage de la duchesse de Portsmouth assura à Gascar un succès rapide en Angleterre. Son style flamboyant, contrastant avec la ferme approche anglaise, semblait correspondre à la frivolité de l’époque et il peint de nombreuses dames de la cour de Charles II. À son retour à Paris, Gascar est élu membre de l’Académie Royale le 26 octobre 1680. Il se rend ensuite à Rome où il jouit d’une grande réputation et y meurt le 1er janvier 1701, à l’âge de 66 ans.