Miniature en Grisaille

Miniature en Grisaille attribué à Piat-Joseph Sauvage. Allégorie de l’amour.
Sujet allégorique avec Cupidon « aveugle » (les yeux bandés) mené par un petit chien (symbolisant la fidelité) vers l’autel couronné par une coeur enflammé. L’autel porte une inscription «la conduite au bonheur».
Fin XVIIIe siècle.

Miniature en Grisaille attribué à Piat-Joseph Sauvage. (c) Daria Zheludkova, Proantic.

Pierre-Joseph SAUVAGE dit « Piat-Joseph SAUVAGE » (Tournai, 1744 – 1818)

Sauvage, habile miniaturiste et inventeur des grisailles et portraits « en camées à l’antique » fût tour à tour Fournisseur attitré de la Cour sous Louis XVI et de l’Empire jusqu’en 1815. Demeurant au 5, cour du Louvre, il reçut en 1801 la commande impériale du plafond du Salon des Muses du Louvre et livra un joli portrait en miniature de l’Impératrice Joséphine en camée à l’antique. Il travailla ensuite pour la Manufacture de Sèvres de 1804 à 1809. 

Miniature en Grisaille attribué à Piat-Joseph Sauvage. (c) Daria Zheludkova, Proantic.

Ce fut essentiellement un décorateur qui, influencé par les trompe-l’œil de Jacob de Wit, fit des grisailles dans sa ville natale (œuvres au musée) ainsi que pour les maisons royales de la région parisienne (Compiègne), pour des églises de province (Trois Anges, musée d’Orléans). Il fut reçu académicien en 1783 : Table recouverte d’un tapis (Fontainebleau).