Le goût pour les porcelaines de Chine et du Japon à Paris aux XVIIe-XVIIIe siècles

Le goût pour les porcelaines de Chine et du Japon à Paris aux XVII° et XVIII°

L’auteur : Castellucio Stéphane, chargé de recherche au CNRS HDR, Centre André Chastel.

Editeur : Monelle Hayot

Préface par Jean-Paul Desroches

Publication en anglais en association avec le J. Paul Getty Museum de Los Angeles : Collecting Chinese and Japanese Porcelain in Pre-Revolutionary Paris, Los Angeles, The J. Paul Getty Museum, 2013.

Cet ouvrage, réalisé à partir d’archives inédites, retrace les circuits commerciaux, l’évolution du goût et des usages de la porcelaine de Chine et du Japon aux XVIIe et XVIIIe
siècles à Paris, sujet jamais traité en France. Les contemporains privilégiaient l’effet d’ensemble à la qualité individuelle de chaque pièce.

Devenue peu coûteuse dans la seconde moitié du XVIIe siècle, la porcelaine orientale quitta les cabinets de collectionneurs pour pénétrer dans toutes les couches de la société, qui l’utilisèrent tant pour le décor que pour le service de la table. La mode était étroitement liée à la nature des cargaisons, dans lesquelles dominaient les bleus et blancs qui envahissaient les appartements, disposés sur les meubles, les cheminées, les dessus de porte et les corniches. Les contemporains privilégiaient l’effet d’ensemble à la qualité individuelle de chaque pièce.

Le goût pour les porcelaines de Chine et du Japon à Paris aux XVII° et XVIII°

À table, les porcelaines du Japon étaient utilisées pour le service du dessert, apothéose du repas.
À partir de la fin du XVIIe siècle, les importations se diversifièrent et les nouvelles générations rejetèrent l’accumulation des bleus et blancs pour préférer les pièces polychromes et les céladons, présentées en moins grand nombre dans les appartements. Les amateurs les mêlaient avec leurs collections de peintures et de bronzes, appréciant le contraste des matériaux. Le développement des montures de bronze doré fit des porcelaines orientales montées de véritables objets d’art.

Par le rôle important qu’elles jouèrent dans l’histoire du décor intérieur, les porcelaines de Chine et du Japon constituent un élément capital dans l’histoire du goût et des arts décoratifs européens aux XVIIe et XVIIIe siècles.