Le château de Champ-de-Bataille

Château Champ de Bataille.

Au coeur de la plaine du Neubourg en haute-Normandie dans l’Eure, le château du Champ-de-Bataille qui a été édifié au XVIIème siècle pour le maréchal de Créqui, frondeur et ami du prince de Condé, a retrouvé tous ses lustres.

Lorsque Jacques Garcia, l’architecte d’intérieur, acquiert les lieux en 1992, il va relever le palais et les jardins de leurs ruines. Il est aujourd’hui meublé et décoré d’objets acquis par Jacques Garcia ces 30 dernières années et la visite des Grands Appartements montre un riche décor et un mobilier donnant une idée précise de l’art de vivre du XVIIIe siècle. Avec ses toitures dorées et ses fenêtres en laque de Chine rouge, il s’entoure d’un formidable jardin à la française.

château du Champ-de-Bataille
(c) château du Champ-de-Bataille

Jacques Garcia a recréé, à partir de rien ou presque, des jardins qui sans doute avaient été somptueux, mais dont le temps avait effacé jusqu’à la dernière trace. Seul un bout de croquis avait échappé à l’oubli : né probablement de la main de Le Nôtre , ce document désignait à grands traits l’emplacement de la Grande Terrasse, le dessin des vieilles broderies de buis, les anciens bosquets de part et d’autre, ainsi que les proportions des Carrés de Diane et d’Apollon.

Ces rares éléments d’époque ont été restitués scrupuleusement ; et pour le reste, ce sont eux qui ont donné la mesure et la tonalité des nouveaux jardins. Rejetant l’option d’une reconstitution anachronique de jardins français à la mode du Grand Siècle, Jacques Garcia devait prendre d’emblée le parti d’une œuvre contemporaine puisant à la source antique. L’inspiration du moment dans les formes de toujours : tel aura été le principe directeur d’un parc résolument actuel, éclos dans le cadre d’une structure classique.

Les grands appartements

Le vestibule d’honneurs et l’ escalier

Vous êtes ici dans le vestibule d’honneur, réaménagé par le duc de Beuvron sous le règne de Louis XVI. Il est de style palladien, avec de grandes colonnes centrales qui soutiennent la salle à manger du premier étage. Il dessert le grand escalier d’honneur. Le duc de Beuvron s’était adressé à Gabriel pour la construction de son hôtel particulier à Paris. Ce célèbre architecte a réalisé de nombreuses résidences royales, et on lui doit également la place de la Concorde et l’École militaire à Paris. On peut supposer, devant l’ampleur de la rampe d’escalier et la structure générale du vestibule, qu’il n’est pas étranger à la conception de cet ensemble.

Château Champ de Bataille
La salle des gardes ou salon d’ hercule.
(c) Château Champ de Bataille.

La salle des gardes ou salon d’ hercule

C’est pour moi la pièce la plus spectaculaire de la maison. J’ai souhaité présenter des collections de marbres dans le goût de l’antique, comme l’on pouvait en voir au XVIIe siècle. Elle s’inspire des grands palais comme le palais Colonna ou la Villa Borghèse, qui sont pour moi des références culturelles et esthétiques, de même que le goût de Mazarin. Ici, vous verrez la quintessence du goût classique baroque de l’époque Louis XIV, qui se concrétise avec toutes ces sculptures, cette marqueterie du sol inspirée de l’antique, ce plafond peint à la gloire, entouré d’allégories qui évoquent l’histoire d’Hercule. Vous êtes dans ce que l’on peut imaginer de plus représentatif d’une pièce de collectionneur.

Le cabinet de porcelaines

Ce petit cabinet, peint à la mode des frères Martin, présente sur ses murs une collection de porcelaines Imari de Chine et du Japon, datant des XVIIe et XVIIIe siècles. Les deux rares fauteuils indiens en ivoire, de la fin du XVIIIe siècle, ont été réalisés pour le marché anglais.

Au plafond, le lustre est composé d’une armature du XVIIe siècle et d’éléments en porcelaine de Chine. C’est un lustre auquel je suis très attaché puisque c’est mon père qui en a fait la composition.

 Château Champ de Bataille.
Le cabinet de porcelaines
(c) Château Champ de Bataille.

Salon Louis XV

Nous entrons dans la deuxième pièce du grand appartement, qui servait de cabinet. Ces belles boiseries, d’époque Louis XV, sont attribuées à Verberckt.  Elles proviennent sans doute d’hôtels parisiens ou des appartements des Princes à Versailles. Nous sommes transportés dans le confort, dans une atmosphère chaleureuse, propice au jeu et à la détente.

La chambre de Parade

C’est la pièce la plus riche du grand appartement. On recevait dans sa chambre, ce qui explique le lit de jour, à gauche de la porte, et le lit de nuit, au fond de la pièce.

Sur les murs,  une exceptionnelle boiserie par Verberckt, de grandes portières et des rideaux d’époque Louis XIV sauvés de l’incendie du palais des Tuileries en 1871

Château champ de Bataille.
Salon de compagnie
(c) Château champ de Bataille.

La grande salle à manger

Dans ce décor de goût grec, réalisé pour le duc de Beuvron sous le règne de Louis XVI, on peut admirer la perspective générale du jardin avec l’ensemble des cascades et apercevoir le Grand Canal, qui ne se découvre que du premier étage. La perspective le fait apparaître triangulaire en fuite vers la sphère posée au sommet de la grande colonne, laquelle symbolise l’Esprit.

Le salon de compagnie

Ce salon a conservé en grande partie son décor d’origine, entre autres, cette somptueuse corniche à quatre rangs de sculpture, dont nous avons retrouvé les couleurs d’époque, ainsi que les dessus-de-porte à l’antique, très en vogue au milieu du XVIIIe siècle.

Au-dessus de la cheminée proche de celle exécutée pour Marie-Antoinette à Fontainebleau, un profil représant  la duchesse de Beuvron.

Cette pièce représente toute la douceur de vivre si particulière au XVIIIe siècle, faite d’une grande légèreté, de beaucoup de luxe et d’abandon, et surtout une relation plus intime avec les objets d’art.

Salle de billard (c) Château champ de Bataille.
Salle de billard
(c) Château champ de Bataille.

Le billard

Cette pièce était très importante au XVIIesiècle, puisque le billard était un jeu fort apprécié à la Cour de France. Vous découvrez ici un bel exemplaire, très rare, de billard d’époque Louis XIV, en ébène et acajou de Cuba. Il est complété par quelques queues, dont une particulièrement exceptionnelle qui représente un dauphin tenant le taquet en ivoire sculpté..

En savoir Plus:

http://www.duchampdebataille.com/