La chambre du cabinet de la Meilleraye

L’Arsenal, destiné à la fabrication et au stockage des armes, fut installé par Louis XII à proximité de la Bastille. A l’aube du XVIIe siècle, les bâtiments furent considérablement remaniés par Sully, grand maître de l’Artillerie et à ce titre hôte et maître des lieux.  Si le fils de Sully, qui lui succéda dans la charge, ne semble avoir commandé des travaux que pour les magasins et fonderies, son successeur Charles de La Porte, duc de La Meilleraye fit exécuter nombre d’embellissements : il en subsiste le grand escalier à cage carrée, le décor de la voûte rampante au-dessus de l’escalier de Sully et surtout les deux cabinets richement décorés.

La chambre du cabinet de la Meilleraye de la bibliothèque de l’Arsenal.

La chambre du cabinet de la Meilleraye

En 1634, Charles de la Porte, duc puis maréchal de la Meilleraye, nouveau grand maître, fait décorer les appartements par un disciple de Simon Vouet, Noël Quillerier. Dix ans plus tard, pour sa seconde épouse, Marie de Cossé, le maréchal fait appel à Charles Poerson pour les décors de la chambre de la maréchale. Les plafonds et boiseries subsistent en grande partie et forment un rare témoignage à Paris des décors  de la première moitié du 17ème siècle.

Y sont représentés  des épisodes glorieux pour les deux familles, l’entrée de Henri IV dans Paris, le siège de Hesdin ou Charles de Meilleraye conquit son bâton de maréchal, et le siège de La Rochelle, en l’honneur du cardinal de Richelieu, cousin germain de Marie de Cossé. Le plafond est divisé en caissons à la mode italienne décorés de grosses guirlandes dorées, où l’on voit le Sommeil, Diane au croissant d’argent et le Silence, sujets bienvenus dans une chambre à coucher.

Le compartiment central du plafond représente le Parnasse (Apollon et les neuf Muses). À côté de la Renommée, apparaît la France triomphante grâce au maréchal, et la Victoire entourée par les armoiries des villes par lui conquises. Enfin, aux angles, les quatre écoinçons représentent les figures allégoriques des quatre parties du monde.

Le cabinet des femmes fortes, bibliothèque de l’Arsenal.

Le cabinet attenant  à la chambre est un hommage aux « femmes fortes » depuis l’Antiquité. Cet oratoire est connu sous le nom de « cabinet des femmes fortes » à cause des figures féminines qui ornent la frise : Esther, Porcia, Sémiramis, Judith, Lucrèce, Bérénice, Jeanne d’Arc en costume Renaissance… Marie de Cossé prête ses traits à Marie Stuart