Antoine Watteau et l’art de l’estampe

Antoine Watteau, Deux études d’un enfan

L’exposition est présentée au Musée du Louvre jusqu »au 11-10-2010

François Boucher  d’après Watteau, La Troupe italienne.
François Boucher (1703-1770) d’après Watteau, La Troupe italienne.
Collection du baron Edmond de Rothschild,
© 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Peintre, graveur et inlassable dessinateur, disparu prématurément à trente-sept ans, Antoine Watteau (1684-1721) a marqué le XVIIIe siècle par la grâce et la spontanéité de son art. Son oeuvre est gravé presque immédiatement, entre 1724 et 1735, à l’initiative de son ami et protecteur Jean de Julienne. Cette entreprise remarquable qui va rassembler en quatre volumes près de six cents planches d’après ses dessins et ses peintures est confiée à une cinquantaine de graveurs. Véritable creuset de jeunes talents tels François Boucher ou Laurent Cars, elle participe à l’affirmation dans toute l’Europe du style rocaille dont Watteau fut l’un des principaux instigateurs.

Antoine Watteau, Deux études d’un enfan
Antoine Watteau, Deux études d’un enfant, vu à mi-corps et coiffé d’un toquet.
musée du Louvre © RMN / Gérard Blot

Cette exposition dédiée à l’art de l’estampe puise dans la collection Edmond de Rothschild et présente une centaine de gravures en rapport avec le Recueil Julienne. Ces pièces, majoritairement des eaux-fortes « avant la lettre », rendent hommage à Watteau graveur et à ceux qui ont su restituer, pointe en main, ce « je-ne-sais-quoi de galant, de vif et de vrai » qui fit le succès de l’artiste. Le tableau des Deux Cousines, issu des collections du Louvre, et quelques pièces rares en provenance d’autres institutions, comme des eaux-fortes et des dessins de la main même de Watteau, complètent la sélection.

Charles-Nicolas Cochin d’après Watteau
Charles-Nicolas Cochin (1688-1754) d’après Watteau, L’Amour au théâtre italien.
Collection du baron Edmond de Rothschild.
© 2009 Musée du Louvre / Angèle Dequier

Le processus de fabrication de cette vaste entreprise d’édition conclut cette exposition. Sont illustrés les états successifs d’une même estampe qu’accompagne une réflexion sur la qualité du papier et l’importance des filigranes. Enfin, deux écrans permettent de consulter, sous forme numérique, les gravures des quatre Recueils Julienne de la collection Edmond de Rothschild.