Le cabinet d’arts graphiques de Chantilly

Le cabinet d’arts graphiques de Chantilly, l’un des plus riches de France, a été constitué par Henri d’Orléans, duc d’Aumale (1822-1897), fils du roi Louis-Philippe. Il l’a légué en 1884 à l’Institut de France avec son château de Chantilly et l’ensemble de ses collections de tableaux, de livres précieux et d’objets d’art pour former le musée Condé. Selon les volontés du donateur, ses collections ne peuvent être prêtées hors de Chantilly.

Une des collections de dessins les plus importantes au monde

Le cabinet des dessins du musée Condé est remarquable par ses nombreuses feuilles de maîtres de la Renaissance italienne, un ensemble unique au monde de portraits dessinés du xvie siècle français, et de nombreux dessins orientalistes. Avec plus de 4000 feuilles, Chantilly est l’un des sites majeurs pour l’art du dessin.

En 1830, le duc d’Aumale, alors âgé de huit ans, avait hérité de son grand-oncle et parrain le dernier prince de Condé, en même temps que le château de Chantilly, d’une collection graphique fort modeste. Après avoir commencé une brillante carrière militaire en Algérie et s’être illustré lors de la prise de la Smalah d’Abd el-Kader en 1843, le duc d’Aumale voit son avenir se briser lorsque la révolution de 1848 chasse du trône Louis-Philippe ; exilé en Angleterre durant 23 ans, il y constitue la majeure partie de sa collection d’arts graphiques.

 

En 1851, il rachète à la vente des biens de son père des dessins majeurs. Il acquiert ses premiers Clouet en 1857 et se passionne entre autres pour le xvie siècle. Italien par sa mère Marie-Amélie de Bourbon-Siciles, il est sensible à l’art de la Renaissance italienne et constitue un remarquable ensemble de dessins des plus grands maîtres. Fin 1860, Frédéric Reiset, conservateur des dessins, puis des peintures du Louvre, vend au duc d’Aumale sa collection de 380 dessins dont des chefs-d’œuvre de Raphaël, Michel-Ange, Parmesan, Primatice (au total 140 dessins italiens de la Renaissance), mais aussi Albrecht Dürer, Rubens, Van Dyck, une centaine de feuilles alors attribuées à Nicolas Poussin, Claude Lorrain, Watteau, etc. En 1862, le duc acquiert la fameuse « Joconde nue » alors attribuée à Léonard de Vinci.

Louis Carrogis, dit Carmontelle (1717-1806)
Mozart enfant, son père et sa sœur
Mine de plomb, sanguine, aquarelle, gouache, papier.
© Chantilly, musée Condé / RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / René-Gabriel Ojéda

Un autre ensemble important dans la collection du duc d’Aumale est l’orientalisme. En 1864, Aumale achète à la vente après décès de Delacroix l’un des sept carnets de voyage au Maroc en 1832. L’orientalisme est présent dans la collection du vainqueur de la Smalah d’Abd-el-Kader avec des œuvres de Decamps, Marilhat, Pils, etc., provenant entre autres de la collection du marquis Maison acquise en bloc en 1868.

En 1877, il acquiert en Écosse 484 portraits à l’aquarelle de la famille d’Orléans et des hôtes du Palais-Royal par Carmontelle, essentiels pour l’étude du siècle des Lumières. Un autre fonds historique tombe entre ses mains en 1880 avec l’achat de 600 dessins de Raffet ou d’artistes militaires : le vainqueur de la Smalah y retrouve les visages de ses camarades de l’armée d’Afrique.

Raffaello Santi, dit Raphaël (1483-1520)
Étude pour la Dispute du Saint Sacrement
Plume, encre brune et lavis brun.
© Chantilly, musée Condé / RMN-Grand Palais (domaine de Chantilly) / Gérard Blot

En 1876, il achète en Angleterre la collection de portraits historiques formée par Alexandre Lenoir, le fondateur du musée des Monuments français : on y trouve Clouet, Dumonstier, Nanteuil, Watteau, etc. En 1889, il complète ses portraits historiques français par l’ensemble prestigieux des 311 portraits dessinés du xvie siècle provenant de Lord Carlisle ; dessinés aux trois crayons par Jean et François Clouet et leur atelier, les fameux « Clouet de Chantilly » (366 au total avec ses achats antérieurs) proviennent en majorité de la collection de Catherine de Médicis. Ce fonds fait de Chantilly le premier musée au monde pour le portrait dessiné et peint du xvie siècle.

L’estampe également à l’honneur

Le cabinet des estampes de Chantilly comprend aujourd’hui plus de 5000 feuilles. La collection est répartie entre le fonds principal des portraits historiques (plus de deux mille feuilles), les « œuvres d’artistes » (un millier d’estampes) et les séries mineures : topographie, scènes historiques, costumes et gravures réalisées par la famille royale.

Les portraits historiques du xvie au xixe siècle concernent les membres des familles de Bourbon et de BourbonCondé ; signalons un œuvre gravé presque complet du grand portraitiste du règne de Louis XIV, Robert Nanteuil. Le duc possède également des œuvres des meilleurs portraitistes du xviie siècle : Claude Mellan, Gérard Edelinck, Gérard Audran. Il achète aussi des gravures de reproduction de ses tableaux. Il recherche les vues des monuments et jardins ayant appartenu aux Orléans ou aux Condé, comme le Palais-Royal, Saint-Cloud, Bagnolet, Écouen ou bien sûr Chantilly, vu par Perelle, les monuments de Paris, Dijon, Nancy et Lyon par Israël Silvestre, et plus de 200 vues de Paris par Marot père et fils.

Aumale recherche les œuvres des meilleurs graveurs de la Renaissance, qu’ils soient allemands comme Albrecht Dürer (La Petite Passion sur cuivre) ou Martin Schongauer, italiens comme Marc-Antoine Raimondi, le graveur de Raphaël, ou français comme Jean Duvet. Les Français du xviie siècle sont représentés par Abraham Bosse, Jacques Callot (surtout des recueils gravés), Claude Gellée et Claude Mellan ; les nordiques par 21 gravures de Rembrandt (le grand Robert Dumesnil annote sobrement J.-C. guérissant les malades par Rembrandt, dite La pièce de cent florins, 2e état sur papier Japon : Je ne connais point de plus belle feuille), ainsi que des Ruisdael, Adrien van Ostade, Berghem, Paul Potter, en lien avec l’importante collection de dessins néerlandais constituée par le duc. Si le xviiie siècle est moins à l’honneur, le xixe est un temps fort : Chantilly conserve un œuvre lithographié de Géricault quasi intégral, fait rarissime.

En savoir plus:

www.domainedechantilly.com