Musée de la céramique de Rouen

Érigé entre une cour pavée et un jardin étagé en terrasse, aux abords du musée des Beaux-Arts, l’hôtel d’Hocqueville abrite la plus importante collection publique française de faïences de Rouen. Édifié au milieu du XVIIe siècle et largement remanié au siècle suivant, le bâtiment, aujourd’hui encore doté de décors intérieurs de style néoclassique, offre un cadre intime et privilégié pour découvrir une histoire de la céramique européenne.

pichet ornithomorphe, Atelier d’Edme Poterat, XVIIème,
(c) Musée de la céramique de Rouen

Riche de plus de cinq mille pièces, le musée dresse un panorama complet de la faïence rouennaise, du XVIe siècle à la fin du XVIIIe siècle, et en expose les plus beaux fleurons : pavements de la Renaissance de Masséot Abaquesne, grands plats d’apparat à décor rayonnant du début du XVIIIe siècle, pièces décorées à l’ocre niellé, peintures et sculptures monumentales en faïence comme les exceptionnelles Sphères céleste et terrestre de Pierre II Chapelle (1725) ou la série des bustes des Saisons (1730).

Manufacture de Guillibaud, 1730 (c) Musée de la céramique de Rouen

Si la faïence de Rouen représente plus des deux tiers des collections, le musée conserve aussi de remarquables ensembles d’autres centres faïenciers tels que Delft, Nevers et Lille qui permettent de replacer cette histoire locale dans le contexte plus général de la céramique européenne, des majoliques italiennes du XVe siècle aux créations de la manufacture de Sèvres des années 1930.

Ce plat est orné d’un décor « à la corne », motif mis au point vers 1750 . (c) Musée de la céramique de Rouen

Le parcours débute au rez-de-chaussée avec une présentation des premières faïences européennes : les majoliques, produites en Italie du XVe au XVIIIe siècle. Il se poursuit par les productions des ateliers rouen­nais du céramiste Masséot Abaquesne (vers 1500 – avant 1564) et par des œuvres normandes en terre vernissée et des suiveurs de Palissy, du XVIIe au XVIIIsiècle.

Manufacture de Nicolas Fouquay, vers 1730. (c) Musée de la céramique de Rouen

Au premier et au deuxième étages du musée, les salles consacrées au XVIIIe siècle, cœur des collections, dévoilent les chefs-d’œuvre de la faïence de Rouen : camaïeux bleus, décors rayonnants rouges et bleus, ocres niellés, sculptures et peintures de faïence polychrome, chinoiseries et décor à la corne. Un cabinet d’étude regroupe les réalisations des centres faïenciers des Pays-Bas, de Nevers, de Lille et de Moustiers.

Assiette décor Ocre niellé, 1725. (c) Musée de la céramique de Rouen

Deux salles sont consacrées à la porcelaine et à la faïence fine. Enfin, le parcours se prolonge au-delà du XVIIIe siècle par une présentation des productions de la Manufacture de Sèvres aux XIXe et XXe siècles.

En savoir plus:

Musée de la céramique de Rouen

Hôtel d’Hocqueville

94 rue Jeanne d’Arc ou 1 rue Faucon

76000 Rouen

https://museedelaceramique.fr/