L’Opéra comique et ses Trésors

Exposition jusqu’ au 25 mai 2015 au Centre national du costume de scène et de la scénographie, Moulins

A l’occasion du Tricentenaire de l’Opéra Comique en 2015, le Centre national du costume de scène présente une expostion de ses plus beaux et anciens costumes en regard des créations contemporaines de l’Opéra Comique. Dans une scénographie de Macha Makeïeff, les œuvres dévoilées dans des décors qui font revivre l’esprit des spectacles, racontent l’histoire mouvementée de la salle parisienne et de l’art tricentenaire du costume sur lequel repose la magie du spectacle lyrique.

Des débuts forains de l’Opéra Comique à la fin du règne de Louis XIV jusqu’aux retentissantes créations de ces dernières années sous la direction de Jérôme Deschamps, en passant par les œuvres majeures que sont Carmen de Bizet et Les Contes d’Hoffmann d’Offenbach, l’exposition relate la passionnante histoire de l’art lyrique français, riche en chefs-d’œuvre et en innovations, mais aussi en drames, en catastrophes et en épisodes truculents.

olkio

La naissance du genre opéra-comique, début du parcours de l’exposition

L’opéra-comique (où les morceaux chantés s’intègrent à du théâtre parlé) naît dans les foires parisiennes, manifestations saisonnières qui brassaient les classes sociales de l’Ancien Régime, loin de la Cour figée de Versailles et du Roi-Soleil déclinant. Répondant au besoin de rire des Parisiens, l’opéra comique se distingue par son esprit satirique, son inventivité scénique et son art d’impliquer les spectateurs dans son jeu, quitte à moquer les grandes institutions royales. Dès le début du XVIIIe siècle se dessinent les deux spécificités de son art du costume : la vérité et le caractère. Le faste et l’effet compteront toujours moins que la lisibilité, la pertinence, le soin du détail et l’efficacité dramatique. Miroir de la société qui le plébiscite, l’opéra-comique en décline les rêves et les aspirations.

Une visite rythmée par des héroïnes d’opéra

De salle en salle, le visiteur découvre les thèmes majeurs de l’histoire du répertoire développés autour d’héroïnes emblématiques. Guidé à travers un parcours historique et thématique par Giullietta des Contes d’Hoffmann d’Offenbach, Manon de Massenet, Ciboulette de Reynaldo Hahn ou Carmen de Bizet, le curieux s’aventure dans ce théâtre de l’intime, du sentiment et de l’émotion qu’est l’opéra-comique.

Une reconstitution des salles emblématiques de l’Opéra Comique Deux salles mythiques de l’Opéra Comique sont reconstituées dans l’exposition : le foyer de la Salle Favart et le Central Costumes. Dans la première, une abonnée grincheuse introduit de manière décalée le visiteur à l’histoire de l’institution à travers ses scandales, ses ragots, ses catastrophes… Le visiteur découvre ensuite une reconstitution du Central Costumes, un lieu magique de création de costume mais aussi de recherche, pionnier aujourd’hui pour la teinture naturelle dont quelques secrets sont révélés.

ghbnh

Un final d’exposition en hommage à la direction de Jérôme Deschamps

La grande salle finale du CNCS accueille les réalisations les plus spectaculaires du Central Costumes depuis 2007, début de la direction de Jérôme Deschamps. Elle présente les huit dernières saisons de l’Opéra Comique en costumes et en musique. Sur le plateau de la Salle Favart reconstitué pour l’occasion paradent plus particulièrement les costumes de Mârouf, savetier du Caire, le conte des Mille et Une Nuits composé par Henri Rabaud et remonté triomphalement en 2013. Un film inédit clôt ce parcours et permet de visiter l’Opéra Comique en courant, sur les talons d’une drôle de diva.

jkjiu

 

L’Opéra Comique

Ouvert au public en février 1715, l’Opéra Comique est l’une des trois plus anciennes institutions théâtrales de France avec l’Opéra de Paris et la Comédie-Française. Son tricentenaire, inscrit au calendrier des Commémorations nationales, est célébré par plusieurs manifestations patrimoniales : expositions, spectacles, publications, colloques et événements numériques. L’exposition du CNCS permet de rappeler que le répertoire de l’Opéra Comique fut pendant plus de deux siècles le plus joué en province, le plus perméable aux cultures régionales et le plus accueillant pour les artistes formés dans toute la France.

ghbnhj

Le Centre national du costume de scène et de la scénographie

Ouvert en juillet 2006, à Moulins en Auvergne, le Centre national du costume de scène (CNCS), premier musée au monde dédié aux costumes et décors de scène, est devenu un lieu incontournable pour tout amateur de spectacle. Une fois leur dernière représentation terminée, les costumes de l’Opéra national de Paris, de la Comédie-Française et de nombreux théâtres ou compagnies françaises, arrivent ici pour une seconde vie, durant laquelle ils ne seront plus jamais portés, mais conservés, étudiés et exposés. Le visiteur du Centre national du costume de scène plonge ainsi au cœur des coulisses des plus grands théâtres et opéras, là où s’élabore le spectacle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *