Le niellage

Le niellage est la technique d’orfèvrerie qui consiste à appliquer le niello (du latin nigellus, noirci), un sulfure métallique de couleur noire, employé comme matière de remplissage dans la marqueterie  de métaux.  Le niellage est une  technique décorative luxueuse et délicate pour les objets précieux  comme les objets de culte;  les nielles ornaient les calices, les reliquaires, les couvertures des évangiles mais aussi  la vaisselle d’apparat, les manches de couteaux,  les poignées d’épées.

Tabatière en argent niellé époque Charles X. (c) Anne Besnard, Proantic
Tabatière en argent niellé époque Charles X.
(c) Anne Besnard, Proantic

Les Égyptiens sont crédités de l’invention de cette technique, reprise en Europe par les Romains puis au Moyen Âge, ensuite par les orfèvres de la Renaissance en Italie (niellatura) et en Allemagne. À partir du XVIIe siècle, le nielle n’est plus guère employé que dans les pays orientaux ou en Russie; il retrouvera une certaine faveur au cours du XIXe siècle  pour orner tabatières, montres, bracelets etc.

 

Flûte à champagne en argent vermeil niellé - Moscou Russie fin 18ème. (c) Biarritz Antiques, Proantic.
Flûte à champagne en argent vermeil niellé – Moscou Russie fin 18ème.
(c) Biarritz Antiques, Proantic.

Fabrication d’un nielle

Il s’agit d’incruster dans les tailles faites au burin sur une plaque d’argent, une substance noire pour faire ressortir le motif. La plaque peut être aussi en or ou en cuivre suivant les objets.

Après avoir exécuter sa gravure au burin, l’orfèvre préparait le nielle.

Tabatière En Argent Niellé, XIXème. (c) Antiquités François Decamp, Proantic.
Tabatière En Argent Niellé, XIXème.
(c) Antiquités François Decamp, Proantic.

Dans un creuset il mélangeait du sulfure d’argent, du cuivre et du plomb, du soufre et du borax ; ce mélange étant fondu et chauffé jusqu’à la vitrification, on le coulait et on le laissait refroidir. La composition noire  devenue cassante était ensuite pilée, broyées et tamisée en poudre très fine.

L’orfèvre alors répandait avec précaution cette poudre sur les parties gravées de la planche (ou de l’objet). Ensuite il plaçait la planche près d’un feu clair et envoyait la flamme sur la plaque de métal au moyen d’un soufflet. Le nielle mis de nouveau en fusion se fixait sur le métal. La planche niellée et refroidie était polie avec une pierre ponce, puis avec des matières plus douces et ensuite à la main.  Le résultat obtenu joue ainsi sur le contraste.

Cuillères en argent massif et vermeil, niellées d'un décor floral. Travail Russe, vers 1958. (c) Antiquités Ollivier, proantic
Cuillères en argent massif et vermeil, niellées d’un décor floral.
Travail Russe, vers 1958.
(c) Antiquités Ollivier, proantic

Tout l’effet du niellage repose sur l’opposition des traits noirs brillants que produisent les sulfures métalliques qui remplissent le dessin, avec le fond plus ou moins blanc de l’argent.  On conçoit très bien tout le parti qu’un habile graveur peut tirer de cette simple opposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *