Le musée chinois de l’Impératrice

Aussi célèbres que précieux, les salons et le musée Chinois aménagés sur ordre d’Eugénie en 1863 possèdent des collections extrême-orientales rassemblées par l’Impératrice. Celles-ci proviennent à la fois du garde-meuble impérial (notamment de saisies révolutionnaires), d’acquisitions effectuées par Napoléon III et Eugénie, du sac du Palais d’Été de Pékin par le corps expéditionnaire franco-britannique en 1860, auxquels s’ajoutent les cadeaux diplomatiques de l’ambassade de Siam, reçue à Fontainebleau en 1861.

fklopl

Eugénie enrichit sa collection en faisant des acquisitions sur les fonds qui lui étaient alloués pour ses dépenses personnelles, et grâce à des cadeaux de l’empereur. On sait que des achat furent faits à Malinet, un marchand de curiosités installé quai Voltaire.

Réception des ambassadeurs du Siam par Napoléon III et l'Impératrice Eugénie au château de Fontainebleau le 27 juin 1861 Jean-Léon Gérome
Réception des ambassadeurs du Siam par Napoléon III et l’Impératrice Eugénie au château de Fontainebleau le 27 juin 1861
Jean-Léon Gérome

Riche de quelque 800 objets d’une extrême qualité venant de Chine –dont 300 provenant du Sac du Palais d’Eté de Pékin-, du Japon, du Cambodge, de Corée, du Siam…, le Musée chinois fut aménagé en 1863 au rez-de-chaussée du Gros Pavillon construit par Gabriel sur ordre de l’impératrice Eugénie. Elle fut répartie dans l’antichambre, le salon-galerie , le grand salon et le musée chinois proprement dit.

Le Musée chinois de l’impératrice Eugénie, château de Fontainebleau ©RMN
Le Musée chinois de l’impératrice Eugénie, château de Fontainebleau ©RMN

Exceptionnel témoignage du goût éclectique et extrême-oriental du Second Empire, ces salons associent à un mobilier confortable un très riche décor dans lequel sont intégrées de précieuses collections d’art provenant d’Extrême-Orient et notamment de Chine.

En savoir plus:

http://www.musee-chateau-fontainebleau.fr/