Le carnet de bal

Le carnet de bal est un accessoire de poche qui sert d’aide-mémoire à la danseuse et contient l’ordre des danses qui sont au programme de la soirée. En regard de chaque danse, elle inscrit le nom du partenaire qui s’est proposé (ou celui qu’elle a sollicité). Peu à peu l’usage s’étend également aux hommes.

Le carnet de bal est un objet qui peut revêtir plusieurs formes : au début il s’agit d’un éventail au dos duquel on inscrit discrètement le nom du partenaire ; plus tard les fabricants en font un réel objet d’art, fait de matières précieuses comme l’argent, l’ivoire ou la nacre.

Carnet de bal en écaille au décor d'incrustation de cuivre et d'une miniature. XIXème. (c) galerie AMARANTE. Proantic
Carnet de bal en écaille au décor d’incrustation de cuivre et d’une miniature. XIXème.
(c) galerie AMARANTE.
Proantic

Mais il se réduit bien souvent à un carton imprimé exprès pour la soirée, voire à un petit carnet comportant autant de feuillets que de danses.

L’histoire du bal est étroitement liée à celle des élites. Réunion où l’on danse pour le plaisir, le bal est né au Moyen Âge au sein de la vie de cour.

Carnet de bal, de forme éventail. Couverture en nacre ornée d’argent. (c) Weber antiquités, Proantic.
Carnet de bal, de forme éventail. Couverture en nacre ornée d’argent.
(c) Weber antiquités, Proantic.

Enjeu symbolique de domination, le bal dans la haute société se distingue par la richesse et la beauté du cadre et des costumes ainsi que par un cérémonial très réglementé. Du Moyen Âge à nos jours, les élites ont su concilier bons usages et divertissement en fonction des normes de leur temps

Après la rupture de la Révolution et avec la succession des régimes politiques, de nouvelles élites émergent, renforçant la pratique du bal en cercles sélectifs. Les liens entre noblesse et haute bourgeoisie (alliance du nom et de la fortune) se multiplient. Le bal occupe une place centrale dans les stratégies d’intégration à l’élite.

Carnet de bal en nacre , orné d'une monture en vermeil ajourée . XIXème. (c) galerie Galerie Mably. Proantic
Carnet de bal en nacre , orné d’une monture en vermeil ajourée . XIXème.
(c) galerie Galerie Mably. Proantic

Au XIXe siècle, on voit fleurir une multitude de danses en couple fermé où les danseurs se tiennent enlacés. La valse fait d’abord son apparition, suivie de la polka, la mazurka, la redowa ou la scottish. Empruntées au répertoire folklorique européen, ces danses sont adaptées aux normes du monde élégant parisien. Elles viennent aussi nourrir le répertoire populaire.

Carnet de bal en nacre , orné d'une monture en vermeil ajourée . XIXème. (c) galerie Galerie Mably. Proantic
Carnet de bal en nacre , orné d’une monture en vermeil ajourée . XIXème.
(c) galerie Galerie Mably. Proantic

Le bal public est un loisir collectif et un lieu de sociabilité qui prend son essor à la fin du XVIIIe siècle. Sa forme et son répertoire circulent entre villes et campagnes. Le bal public brouille les frontières sociales, bien que persistent des barrières financières, communautaires ou liées au délit de faciès.

Carnet de bal en écaille, XIXe Siècle. En vente galerie Weber antiquités, Proantic.
Carnet de bal en écaille, XIXe Siècle.
En vente galerie Weber antiquités, Proantic.

Dès le début du XXe siècle, il devient le lieu de l’innovation en matière de danses de société. Malgré un contrôle social important, les danseurs y jouissent d’une liberté plus grande que dans les bals menés par un maître à danser ou régis par des conventions sociales plus strictes.