L’art de la fête à la cour des Valois

Lors de cette exposition, le château de Fontainebleau fera revivre ces somptueuses fêtes données à la cour des Valois, du règne de François Ier à celui d’Henri III. 

Au XVIe siècle, le château de Fontainebleau fut un lieu de fêtes incontournable. Mascarades dans la cour Ovale, spectacles nautiques sur l’étang aux Carpes, joutes et tournois dans la cour du Cheval Blanc, banquets et représentations dans le parc du château ont marqué les mémoires. Par nature éphémère, la fête, une fois achevée, ne laisse que des souvenirs, des témoignages enthousiastes de ceux qui eurent la chance d’y assister ou de précieux et rares vestiges : objets, dessins ou tapisseries. Ces festivités éblouissantes font la gloire de la France au-delà de ses frontières durant tout le siècle et exercent une influence sur les cours européennes.

D’après Antoine Caron (Beauvais 1521 – Paris 1599) et Henri Lerambert, Chevaux caparaçonnés, France, Paris, Mobilier national (© Mobilier national)

Cette exposition, présentée dans la salle de la Belle Cheminée, rassemble une centaine d’œuvres réalisées pour préparer ou évoquer ces réjouissances. Peintures, tapisseries, armes de parade, dessins de costumes et livrets commémoratifs ouvrent sur les coulisses des fêtes du XVIe siècle. Cette exposition montre également la place centrale occupée par Catherine de Médicis dans la mise en place d’une véritable diplomatie du divertissement. Les plus grands artistes de la Renaissance, Rosso Fiorentino, Francesco Primaticcio, Philibert Delorme, Antoine Caron mais aussi Pierre de Ronsard, s’emploient à concevoir décors, programmes et costumes, des plus solennels aux plus extravagants : c’est l’Art de la fête.

Entourage de Rosso Fiorentino (Florence 1494, Paris 1540), Costume de guerrier, France, Paris, Musée du Louvre, Département des arts graphiques (© RMN – Thierry Le Mage)

Le château bénéficie de la contribution de grandes institutions internationales, comme le Metropolitan museum of Art de New York ou le Nationalmuseum de Stockholm. En hommage à la reine Catherine de Médicis, un partenariat unique avec la ville de Florence et ses institutions muséales, Galerie des Offices – Palazzo Pitti, permet de présenter pour la première fois au château trois tapisseries de la célèbre « Tenture des Fêtes des Valois », dont l’une prend justement pour toile de fond le château de Fontainebleau. Un exceptionnel ensemble de dessins, de Rosso à Primatice, illustre l’exubérance qui présidait à l’élaboration des costumes et des décors de mascarades.

Tenture des Valois, Le Carnaval de 1564 à Fontainebleau, Italie, Florence, Galerie des Offices, Palazzo Pitti (© Gallerie degli Uffizi)

Enfin, le château s’est engagé à faire revivre les mascarades du XVIe siècle en reconstituant, à partir d’un dessin de Primatice, deux costumes mythologiques. Grâce au savoir-faire des ateliers de création et de confection de costumes et accessoires de Disneyland Paris, ils seront présentés au public dans la salle de Bal du château, cœur des grandes fêtes des Valois.

Anonyme, Bal à la cour des Valois, France, Paris, Musée du Louvre (© RMN – Musée du Louvre – Thierry Le Mage)

Si elle offre un rassemblement exceptionnel d’œuvres issues de prestigieuses collections, l’exposition sera également l’occasion de revisiter et redécouvrir les décors du château notamment la majestueuse salle de Bal, ultime et rare témoignage des grands décors conçus sous le règne d’Henri II, dont les peintures mythologiques, réalisées à fresque par Nicolo dell’Abbate sous la direction de Primatice, sont une véritable invitation à la fête et aux plaisirs. La cour Ovale, espace privilégié des réjouissances au fil des règnes, sera aussi exceptionnellement ouverte.

Francesco Primaticcio dit Primatice (Bologne 1503, Paris 1570), Alexandre et Thalestris, Suède, Stockholm, Nationalmuseum (© Stockholm, Nationalmuseum, DR)

L’Art de la fête à la cour des Valois. Exposition jusqu’au 4 juillet 2022

Château de Fontainebleau