Le cabinet en camaïeu du château de Champs-sur-Marne

Le château de Champs-sur-Marne est caractéristique des maisons de plaisance du XVIIIème siècle bâties à la campagne, permettant un nouvel art de vivre.  Construit de 1703 à 1708 par les architectes Pierre Bullet et Jean-Baptiste Bullet de Chamblain, à la demande du financier de Louis XIV, Paul Poisson de Bourvallais. Le château présente  de somptueux décors rocaille, ainsi que des décors de chinoiseries peintes au milieu du XVIIIème siècle par Christophe Huet.

Acheté en 1895, par un riche banquier, le comte Louis Cahen d’Anvers, le château est restauré par l’architecte Walter Destailleur (1867-1940) dont le père Hippolyte (1822-1893) fit construire un hôtel particulier pour les Cahen d’Anvers dans un style Louis xiv au 2, rue de Bassano à Paris. Le parc est recréé par Henri Duchêne (1841-1902) et son fils Achille (1866-1947), tenants d’un retour à la tradition du jardin à la française.
Restauré entre 2006 et 2013, le château présente l’état d’une demeure du XVIIIe siècle telle que la concevait un riche bourgeois de la Belle époque.

Le cabinet en camaïeu du château de Champs-sur-Marne

Jusqu’en 1928, la pièce servit de cabinet de toilette à la maîtresse de maison. Charles Cahen d’Anvers en fit ensuite son cabinet d’étude.
Le décor de bleu rappelle les couleurs blanche et bleue des vases chinois. On le doit à Christophe Huet qui réalisa les décors du salon chinois en 1748. Le duc de la Vallière possédait deux châteaux : celui de Choisy et celui de Champs-sur-Marne. Il vend celui de Choisy à Louis xv qui fait aménager les appartements dans les tons de bleu et blanc avec le mobilier assorti. Le duc imite le roi en commandant cette décoration à C. Huet.

 

On peut y voir des Chinois et des Chinoises s’adonner aux plaisirs champêtres (art de fumer, art d’agencer les bouquets, art de pêcher…) ; les bas lambris sont ornés d’oiseaux, de fleurs exotiques et d’arabesques.

Au xixe siècle, ce décor démodé est recouvert de blanc par Jacques-Maurice Grosjean et sert de chambre à coucher pour Ernest Santerre. Son fils Sébastien décide de la redécorer et se serait aperçu des décors de Christophe Huet.

 

Christophe Huet

Fils d’un orfèvre et peintre à ses heures, Christophe I Huet (1663 – av. 1739), Christophe II fut surtout connu pour ses sujets animaliers bien qu’il réalisa également des scènes de genre et des portraits.

Dès 1733 il collabore avec Claude III Audran aux décors du château d’Anet sur ordre de la duchesse du Maine (le fameux Salon doré aujourd’hui détruit). L’année suivante, il est reçu à l’Académie de Saint-Luc et exposera plusieurs figures d’animaux aux « salons » que cette institution organisera en 1751, 1752 et 1756. Ses œuvres de jeunesse ne sont pas très connues car elles se confondent bien souvent avec celles de son neveu, Jean-Baptiste. On a longuement prêté à Christophe II un enseignement auprès d’Oudry, qui avait pris plutôt sous son aile son frère Nicolas, spécialisé dans les représentations de fleurs et de fruits. Certains spécialistes pensent que Christophe II a davantage tiré leçon des archétypes de Desportes.

On redécouvre à peine l’éventail de talents dont il fit preuve, spécialement dans les décors de salons tels Chantilly ou Champs-sur-Marne. C’est à lui qu’on attribue notamment le splendide et délicat bestiaire décorant le clavecin élaboré en 1733 par François-Étienne Blanchet pour le château de Thoiry.

En savoir plus:

http://www.chateau-champs-sur-marne.fr/