Marseille au XVIIIe siècle – Les années de l’académie 1753-1793

Pour la première fois le panorama artistique d’une période majeure de l’histoire de Marseille, le XVIIIe siècle, va être présenté au musée des Beaux-arts. Cent cinquante œuvres, peintures, sculptures et dessins, provenant des riches collections patrimoniales de la ville, musées, bibliothèque, archives, mais également des musées français et européens seront réunies pour retracer une histoire des arts dans une ville que le commerce a, de tout temps, ouvert aux influences extérieures.pourtant par une tragédie, celle de l’épidémie de Peste dont les grandes toiles de Michel Serre, restaurées pour l’occasion, nous ont gardé l’exceptionnel souvenir.

Le Tempête (1754) de Joseph Vernet, présenté dans l’exposition « Marseille au XVIIIe siècle », musée des Beaux-Arts, Marseille,
Le Tempête (1754) de Joseph Vernet, présenté dans l’exposition « Marseille au XVIIIe siècle », musée des Beaux-Arts, Marseille,

Véritable témoignage de l’architecture marseillaise de l’époque. Les gigantesques toiles illustrent comment la cité phocéenne a géré cette crise qui coûta la vie à plus de 50 de la population à l’époque. A cette époque, on présente Marseille par son port où l’on reconnait les deux forts qui se font déjà face. Ces documents sont de véritables mines d’un point de vue historique, c’est également la première fois que sont réunis autant d’œuvre traitant de cette période à Marseille.

Jean-Joseph Kapeller Embarquement du corps expéditionnaire de Minorque au port de Marseille sous les ordres du Duc de Richelieu, datée du 26 mars 1756.
Jean-Joseph Kapeller Embarquement du corps expéditionnaire de Minorque au port de Marseille sous les ordres du Duc de Richelieu, datée du 26 mars 1756.

La ville saura se relever du désastre et au milieu du siècle, deux grands peintres, Dandré-Bardon et Joseph Vernet viendront redonner un nouveau souffle au milieu local.

 

En créant en 1753, l’académie de peinture et de sculpture de Marseille, Dandré-Bardon va faire de cette institution un extraordinaire vivier de jeunes artistes, y attirant également ceux qui sont en route vers l’Italie tels que Joseph Vernet, dont l’Europe entière s’arrache les marines, venant sur place peindre pour Louis XV le port de Marseille,  va susciter de nombreux émules comme Lacroix de Marseille, Volaire ou Henry d’Arles, et faire des marines un genre particulièrement prisé des collectionneurs marseillais.

klo

Au sein de cette école, on retrouve des sculpteurs, architectes qui sont entouré de peintres, le parcours propose de retracer le travail de ces jeunes artistes à travers leurs portraits et leurs œuvres.  Le parcours historique s’achève sur une collection d’art décoratif du plus bel effet ainsi qu’un ensemble de 14 tableaux retraçant le cycle de Tobie, figure de l’ancien testament, peint par Pierre Parrocel. Plus historique qu’artistique, cette exposition nous fait faire un bond vers notre passé qui par une architecture commune nous touche au plus haut point.

Faïence de Marseille, XVIIIème
Faïence de Marseille, exposition « Marseille au XVIIIe siècle »

Du baroque au néo-classicisme, Marseillais ou non, installés à demeure ou simplement de passage, artistes et amateurs d’arts, ont fait de Marseille un des importants foyers artistiques de la France du XVIIIe siècle.

En savoir plus:

Jusqu’au 16 octobre 2016. Au musée des beaux arts de Marseille.

http://www.marseille.fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *