Les émaux du Musée des Beaux-Arts de Limoge

Installé au pied de la cathédrale dans le quartier historique de la Cité, le musée des Beaux-Arts de Limoges occupe l’ancien palais épiscopal édifié à la fin du XVIIIe siècle, aujourd’hui classé Monument historique. Ce bâtiment majestueux, situé au cœur de jardins dominant la vallée de la Vienne, accueille le musée depuis 1912.

Musée des Beaux-Arts de Limoge
Musée des Beaux-Arts de Limoge

Les collections présentées sont réparties en quatre grands pôles :

  • La collection d’émail assure la singularité et la renommée du musée : elle offre un large panorama de la production des ateliers limousins du XIIe siècle à nos jours et un aperçu de la création internationale. Un trésor à découvrir.

Plus de 600 pièces illustrent la production des ateliers limousins du moyen age à nos jours et offrent un aperçu de la création internationale. Les émaux champlevés, réalisés par les orfèvres limousins du Moyen Age et diffusés dès cette époque dans toute l’Europe sous l’appellation d’oeuvre de Limoges, côtoient les célèbres émaux peints de la Renaissance, dont le musée possède l’une des dix plus importantes collections au monde.

Les jeux de l'enfance Coffret en émail. (c) musée des Beaux-Arts de Limoges.
Les jeux de l’enfance
Coffret en émail.
(c) musée des Beaux-Arts de Limoges.
  • Encore largement méconnue, La collection Beaux-Arts propose des peintures de la Renaissance au XXe siècle, parmi lesquelles, entre autres, des oeuvres de Renoir ou Valadon, originaires tous deux de la région. Elle propose en outre un remarquable ensemble d’estampes et dessins, complété par des sculptures modernes et contemporaines.
  • Le musée doit sa belle collection d’antiquités égyptiennes, riche de près de 2000 pièces, à la générosité de Jean-André Périchon, un industriel originaire du Limousin qui fit carrière en Moyenne Egypte au début du XXe siècle.
  • Rythmée par une série de maquettes, l’histoire de Limoges, depuis sa création à l’époque gallo-romaine jusqu’au début du XXe siècle, est illustrée notamment par du mobilier archéologique, des sculptures romanes et gothiques ou encore des peintures… Un voyage dans le temps servi par des œuvres remarquables.
LIMOSIN, Léonard. Email peint en grisaille sur cuivre, rehauts d'or. (c) musée des Beaux-Arts de Limoge
LIMOSIN, Léonard. Email peint en grisaille sur cuivre, rehauts d’or.
(c) musée des Beaux-Arts de Limoges

La collection d’émaux, l’une des plus importantes et des plus riches au monde, comprend :

Plus de 600 pièces illustrent la production des ateliers limousins du moyen age à nos jours et offrent un aperçu de la création internationale. Les émaux champlevés, réalisés par les orfèvres limousins du Moyen Age et diffusés dès cette époque dans toute l’Europe sous l’appellation d’oeuvre de Limoges, côtoient les célèbres émaux peints de la Renaissance, dont le musée possède l’une des dix plus importantes collections au monde.

Flacon à sels, Email peint sur cuivre. (c) musée des Beaux-Arts de Limoges.
Flacon à sels, Email peint sur cuivre.
(c) musée des Beaux-Arts de Limoges.
  • Les émaux du Moyen Âge (XIème- XIVème siècles) avec les émaux cloisonnés et les émaux champlevés. Parmi les pièces importantes, on peut voir un médaillon cloisonné du xie siècle, trouvé en fouille à Saint-Gence, véritable incunable de l’émaillerie limousine. La Plaque de la Visitation illustre la technique du vermiculé très utilisée à la fin du xiième siècle. Les reliquaires comprennent la châsse du martyre de Thomas Becket, la châsse du martyre de sainte Valérie.
Email en faux-cloisonné sur cuivre, monture en bronze doré, BARBEDIENNE, Ferdinand. (c) musée des Beaux-Arts de Limoges.
Email en faux-cloisonné sur cuivre, monture en bronze doré, BARBEDIENNE, Ferdinand.
(c) musée des Beaux-Arts de Limoges.

D’autres objets (crosses, croix, pyxide, appliques, encensoir, chandeliers, boucles de ceintures, gémellions, monstrance…) montrent le savoir-faire des artistes limousins pour la production tant religieuse que profane. Sont adjointes à ces émaux des pièces non émaillées ou avec des plages émaillées réduites, qui révèlent le talent des artisans du cuivre, indissociables des émailleurs, avec plusieurs vierges de cuivre doré, un fermail, des pyxides, croix, etc. De plus, des objets provenant des riches trésors des églises de la région sont régulièrement en dépôts provisoires en fonction des besoins des communes.

Collection Emaux Art Nouveau, musée des Beaux-Arts de Limoges.
Collection Emaux Art Nouveau, musée des Beaux-Arts de Limoges.
  • Les émaux peints de la Renaissance. Dès la fin du xve siècle, les émailleurs de Limoges inventent cette nouvelle technique qui s’apparente à la peinture dans sa mise en œuvre. Ils commencent par exécuter des plaques religieuses. Vers les année 1530, sont produites les premières pièces de forme (coupes, assiettes, aiguières, salières, plats, salières, etc.). Les thèmes illustrant les objets sont également plus variés, notamment empruntés à la mythologie ou profanes avec les portraits. Les productions religieuses continuent parallèlement.  Le musée abrite l’un des ensembles les plus complets d’émaux peints limousins des XVIIème – XVIIIème siècles avec des pièces des émailleurs issus notamment des familles Laudin ou Noualhier.
  • Les émaux du xixème siècle : la redécouverte des techniques de l’émail dès le milieu du xixe siècle à la manufacture de Sèvres, puis à Limoges a donné lieu à des créations intéressantes dans des styles divers (coupe couverte, par Gobert ; Plat au faisan, Hallebardier par Fernand Thesmar, Coffret à la joueuse de mandoline par charles Lepec…).
  • Les émaux d’écoles étrangères. Émaux peints chinois ( XVIIIème- XIXème siècles); Émaux cloisonnés japonais (sabre, Meiji , Kyoto)…
  • Les émaux contemporains : Dès la fin du xixe siècle, de nombreux ateliers fonctionnent à nouveau à Limoges. Certains artistes cherchent à renouveler la production traditionnelle (Paul Bonnaud, Jules Sarlandie, Alexandre Marty, etc.) ou produisent une œuvre tout à fait originale et personnelle ( Léon Jouhaud). Nombre de ces créateurs, à l’instar de l’atelier de Camille Fauré, de Henriette Marty, prendront le tournant de l’Art Déco. Le musée conserve un important ensemble d’émaux produits depuis le milieu du xxe siècle, à Limoges et dans le monde, souvent présentés lors des biennales internationales qui se sont tenues à Limoges. Le musée continue à acquérir des œuvres de créateurs actuels.

En savoir plus:

http://www.museebal.fr/