Luigi Valadier

Luigi Valadier (1726-1785) était un orfèvre et bronzier romain extraordinairement inventif, un dessinateur de talent et un créateur de décorations de table et d’objets en bronze doré, en marbre et en pierre dure. Ses centres de table produits pour les papes, les royautés et les aristocrates, à Rome, ainsi qu’en France, en Angleterre, en Espagne et […]

Lire la suite >

Porcelaine à Bordeaux (1787-1790) : Entre franc-maçonnerie et Révolution

A la veille de la Révolution, à Bordeaux, riche cité atlantique et marchande, où soufflent depuis quelques années les idées généreuses de la franc-maçonnerie, on assiste à la naissance d’une belle mais éphémère production porcelainière qui ne durera que trois années, liées au savoir-faire d’un céramiste ingénieux et passionné ; « l’or blanc », c’est-à-dire le kaolin, […]

Lire la suite >

D’or & d’Azulejos: Palais royaux du Portugal

Du vieux palácio de Sintra, singulier mélange d’architectures mauresque et manuéline et résidence d’été de la famille royale portugaise dès le XIVesiècle, à l’élégante sobriété néoclassique d’Ajuda – le plus jeune de nos six palais puisque sa construction, initiée en 1795 mais retardée par les aléas de l’Histoire, ne reprit qu’en 1861 –, les palais royaux […]

Lire la suite >

La chaumiere aux coquillages de Rambouillet, la fabrique de l’illusion au XVIIIe siècle

En 1761, la publication de Julie ou la Nouvelle Héloïse par Jean-Jacques Rousseau, qui prônait alors le retour à la nature, contribua à l’apparition et au développement des jardins pittoresques en France dans le dernier tiers du XVIIIe siècle. Le domaine princier de Rambouillet ne fit pas exception. Dans la lignée du prince de Condé à […]

Lire la suite >

Le petit Louis XV. Enfance d’un prince, genèse d’un roi (1704-1725)

Septembre 1715 : Louis XIV est mort. Février 1723 : Louis XV est majeur. Entre vie publique et vie privée, entre Versailles et Paris, grandit et se construit un roi-enfant pour lequel rien n’est laissé au hasard. L’ouvrage raconte cette dizaine d’années pendant lesquelles un jeune roi et le Régent ont rendu possible la mutation d’un absolutisme qu’il fallait réformer pour […]

Lire la suite >

Versailles ; splendeurs et intimité

« Ce n’est pas un palais, c’est une ville entière, Superbe en sa grandeur, superbe en sa matière. » Charles Perrault, Le Siècle de Louis le Grand, 1687. Lieu unique au monde, Versailles évoque toujours les fêtes et les fastes de la cour de Louis XIV, la politique, les intrigues, les révolutions, les guerres et les […]

Lire la suite >

Odiot : Un atelier d’orfèvrerie sous le Premier Empire et la Restauration

Jean-Baptiste-Claude Odiot a édifié, au cours du premier quart du XIXe siècle, la maison d’orfèvrerie française la plus prospère et la plus fréquentée des cours européennes de son temps. Livrant de somptueux services pour la table et des ensembles prestigieux comme la toilette de l’impératrice Marie-Louise et le berceau du roi de Rome, Odiot est l’un […]

Lire la suite >

Email et terre cuite à Florence : les oeuvres des Della Robbia au musée national de la Renaissance

Présentation de cette famille d’artistes florentins de la Renaissance, célèbres pour leurs oeuvres en terre cuite parmi lesquelles des reliefs, des retables, des décors architecturaux ou encore des blasons. Colorées et lumineuses, les sculptures des Della Robbia (1435-1525) sont identifiables au premier regard. Reliefs, retables, rondes-bosses, décors architecturaux, blasons, figures destinées à la dévotion : […]

Lire la suite >

Louis Carrogis (1717-1806), dit Carmontelle: Le Transparent des campagnes de France

Connu comme l’un des plus habiles et prolifiques portraitistes de la bonne société du XVIIIe siècle français, il exerça auprès du duc de Chartres la fonction de lecteur et fut « divertisseur » appointé de la famille d’Orléans, organisant pour cette dernière fêtes et spectacles. Cette assistance choisie était fréquemment conviée à admirer ses « transparents », créations optiques […]

Lire la suite >

Pierre Joseph Redouté: le livre des fleurs

Le Français Pierre-Joseph Redouté (1759–1840), peintre des fleurs, consacra toute sa vie à l’observation et à la représentation des plantes en fleurs pour composer des planches à l’aquarelle ensuite gravées sur cuivre et publiées avec une description botanique rigoureuse. Chéri des riches mécènes parisiens, notamment de Joséphine Bonaparte, il était surnommé le «Raphaël des fleurs» et est […]

Lire la suite >