Le mobilier français du musée Jacquemart-André

Chaque salle renferme un chef-d’oeuvre de l’art du mobilier qui force l’attention : dans le salon des Tapisseries, le magnifique cartonnier-secrétaire de Joseph, aux bronzes spectaculaires, et le régulateur de Nicolas Petit ; dans le cabinet de travail, la belle commode rocaille à marqueterie de fleurs attribuée à Joseph et le bureau plat en laque ; dans le boudoir, la commode de Roussel à marqueterie de natures mortes et à pieds terminés par des grecques en bronze, incarnation du style Transition, peut-être le meuble le plus connu du musée ; dans la chambre de Mme André, la commode en laque de Deforge, et dans l’antichambre, la commode de Cressent-Garnier.

Les meubles vedettes sont entourés d’un ensemble d’oeuvres qui, par leurs auteurs, la variété de leurs types, de leurs matières, de leurs décors, contribuent à faire de la collection du musée Jacquemart-André une synthèse représentative de l’histoire du mobilier français du XVIIIe siècle, dans le domaine de l’ébénisterie comme dans celui des sièges.  » Ajoutons à ces chefs-d’oeuvre cités par Daniel Alcouffe dans sa préface de l’ouvrage le cabinet offert par le Roi-Soleil à Mademoiselle de Fontanges, oeuvre exceptionnelle de Pierre Gole récemment restaurée et enfin sortie des réserves.

Le 7 mai 1876, Edouard André inaugurait brillamment son hôtel particulier parisien, véritable palais construit et décoré dans le goût du XVIIIe siècle par l’architecte Henri Parent. A partir de 1880, il entreprit de faire de l’ameublement de son hôtel une vitrine de la création française des origines au XVIIIe siècle, rivalisant dans ses achats auprès des antiquaires parisiens avec Richard Wallace qui constituait alors la célèbre collection londonienne.

Après sa mort survenue en 1894, sa femme Nélie André, dont il avait fait sa légataire universelle, continua à enrichir les collections de son hôtel parisien et de sa résidence des champs à Chaalis. Elle mourut en 1912, ayant légué ses demeures et ses collections à l’Institut de France qui, l’année suivante, ouvrit au public le musée Jacquemart-André.

Auteur: Pallot Bill G.B. – Sainte Fare Garnot N.

Editeur:   Faton