objet vendu
line

Vers 1648 Portrait de Charlotte de La Trémoille, future comtesse de Derby (1599-1664), Peinture

Vers 1648 Portrait de Charlotte de La Trémoille, future comtesse de Derby (1599-1664), Peinture sold
photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Vers 1648 Portrait de Charlotte de La Trémoille, future comtesse de Derby (1599-1664), Peinture"
Ce magnifique portrait à grande échelle est un bel exemple du style de portrait baroque au milieu du XVIIe siècle. Magnifiquement composé, le modèle est à mi-corps et se tient devant un éperon rocheux et à côté d'une fontaine, peut-être dans le domaine familial. La robe est faite du meilleur matériau, et elle a des manches amples et amples se terminant juste en dessous du coude et un corsage à longue pointe. Ceci, avec la coiffure tirée en arrière et avec des serrures en tire-bouchon et des serrures courtes encadrant le visage, était à la mode dans les années 1650. L'accessoire par excellence – les perles – se porte autour du cou et dans les cheveux et était un accessoire très populaire et coûteux. En 1665, le chroniqueur Samuel Pepys expliqua l'achat d'un collier de perles pour sa femme qui, aujourd'hui, dépasse 10 000 £ : « Elle devait aussi s'occuper d'un collier de perles, dont elle est très occupée, je me 80 livres en un pour elle ».

Le modèle tient un coquillage dans lequel l'eau se déverse. Ce concept de composition était souvent utilisé à l'époque et il peut faire une allusion appropriée à son potentiel en tant qu'épouse et mère, rappelant Proverbes, chapitre 5, verset 18: «Que ta fontaine soit bénie et réjouis-toi de la femme de ta jeunesse». Même s'il n'avait pas toujours un sens caché et n'était parfois qu'un embellissement.

Traditionnellement, le tableau a été pensé pour représenter Charlotte Stanley, comtesse de Derby (1599-1664). Née Charlotte de La Trémoille, elle appartenait à l'une des familles les plus anciennes et les plus puissantes de France, et elle était également une figure légendaire pendant la guerre civile anglaise. Son père était Claude de la Trémoille, duc de Thouars (France) et son grand-père était Guillaume Ier, prince d'Orange. Sa mère est venue en Angleterre en 1625 dans le cadre de la maison royale de la reine Henrietta Maria, la reine de Charles Ier. Au cours de cette visite, elle a arrangé un mariage entre Charlotte et James Stanley, 7e comte de Derby. Le mariage eut lieu en 1626 et pendant 16 ans elle vécut tranquillement avec son mari à Knowsley ou Lathom House donnant naissance à neuf enfants. Son mari a combattu pendant la guerre civile et a finalement été capturé en 1651 et décapité. Lorsque Lathom House était le dernier bastion royaliste restant dans le Lancashire, la comtesse qui était en charge de sa défense, a bravement résisté sans se rendre, déclarant de manière célèbre qu'elle et ses enfants mourraient dans les flammes plutôt que de céder. Finalement, elle a déménagé à Knowsley, où elle est décédée. Pour certains historiens, la chute de la célèbre maison royaliste marqua un événement important pour la cause parlementaire et un ordre fut émis par la Chambre des communes « aux ministres de Londres de remercier publiquement Dieu, le jour du Seigneur suivant, pour sa abandon". Après la Restauration, la propriété a été rendue à la famille Derby. Il convient de noter que Charlotte Stanley a été représentée à différentes étapes de sa vie (voir Van Dyke, Cornelius Johnson, Sir Peter Lely…) mais la physionomie de ces images varie considérablement.

L'habileté remarquable de l'artiste est évidente. Le rendu du visage avec les nuances du sous-titre, la représentation des boucles de cheveux, le traitement des tissus et le modelé des mains d'une toute beauté – ce portrait est à la hauteur de certains des meilleurs portraits de l'époque. Le tableau est signé "J de Langhe fec" - l'artiste a été actif en Hollande de 1674 à 1693 et ​​était probablement Jacobus de Langhe qui a été enterré à Amsterdam le 26 décembre 1696. Il existe au moins huit portraits connus - tous montrent une remarquable habileté dans le dessin, la coloration et le rendu des chairs et des tissus. Des exemples de la famille royale néerlandaise se trouvent à l'hôtel de ville de 's-Hertogenbosch, aux Pays-Bas.

Comment un portraitiste aussi talentueux a-t-il pu rester relativement inconnu aujourd'hui ? Parmi les légions d'artistes néerlandais travaillant au XVIIe siècle, peu de détails sont connus malgré leur activité extrême sur le marché de l'art et le fait que certains étaient des peintres très qualifiés. La réponse à cette question est compliquée et parmi les nombreuses raisons, nous devons reconnaître que des études biographiques approfondies doivent encore être menées sur le grand nombre d'artistes travaillant en Hollande à l'époque. Considérant, selon certains témoignages, que plus de 1,3 million de tableaux hollandais ont été peints entre 1640 et 1660 seulement, il n'est pas surprenant qu'aujourd'hui nous ne sachions rien ou relativement peu sur de nombreux artistes. La dépression économique qui a tenu la République des Pays-Bas-Uni dans son emprise à partir de 1660 a réduit le pouvoir d'achat de larges segments de la population à un point tel que l'énorme demande de peintures s'est totalement évaporée et avec elle, sans aucun doute, au fil du temps, les identités et des informations biographiques sur bon nombre de ces artistes. Lorsqu'une étude est finalement réalisée, elle peut élever cet artiste de manière exponentielle - Johannes Vermeer se classe parmi les artistes néerlandais les plus admirés aujourd'hui était relativement obscur jusqu'à la fin du XIXe siècle. De nombreux autres artistes hautement désirables du XVIIe siècle aujourd'hui n'ont été « redécouverts » qu'au cours du XIXe siècle.

Nous sommes très heureux de vous proposer cette œuvre signée dont les exemplaires de cet artiste talentueux sont rarement disponibles.

Présenté dans un cadre doré d'époque de bonne qualité et en bon état avec plaque de présentation.

Provenance : Collection privée, Londres Royaume-Uni

Dimensions : hauteur 133 cm, largeur 111 cm encadrée (hauteur 52,5", largeur 43,75" encadrée)

Voir plus d'objets de cet antiquaire

Antiquités - Tableaux portraits

CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Recevez notre newsletter
line
facebook
pinterest
instagram

Titan Fine Art
Tableaux Européenes et Britanniques 17ème au 20ème siècle

Vers 1648 Portrait de Charlotte de La Trémoille, future comtesse de Derby (1599-1664), Peinture
853846-main-618d5d4867f68.jpg
+44 (0) 208 653 9582
+44 (0) 7875 412 111


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form