L. SURVAGE, composition cubiste et surréaliste, dessin original signé, encre sur papier, 1958 flag


1156734-main-649c390d1d720.jpg 1156734-649c3922debb8.jpg 1156734-649c392312074.jpg 1156734-649c39232039c.jpg

Description de l’antiquite :

"L. SURVAGE, composition cubiste et surréaliste, dessin original signé, encre sur papier, 1958"
Léopold SURVAGE (Moscou 1879 – Paris 1968)
Composition cubiste et surréaliste, avec personnage, ville, poissons, feuille et colombe 
Dessin original à l’encre sur papier signé et daté de 1958

Dessin original à l’encre noire sur papier signé par Léopold Survage en bas à droite et daté de 1958 avec deux initiales « B.L » situant le dessin, vraisemblablement à Beaulieu sur mer.
 Cette oeuvre réalisée vers la fin de la vie de l’artiste, la même année que « Pax », fresque de 25 mètres par 5m, composition monumentale créée pour la salle des fêtes du Palais des Congrès de Liège, et deux ans avant que ne lui soit décerné le prix Guggenheim, est particulièrement représentative de l’articulation et oscillation permanente de Survage entre les mouvements artistiques du Cubisme et du Surréalisme.
 Peintre d’origine russe, né à Moscou sous le nom de Stürzwage, francisé Survage, il s’installe à Paris dès 1908 et bâtira sa carrière artistique en France. Relevant de l’École de Paris, il fut formé à l’Académie Matisse où il ne s’attardera pas, plus influencé par Cézanne, fréquentera Apollinaire, Modigliani et rencontrera de nombreux artistes phares de l’abstraction dont Picasso et Sonia Delaunay. Survage contribuera lui-même notablement à édifier la nouvelle grammaire de la peinture abstraite.
 Ce cofondateur, en 1920, de la Section d’Or avec Archipenko et Gleizes, mais aussi Braque, Duchamp ou encore Picabia, qui participera en 1921 à l’exposition « Les Maîtres du Cubisme » à la Galerie de l’Effort moderne, avait d’abord semblé choisir le Cubisme, à la suite de Picasso ou Derain, à travers sa série des « Rythmes colorés » autour de 1914.
 Le cubisme de Survage se voulait déjà émancipé, avant de revenir, estimant être allé trop loin, à une forme de figuration, ostensiblement poétique, se jouant encore de la réalité.
 Sans cesser d’expérimenter formellement, sémiologiquement, Survage voulut renouer avec cette mythologie grecque si emplie d’Odyssée ; une odyssée humaine, remplie de ports, de pêcheurs, de présences essentiellement féminines, de porteuses et marchandes de poissons. Il s’installera d’abord à Collioure avant d’explorer la Riviera, comme dans cette oeuvre, vraisemblablement située à Beaulieu (initiales BL sous la signature et la date), Survage situant régulièrement ses dessins et aquarelles.
 Dans ce dessin réalisé à l’encre noire, de type feutre, le plan de la ville qui entoure le personnage se trouve déconstruit, fragmenté, réminiscence de son obédience cubiste ; tandis que tournoie autour de lui le monde végétal (feuille), animal (aérien et aquatique : poissons et colombe).
 Le personnage lui-même, indistinctement genré, domine ville et Nature tout en se résumant au portrait synthétique d’une tête humaine que parachève une main (celle, peut-être, de l’une de ces porteuses, un peu naïades, souvent représentées en cariatides par l’artiste).
 La pensée, et sa mise en œuvre continuée par le geste de la main, résument la civilisation humaine. Survage traduit alors l’ambivalence d’un artiste, qui doit à l’abstraction, à la fois concepteur intellectuel et réalisateur manuel. La création réunit ces deux facettes.
 La colombe, symbole universel de paix, largement utilisé par Picasso, et qui n’est pas sans évoquer « Pax », s’inclut elle-même dans une bulle en forme de feuille, synecdoque de l’arbre abri de l’oiseau comme la ville figure l’abri de l’homme.
La colombe semble non seulement sommer les immeubles mais les emmener avec elle, faire s’envoler la transfiguration de la ville.
Une ville-port, une ville-monde libérée, idéalisée, émancipatrice, que Le Corbusier qualifierait de radieuse.
 En bas de l’œuvre, accentuant l’ancrage portuaire tout autant que la symbolique odysséenne, deux poissons d’une taille démesurée, disposés en quinconces, tels un blason, achèvent les fondations de ce dessin allégorique dans un mouvement ondoyant de vague.
 La nature et la culture ne s‘opposent plus, elles forment un tout ; même si c’est sur proposition de l’artiste, ordonnateur démiurgique de l’oeuvre, que la réalité se recompose.
 Le monde tel que le pense et le représente Survage est devenu un seul est même plan cosmique où tous les éléments, interdépendants, et presque équivalents, sans rivalité, tendent à ne former qu’un. C’est ainsi que l’art tend à l’Universel. 

Signé et daté par l’artiste, et situé (BL vraisemblablement pour Beaulieu) en bas à droite de l’oeuvre, avec également la présence du cachet de son atelier en bas à gauche
Cadre moderne à baguette dorée, marie-louise, et plaque de cartel Survage en bas du cadre

Dimensions à vue : 35 cm x 27 cm – encadré : 47,8 cm x 37,8 cm

Description sur notre site en cliquant ici 
Prix: 3 000 €
Artiste: Léopold Survage (moscou 1879 – Paris 1968)
Epoque: 20ème siècle
Style: Art moderne
Etat: Très bon état

Matière: Papier
Longueur: 47,8 cm encadré
Largeur: 37,8 cm encadré

Référence (ID): 1156734
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
line

"Galerie We Art Together" Voir plus d'objets de cet antiquaire

line

"Dessins, Art moderne"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
line
facebook
pinterest
instagram
Galerie We Art Together
Art ancien et objets d'art du XVIe au XXe siècle, design et livres rares
L. SURVAGE, composition cubiste et surréaliste, dessin original signé, encre sur papier, 1958
1156734-main-649c390d1d720.jpg
01 47 00 06 19


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form