Bonbonnière En Cristal Taillé Signé . Cristallerie Royale De Saint Louis flag

Bonbonnière En  Cristal Taillé Signé . Cristallerie Royale De Saint Louis
Click to enlarge the 4 pictures.

Object description :

"Bonbonnière En Cristal Taillé Signé . Cristallerie Royale De Saint Louis "
tres beau modele signé
De la Verrerie de Münzthal à la Verrerie Royale de Saint-Louis (1586-1781)[modifier|modifier le code]
Une première verrerie est établie en 1586 au cœur d'une petite vallée encaissée de la forêt desVosges du Nord, au lieu-dit de Münzthal, principal lieu où l’on fabrique le verre3. Laguerre de Trente Ansprovoque des ravages dans la région et la Verrerie cesse toute activité au milieu duXVIIesiècle4.
En 1767, parlettres patentesdeLouis XVla verrerie de Müntzthal prend le nom deVerrerie Royale de Saint-Louis5. Le roi encourage son développement et la nouvelle Verrerie Royale de Saint-Louis devient rapidement un fleuron de l’économie française6.
La cristallerie royale de Saint-Louis (1781-1995)[modifier|modifier le code]
La date de 1781 marque un jalon historique avec la découverte de la composition ducristalparM.de Beaufort, ancien directeur de la Verrerie Royale de Saint-Louis, cherchant à réaliser le verre le plus fin et le plus transparent possible. A l'époque seule l'Angleterremaîtrisait déjà la formule du cristal au plomb.
L’Académie royale des sciencesrelate cette expérience dans un rapport signé de la main deCondorcetet donne à Saint-Louis l’appellation de «cristallerie», à l'époque la première en France7.
La Révolution française est provoquée par une crise générale de la société, des institutions politiques et des finances publiques, crise aggravée par une courte crise économique due à des mauvaises récoltes. Le mécanisme révolutionnaire se fait sentir jusqu'à lacristallerie Saint-Louis[archive].
Durant cette époque, les privilèges des verriers français, dontPortieuxbénéficiait également, sont levés.
Si dans un premier temps Saint-Louis continue de produire du verre, elle se consacre à une production unique de cristal dès 1825. Les années qui suivent seront des années d’innovation, développant alors des techniques de plus en plus sophistiquées et produisant chaque année un nombre croissant d’objets de la table transparents et finement ciselés. C’est en 1834 que Saint-Louis créé son service Trianon et introduit la notion d’Art de la Table, c’est-à-dire la notion d’utilisation de plusieurs verres selon l’usage.
La cristallerie développa ensuite de nouvelles aires d’expertises telles que le cristal moulé dès 1830, l’introduction de la couleur dans ses produits et la production delustresdès 1837 ou encore la production depresse-papiersdès 18458. Avec le cristal filigrané, le cristal coloré dans la masse, le cristal pressé, l’opaline de cristal, le cristal doublé, voire triplé, la manufacture ressuscite de nombreux tours de main liés à son histoire. En 1867, la maison met au point une nouvelle technique de gravure à l’acide et participe à l’Exposition universelle en présentant ses grands vases taillés à la roue signés Winkler9,10.
En1871, ledépartement de la Moselle est annexé par l’Allemagnece qui engendre des droits de douane élevés que Saint-Louis doit verser afin de garder ses relations établies avec la France et notamment avecParisqui à l’époque, concentrait la majeure partie de sa clientèle11.
La manufacture s’adapte et le marché allemand devient alors un des premiers pour Saint-Louis.
On verra ainsi naître les verres de lampe à pétrole pour les mines et des globes d’éclairage pour les compagnies de chemin de fer12. Par ailleurs, Saint-Louis continue de réaliser quelques commandes spécifiques pour des décorateurs ou dans le cadre d’événements.
En 1928, pour célébrer le dixième anniversaire de laPremière Guerre mondiale, Saint-Louis dessine la collection Tommy, baptisée en l’honneur dessoldats anglaiscélébrés dans les poèmes deRudyard Kipling. En 1938, la collection est officiellement présentée lors d’un déjeuner de prestige donné par lePrésident de la République Française,Albert Lebrun, auchâteau de Versaillesdans laGalerie des Glaces, en l’honneur dusouverain britanniqueGeorge VI, et deson épouse. Deux cents convives ont assisté à ce banquet symbolisant l’amitié franco-britannique; chacun ayant pu bénéficier d'une série de onze verres Tommy dans la disposition de son couvert. Au total, 2200verres ont été produits pour l’occasion13.
En 1989,Hermèsacquiert, via le holding Castille Investissements, avec le groupe Pochet14une participation dans la cristallerie de Saint-Louis et dans Puiforcat. En 1994, Pochet cède sa participation à Hermes International15,16.
Saint-Louis aujourd'hui (1995 à nos jours)[modifier|modifier le code]
La cristallerie Saint-Louis œuvre dans les univers des Arts de la Table, décoration, luminaires et mobilier avec des pièces en cristal réalisées par des artisans maîtres verriers et maîtres tailleurs. Le savoir-faire des artisans de la manufacture requiert environ 10 ans d'apprentissage17.
La cristallerie accueille en son sein plusieurs artisans sacrésMeilleur Ouvriers de France10.
La couleur à la masse définit les pièces de cristal qui ne comportent qu’une seule couche de cristal coloré dans la masse. Tandis que le cristal doublé couleur consiste à marier avant le soufflage une fine couche de cristal de couleur en surface à du cristal clair ou d’une couleur différente à l’intérieur. La particularité technique est révélée lorsque la couche de cristal coloré est entamée par la taille pour laisser apparaître le cristal clair18.
Les collaborations artistiques[modifier|modifier le code]
Depuis le début duXXesiècle, Saint-Louis collabore avec de nombreux artistes et designers19, et enrichit ainsi ses collections de créations contemporaines.
Présente initialement dans les Arts de la table, la cristallerie s'est déployée dans les univers de la lumière et de la décoration et plus récemment du mobilier avec la collection Folia de Noé Duchaufour-Lawrance introduite en 201720.
Le savoir-faire Saint-Louis[modifier|modifier le code]
Atelier du chaud[modifier|modifier le code]
La fusion du cristal conditionne le façonnage de la matière. Le four à pots, en terre réfractaire, est dédié au cristal de couleur dit à la masse ou à doubler. Le four à bassin est consacré à la fusion du cristal incolore dit cristal clair. La stabilisation de la matière et la solidité des objets sont obtenues par une recuisson suivi d’un refroidissement progressif.
Le travail à chaud est réalisé par une équipe appelée place, dont l’effectif est variable. Elle est principalement composée de cueilleurs qui prélèvent la matière et la présente aux maîtres verriers chargés de la façonner. Une fois les objets détachés de la canne à souffler par les verriers qui iront les placer dans l’arche de recuisson21.
La matière en fusion s’attachant plus facilement à un élément chaud, le cueilleur réchauffe sa canne en acier pour prélever le cristal sorti du four à1450°C. Rapidement, la température du cristal en fusion atteint950°C. Malléable jusque650°C, cette matière est façonnée par l'intermédiaire d'outils qui prolongent la main du verrier afin de: cueiller, souffler, manipuler, aplanir, étirer etc.
Quant aux outils en bois, au contact de la haute température du cristal, ils produisent du carbone reconnu comme étant un lubrifiant facilitant le façonnage de la matière21.
Confrontés à la matière en fusion, les gestes comme les outils des artisans verriers sont identiques à ceux des siècles précédents. Ils appartiennent au patrimoine manufacturier de Saint-Louis et sont l’une des clefs de préservation des savoir-faire qu’ils accompagnent.
Par ses mouvements, son souffle, son regard, le verrier maîtrise le comportement de la matière et juge de l'instant décisif de chaque geste. Le parcours est encore long pour qu’un produit soit achevé, il passera entre de multiples mains et ateliers.
Atelier du froid[modifier|modifier le code]
Taille[modifier|modifier le code]
La taille n’est rendue possible qu’après une étape incontournable appelée compassage.
Matrice de toute la gamme de tailles Saint-Louis, le compassage consiste à tracer manuellement les repères éphémères qui délimiteront les hauteurs et le nombre de divisions du motif, proportionnel à la forme de l'objet.
Les artisans tailleurs, dont de nombreux Meilleurs Ouvriers de France, exécutent leur ouvrage en s’appuyant rigoureusement sur ce quadrillage de lignes verticales, horizontales et diagonales. L'objet est porté contre la meule sous un jet d’eau continu afin d'éviter la surchauffe et la casse21.
La taille manuelle offre des possibilités de création multiples basées sur les formes des meules: arrondie, carrée, triangle. Chaque taille peut être appliquée individuellement ou combinée à d’autres à l’infini permettant à Saint-Louis d'enrichir constamment ses décors. L'entaille brute matifie le cristal dont la brillance réapparaît par un polissage manuel ou un bain d’acide.
Gravure à la roue, à l'acide et décors à l'or ou au platine[modifier|modifier le code]
Saint-Louis possède deux techniques de gravure: à la roue et à l’acide, cette dernière peut être décorée à l’or ou au platine. Ainsi la brillance du cristal est amplifiée par contraste avec la matité des décors obtenus ou par application de métaux précieux21.
La gravure à la roue consiste à réaliser un dessin directement sur le cristal à l’aide d’une petite roue fixée sur un tour, humectée d’eau, sans compassage préalable sur l’objet. Le graveur réalise un dessin préparatoire avant de l’exécuter à main levée sur la matière transparente. La gravure à la roue exige donc des aptitudes artistiques en plus de requérir, comme tous les métiers de la manufacture, environ 10années de pratique. La collection Botticelli est un exemple de ce savoir-faire.
La gravure à l’acide est un procédé chimique qui consiste à inscrire à la surface du cristal, à l’aide de bitume de Judée, les motifs transférés d’un pochoir. L’acide mord uniquement les zones ajourées, créant un véritable décor dépoli.
Saint-Louis introduit dans ses collections la décoration à l’or fin 24-carats en 1890 et au platine en 1998. Ces métaux précieux sont appliqués au pinceau sur le motif créé par la gravure à l’acide ou à main levée sur les bords des buvants ou des pieds. À la sortie de l’arche de recuisson, ils retrouvent leur brillance grâce au polissage manuel à la pierre d’agateou au sable.
Price : 80 €
Artist : Cristallerie De Saint Louis France
Period:20th Century
Style:Design 50's and 60's
Condition : Bon état

Material : Cristal taillé
Diameter : 12 cms
Height : 5 cms

Reference : 634645
Contact Dealer
wait...
Go to the dealer's gallery
Print

"One Secret World Gallery" see more objects from this dealer

"Crystal, Design 50's and 60's"

more objects on Proantic.com
Subscribe to newsletter
One Secret World Gallery
HERE BUY BEFORE THE OTHERS
Bonbonnière En Cristal Taillé Signé . Cristallerie Royale De Saint Louis
06 52 47 74 85


*We will send you a confirmation email from info@proantic.com Please check your messages, including the spam folder.

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form