Les Moissons - Gabriel Prieur 1806-1879 flag


Description de l’antiquite :

"Les Moissons - Gabriel Prieur 1806-1879"
Dimensions à vue
Hauteur : 24 cm
Longueur : 46 cm
Dimensions avec cadre
Hauteur : 38 cm
Longueur :  60,5 cm
Cadre
En bois doré
Matériau
Huile sur panneau
Panneau de la maison Carpentier et Deforge, marchands de couleurs au 8 bd Montmartre
Signature
Signé
Au dos tampon de la Maison Carpentier et Deforge
Daté 1863

Gabriel Prieur suit les trace de son maître Jean-Victor BERTIN. En 1833, à 27 ans, il décroche le Grand Prix de Rome en paysage historique avec Ulysse et Nausicaa. Il effectue son séjour de trois ans à la Villa Médicis, puis rentre en France et s’installe à Barbizon, peignant dans un naturalisme rustique, proche de celui de son contemporain Jules Dupré (1811-1889).En 1842 il obtient une troisième médaille au salon, et une deuxième médaille à celui de 1845.
Cette discipline au Grand Prix de Rome du paysage historique avait été créé en 1816 à l’instigation du ministre de l’Intérieur de Louis XVIII, Pierre-Henri de Valenciennes, afin de concilier le souhait des peintres de représenter la nature et la tradition héritée des maîtres du 17ème siècle. Le Grand Prix pour cette discipline particulière, mais qui mettait la peinture de paysage parmi les genres majeurs de la peinture, n’avait lieu que tous les quatre ans.
Le paysage historique devait représenter une composition agencée suivant le goût de l’artiste mais répondant aux exigences académiques, parfois peuplé de monuments en ruines, de statues, de vases, et traversé de figures représentant une scène tirée de l’histoire ou de la mythologie, le tout mis en valeur par des effets de lumières.
Le paysage historique est supprimé du concours en 1863, quand la sensibilité des peintres de l’École de Barbizon efface l’idéal classique dont se revendiquait le paysage historique. Douze prix de Rome de paysage historique auront donc été décernés, le premier revenant à Achille-Etan Michallon (1796-1822) en 1817.                                          
Il s’éteint en son domicile de la rue des Petites Écuries (Paris 10ème) le 22 mai 1879, à l’âge de 72 ans.

Cette huile sur panneau de Gabriel Prieur est peinte l’année même où la discipline de son Prix de Rome disparait. Si l’on observe l’évolution de la peinture de paysage, celle de Gabriel Prieur, qui, installé à Barbizon depuis son retour de Rome avance lui aussi dans sa recherche d’un paysage dégagé de toute « histoire » pour n’être plus que réaliste.
Peinture réaliste, ce tableau expose un épisode maintes fois traité par les peintres au cours des siècles, mais ne semble lasser ni les peintres ni les amateurs. Scène de la vie rurale, les Moissons permettent de mettre en scène la dureté du travail paysan, de montrer l’homme et la bête oeuvrant dans un effort commun.
La scène peinte par Gabriel Prieur est un épisode de la moisson, le dépiquage animal ou  battage des céréales. Cette technique du dépiquage animal est très minoritaire, comparé au dépiquage au fléau, ou au rouleau. Il se pratique surtout dans le sud de la France, principalement en Provence et en Camargue. Les gerbes de blés sont déposées sur une aire de terre battue. Deux, trois ou quatre couples de chevaux (cela pouvait aussi être des ânes, des mulets ou des bœufs), attachés deux à deux et les yeux bandés, étaient guidés par une longe tenue par le conducteur, au centre de l’aire. Armé d’un fouet, il faisait tourner les animaux tandis qu’en périphérie de l’aire, avec des fourches de bois, deux paysans repoussaient la paille sous leurs sabots jusqu’à ce que les épis soient complètement brisés et vidés de leurs grains.
Le tableau de Gabriel Prieur se situe certainement en Camargue. La scène centrale attire l’attention du spectateur de prime abord. Un escadron de chevaux, dont trois blancs sui attirent la lumière, tout comme la chemise du paysan à la fourche, foulent la paille. Trois hommes sont à la manœuvre, un près de chevaux, deux à la périphérie de l’aire de battage, dont celui à la chemise blanche. Puis les détails apparaissent… En arrière-plan, à droite, un bosquet d’arbres abrite des chevaux au repos et deux femmes. De-ci delà, toujours en arrière-plan des personnages et d’autres chevaux se laissent découvrir au détour d’un tas de paille…

Pour aller plus loin : https://www.lestresorsdegamaliel.com/tableaux/381-les-moissons-gabriel-prieur.html

© Copyright textes et photos : Les Trésors de Gamaliel


 
Prix: 1650 €
credit
Artiste: Gabriel Prieur 1806-1879
Epoque: 19ème siècle
Style: Autre style
Etat: Bon état

Matière: Huile sur panneau
Largeur: 60.5
Hauteur: 38

Référence (ID): 964996
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
line

"Les Trésors de Gamaliel" Voir plus d'objets de cet antiquaire

line

"Tableaux Paysages, Autre style"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
line
facebook
pinterest
instagram
Les Trésors de Gamaliel
Bronzes d'édition & Peintures XIXème début XXème
Les Moissons - Gabriel Prieur 1806-1879
964996-main-62b35890481ad.jpg
06 38 91 53 60


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form