Ecole Anglaise Du XVIIe Siecle - Portrait De Femme Date De 1624 flag


Description de l’antiquite :

"Ecole Anglaise Du XVIIe Siecle - Portrait De Femme Date De 1624"
Une somptueuse et très détaillée huile sur toile jacobéenne du XVIIe siècle représentant une dame d'une richesse et d'un statut importants. Elle se pare de ses plus beaux atours, dévoile ses traits les plus vertueux et nous regarde avec un air de confiance digne de ses 46 ans. Une inscription latine nous donne son âge et la date (1624) et transmet avec elle l'idée que la gardienne est cultivée, et ses vêtements et sa tenue nous disent qu'elle est bien élevée.

L'affichage est évidemment important pour ce modèle. Sa richesse et sa puissance se révèlent dans son choix de couleurs - le rouge et le noir étaient tous deux des colorants extrêmement coûteux. Beaucoup de femmes auraient porté des torsades de ruban de soie noire au poignet (et peut-être un bracelet de perles) pour mettre en valeur le teint pâle désiré. Le spectacle de bracelets de perles rouges de cette dame est ostentatoire et ils auraient été lourds et difficiles à maintenir dans la position souhaitée. Ils sont attachés à des poignets en lin amidonné raidis avec des «torsions» de soie noire pour décorer et déguiser l'épingle.

Elle nous invite à admirer sa piété avec une broche en forme de croix, et peut-être la simplicité de son linge (en lieu et place de dentelles très coûteuses). Ne vous y trompez pas cependant car les pierres noires qui scintillent de son poignet sont en fait des diamants. Avec son médaillon en or et une autre croix en diamant autour du cou, il est clair qu'elle possède des richesses mondaines en abondance.

La silhouette à la mode qu'elle présente est cohérente avec les années 1620 - à savoir une coiffure large plutôt que haute, avec de petits éparpillements de cheveux - appelés «lovelocks» débordant sur sa collerette. La collerette est pleine et fermée – c'est-à-dire non ouverte à l'avant – et relevée à l'arrière. Cela serait soutenu par un collier en carton raidi appelé «pickadil» ou «underpropper» ou peut-être un engin câblé (une «supportasse») qui maintiendrait le linge amidonné élevé.

Sa taille naturelle / haute correspond à cette période, tout comme la quantité de poignets visibles et la plénitude des manches. À la fin des années 1620 à 1630, les manches seraient pleines et auraient rétréci pour révéler l'avant-bras, donnant ainsi aux poètes une autre zone du corps à louer dans la poésie, et aux moralistes à condamner comme affichés de manière pécheresse et sans vergogne.

L'utilisation de broderies polychromes - ornant son gilet et son jupon - est typique de l'époque jacobéenne (l'époque de Jacques Ier (1603-1625). La silhouette à la mode qu'elle présente est cohérente avec les années 1620 - à savoir une coiffure large plutôt que haut, avec de petits éparpillements de cheveux - appelés "lovelocks" débordant sur sa collerette. La collerette est pleine et fermée - c'est-à-dire non ouverte à l'avant - et relevée à l'arrière. Cela serait soutenu par un collier en carton renforcé appelé un 'pickadil' ou 'underpropper' ou peut-être un engin câblé (une 'supportasse') qui maintiendrait le linge amidonné élevé.

La caractéristique la plus frappante du costume des modèles est sans aucun doute la richesse des broderies exposées. Celle-ci aurait pu être l'œuvre d'une brodeuse professionnelle ou créée par la maîtresse de maison elle-même en guise de démonstration de son savoir-faire. Les motifs polychromes qui ornent son gilet à col haut étaient à la mode depuis la fin de l'ère élisabéthaine. Il y a un gilet en lin magnifiquement travaillé de la collection Burrell, Glasgow, qui présente un motif de volutes d'or très similaire, renfermant des fleurs de fraise et des feuilles de chêne. On peut également le voir dans le remarquable portrait de Marcus Gheerearts the Younger de Margaret Layton dans le V&A - où la vraie veste portée dans le portrait survit également.

La broderie de ce portrait est plus stylisée que dans les exemples cités, mais les motifs de feuilles de chêne, de glands, de feuilles de fraisier et de fleurs sont clairement identifiables. Les fraises étaient un motif populaire depuis que les fraises de Virginie avaient été ramenées du "nouveau monde" à la fin du XVIesiècle. Les mini-bêtes, papillons et insectes qui rampent et rampent sur son jupon auraient été travaillés avec une aiguille (plutôt que dans le tissu). Nous pouvons le dire parce qu'ils sont tellement individualisés. Des idées pour ces motifs auraient été glanées dans des livres de modèles Nous savons que les dessins originaux et exquis du talentueux dessinateur huguenot Jacques Le Moyne de Morgues des années 1570 avaient été transformés en livres de modèles de broderie produits dans le commerce au 17ème siècle.

Notre baby-sitter porterait un vêtement en forme de T de lin lavable à côté de la peau (une blouse), et elle semble également porter un tel gilet en lin (que nous appellerions veste) car il a des manches. Au-dessus du gilet / veste, une robe en tissu de soie noire est portée, ornée d'un motif floral audacieux qui a été tissé dans le tissu. Cette robe a un corsage serré et un devant ouvert, avec des coutures ornées d'un galon noir, et des rosettes discrètes au milieu du devant et des épaules.

Les vêtements survivants - et cette peinture - démontrent l'utilisation de "oes" ou de "paillettes" minuscules morceaux de métal en forme de "o" que nous pourrions appeler des paillettes. Ceux-ci ont été cousus généreusement sur la veste en lin entre les motifs de volutes brodéset scintillait et attirait l'attention lorsque le porteur bougeait. Cette baby-sitter a une couche supplémentaire de gaze de soie sur son gilet brodé qui est disposé en fins plis verticaux sur la poitrine et gonfle sur ses bras. Des détails rapprochés révèlent des manches pendantes - c'est-à-dire de fausses manches qui pendent à l'arrière de la robe. Elle a tiré l'extrémité tubulaire de l'une des longues manches pendantes sur le devant de sa robe et joue avec à sa taille, ce qui lui permet d'attirer l'attention sur ses mains blanches et ses poignets en lin fin blanc, ainsi que sur le jupe rouge superbement brodée.

Il convient de noter en particulier la collerette des gardiens qui est fermée et ouverte. Un ensemble est un arrangement en forme de huit qui se forme lorsque les couches de lin sont pliées en accordéon et fixées avec une goutte de cire ou une épingle pour créer la forme en « 8 ». Cette forme pouvait être fermée (c'est-à-dire étroitement emballée) ou ouverte, où les cercles ou ovales parfaits du « 8 » étaient formés de fers de forme tubulaire appelés « piqueurs ». Ces longs tubes de métal aux extrémités émoussées étaient réchauffés dans le feu puis enfoncés dans la collerette pour fixer l'amidon. Environ 50 mètres de lin ont peut-être été utilisés pour fabriquer ce vêtement, et jusqu'à 5 heures d'amidonnage seraient nécessaires.

Les contours clairs de la fraise blanche pure de nos dames sont mis en valeur par le voile vaporeux (ou «rail) qui pend à l'arrière de sa tête et encadre son visage. C'était une caractéristique à la mode que la reine Elizabeth I elle-même avait utilisée pour ajouter de l'intérêt à la vue arrière de sa silhouette.

Tout ce qu'il faut noter, ce sont les traits fins des modèles. Ils ont été rehaussés de peinture (tant dans la vraie vie que dans l'atelier de l'artiste). Ce teint blanc aurait été créé par l'utilisation de pâtes dérivées de la céruse, qui rongeraient la peau et nécessiteraient l'utilisation de maquillage supplémentaire pour couvrir les imperfections qu'elle provoquait. Le rougissement de ses joues peut avoir été créé avec de la cochenille (fabriquée à partir de coléoptères) et les pupilles sombres de ses yeux créées à l'aide d'une goutte de «belladone» - une autre fleur vénéneuse qui a dilaté les pupilles.

Ainsi, bien que notre baby-sitter déclare son âge dans l'inscription, nous pourrions être pardonnés de la confondre avec une femme plus jeune.

Que sa beauté soit réelle ou non, le peintre ici l'a mise en valeur. Elle porte des parures qui auraient convenu à son statut économique, afin d'impressionner ses contemporains ainsi que la postérité. Son plan a fonctionné comme

Ce portrait a survécu dans un état remarquable et près de quatre cents ans plus tard, il continue d'éblouir et d'exciter.

Je suis très reconnaissante à Jacqui Ansell, maître de conférences, Christie's Education, pour les informations détaillées et l'analyse qu'elle a fournies sur la mode et les costumes.

Provenance : The Weiss Gallery, Londres, 1988. Collection privée Canada.

Images haute résolution sur demande.
Expédition mondiale disponible.

Toile : 30,5" x 25,75" / 78cm x 65cm
Cadre : 38,25" x 33,5" / 98cm x 89cm
Prix: 50290 €
credit
Epoque: 17ème siècle
Style: Autre style
Etat: Très bon état

Matière: Huile sur toile
Largeur: 89cm
Hauteur: 98cm
Profondeur: 4cm

Référence (ID): 905940
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
line

"PERIOD PORTRAITS" Voir plus d'objets de cet antiquaire

line

"Tableaux Portraits, Autre style"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
line
facebook
pinterest
instagram
PERIOD PORTRAITS
Tableaux Britanniques et Européens 17ème au 20ème siècle
Ecole Anglaise Du XVIIe Siecle - Portrait De Femme Date De 1624
905940-main-621796640671b.jpg
+44 07889 859729


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form