Portrait d'Une Femme, Jacobs Van Den Tempel ( 1622 -1672) flag


Agrandir les 12 photo(s) supplémentaires.
imgimgimgimg

Description de l'antiquité :

"Portrait d'Une Femme, Jacobs Van Den Tempel ( 1622 -1672)"
Portrait d'une jeune femme au collier de perles, XVIIIè siècle
Hollande vers le milieu du XVIIè siècle
Abraham Lamberts Jacobs van den Tempel ( 1622 -1672) Attribué
Cadre en bois doré et sculpté à motifs de glands et de feuilles de chêne.
Provenant de la collection Timmermans - Anvers
Mesures: Hauteur 116 cm X Largeur 100 cm

Le déclin de la puissance espagnole affectera la mode féminine aux Pays-Bas, qui reconquerra quelques traits de grâce et de sensualité, fait son chemin dans le concept de mode, que les dames suivent pour être " à la page". Vers 1650, les vêtements deviennent de plus en plus décolletés, aboutissant à un décolleté qui laisse entrevoir les épaules, le dos et l’attache du sein, l’encolure devenant de plus en plus large.

Les riches, grands et amidonnés cols, à attache postérieure, disparaîtront et laisseront la place à de larges cols châlés et crénelés. Tout comme les longs corsets constrictifs, ils laisseront la place à "bustier", moins rigides et plus courts, en lin, qui placeront le point vie dans sa position naturelle.
Une série de sous-vêtements, soutiendront et gonfleront la femme de manière plus naturelle, les robes de première en soie noire, on passera
plus tard, à des couleurs plus voyantes.

Les cheveux sont de plus en plus constamment recueillis, avec de longues mèches latérales au visage, frisées avec des aiguilles chaudes et laissés tomber sur les épaules, tandis que le reste des cheveux sera recueilli dans un grand chignon; cette mode a été surnommé Hurluberlu par le français ( Fou-bizarre), née des cheveux abîmés et naturels de la déesse Nell Gwynne, maîtresse du souverain royal d’Angleterre.
Les chapeaux et les écouteurs ne sont plus obligatoires, et les dames de rang peuvent se faire représenter même dans les lieux publics et à l’extérieur. Pour faire ressortir la blancheur de la peau, on a utilisé des cosmétiques au mercure et des poudres à base de plomb.
La mode se répandit de se teindre les cheveux en noir, et les blondes vont rivaliser pour trouver les teintures les plus opaques et résistantes, et même la lymphatique reine de France, Anna d’Autriche ne restera pas exempte de ce "must" de la mode du début du XVIIe siècle.

Notre portrait est un exemple naturelle de ce changement, en premier plan une jeune et belle dame de rang, se fait dépeindre à trois quarts et nous rend hommage d’une branche de fleurs blanches et de roses rouges, symbole de fidélité, d’amour et des liens du cœur.
Un grand rideau en velours rouge et terminant par des glands retombants, encadre la scène.
Elle est vêtue d’une élegante robe noir de soie, avec des manches volumineuses et un large décolleté en châle, terminant et uni sur le devant par le traditionnel ruban en velours noir, rifinie d'une broche à quatre diamants et d’un pendentif de perle à poire;ainsi que la parure composée de boucles d’oreilles et collier de perles " unions d’excellence" va illuminer un teint d’un visage poudré lumineux et resplendissant, les yeux de la jeune fille sont clairs, éclairés, vivants, et le sourire est mentionné juste.
De longues boucles aléatoires et hors du chignon tombent naturellement sur les épaules, tandis que d’autres, plus petits entourent et ornent le visagecomme de douces et délicieuses boucles filantes.

La pose est naturelle, le mannequin semble heureux de poser, gracieuse et assise sur le bord d’une chaise veloutée à peine mise en évidence par le peintre, il observe le spectateur, conscient de son niveau social, montrant toute sa beauté. Le maître la dépeint, en faisant un chef-d’œuvre, avec de savants coups de pinceau doux et précis saisira la sensualité de la femme, en unissant les attributs qui nous indiqueront le message d’amour, un message qui restera dans nos cœurs pour toujours.

L'experte de la galerie délivrera le certificat d'authenticité, se document apporte une identification supplémentaire et joue une role important dans l'appréciation de la qualité de l'oeuvre, il garantit aussi que cette dernière à bien été realisé dans l'époque donné.

Nous vous remercions de l'attention que vous porterez à nos propositions et nous serons heureux de répondre à vos questions. Merci


Sergio Schina
Antiquaire, Collectionneur
Villa Stampanoni Antiques
info: +39 3386233246 Whats' App
Prix : 8500 €
Artiste : Abraham Lamberts Jacobs Van Den Tempel ( 1622 -1672)
Epoque : 17ème siècle
Style : Haute époque-Renaissance-Louis XIII
Etat : Très bon état

Matière : Huile sur toile
Largeur : 100
Hauteur : 116

Référence (ID) : 744296
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
line

"Villa Stampanoni Antiques" Voir plus d'objets de cet antiquaire

353756-1.jpg
753977-main-6067a83889e6a.jpg
433517-1.jpg
536615-main-5deda62bdcb2a.jpg
413385-1.jpg
line

"Tableaux Portraits, Haute époque-Renaissance-Louis XIII"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
line
facebook
pinterest
instagram
Villa Stampanoni Antiques
Tableaux anciens, armures japonaise et meubles français estampillés
Portrait d'Une Femme, Jacobs Van Den Tempel ( 1622 -1672)
744296-main-605186d586023.jpg
+39 3386233246


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form