objet vendu

Portrait De Marie-angélique De Coulanges. Attribué à Pierre Mignard (1612-1695)

Portrait De Marie-angélique De Coulanges. Attribué à Pierre Mignard (1612-1695)
photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Portrait De Marie-angélique De Coulanges. Attribué à Pierre Mignard (1612-1695)"
Huile sur toile de forme ovale (non rentoilé et châssis d’origine)

Dans son cadre d’époque en bois sculpté avec une belle dorure, à décors de feuilles de chêne et de glands.

Dimensions avec le cadre: 90 x 77 cm. La toile seule: 75 x 60 cm

Ce tableau d'époque XVIIème siècle et peint vers 1670, représente Marie-Angélique de Coulanges, elle est coiffée à la Fontange avec deux accroche-cœurs, les lèvres très rouges, respectant les codes et la mode de son époque. Elle porte une robe entièrement brodée de fils d’or agrémentée des fines dentelles, de bijoux faits de perles et cabochons de pierres précieuses et dans une gestuelle précieuse elle pose son coude et appuie sa tête sur sa main.

Cousine de Louvois, Marie-Angélique du Gué de Bagnols, dame de Coulanges, née vers 1641, morte le 3 août 1723 à Paris, est une femme d'esprit et une épistolière française, amie intime et cousine de madame de Sévigné.
Elle épouse le 16 décembre 1659 Philippe-Emmanuel de Coulanges, conseiller au parlement de Paris, « chansonnier », aimable parasite, cousin germain et ami de madame de Sévigné. Elle vit avec son mari rue du Parc-Royal, à Paris dans le Marais où elle fréquente les beaux esprits de ce quartier.

Madame de Coulanges était gaie, spirituelle et légère, elle inspira à Madame de Sévigné les surnoms de tourbillon, de mouche et de feuille, «la feuille est la plus frivole et la plus légère marchandise que vous ayez jamais vue». Malgré ce jugement sévère, les deux cousines entretenaient une amitié sincère. Madame de Coulanges se rendait aussi souvent que possible à la cour à Versailles où elle faisait des merveilles grâce à son esprit…

Pierre Mignard, peintre classique français du XVIIème siècle, est surtout connu pour ses portraits de la famille royale ou de ses contemporains.
Sa réputation commence lors d’un séjour à Rome vers le début des années 1650. En 1657, Louis XIV l’invita à Paris à travailler à la Cour, et une étape à Avignon vit sa première rencontre avec Molière. Il s’y établit une amitié forte et le peintre devint l’un des rares proches du comédien d’en dehors de sa troupe. En 1664 Mignard accomplit les fresques de l’église du Val de Grace à Paris, et Molière en composa un éloge, publié en 1669. Malgré l’approbation royale qu’il reçut, Mignard refusait à maintes reprises d’entrer à l’Académie royale de peinture et sculpture. Il devint néanmoins son directeur en 1690.
Admiré au XVIIème, considéré comme un modèle au XVIIIème, il sera oublié ou dénigré dans l'histoire de l'art dès le XIXème siècle. Né il y a un peu plus de 400 ans, il est intéressant de redécouvrir cet artiste talentueux.

Œuvre en rapport:
École Française du XVIIème siècle. Portrait de Marie-Angélique de Coulanges.
Huile sur toile ovale: 71 x 59 cm.
«Le nom du personnage est inscrit sur la toile»
Collection comte Amaury de Ternay, château des Rochers-Sévigné
Catalogue de l’exposition, Madame de Sévigné, musée Carnavalet (14 octobre 1999-12 janvier 1997) page 50.

Très bel état de conservation! Vendu avec facture & certificat

Voir plus d'objets de cet antiquaire

Antiquités - Tableaux portraits

CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Recevez notre newsletter

Galerie FC Paris
Tableaux Anciens & Sculptures

Portrait De Marie-angélique De Coulanges. Attribué à Pierre Mignard (1612-1695)
06 26 62 14 87


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form