Portrait De Marie Mancini Tenant Un Collier De Perles Vers 1660 flag

Portrait De Marie Mancini Tenant Un Collier De Perles Vers 1660
Agrandir les 8 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Portrait De Marie Mancini Tenant Un Collier De Perles Vers 1660"
Cette œuvre sublime est un exemple exceptionnel de portrait français des années 1660. Il regorge de fioritures ingénieuses et de démonstrations de l'habileté du peintre; le rendu du visage et des mains est saisissant ainsi que la représentation des tissus somptueux et de leur richesse décorative. La technique du sfumato utilisée dans la main et les perles offre une douceur tout à fait magnifique - la même technique est utilisée pour la boucle des cheveux sur le front. Ces éléments sont une manipulation virtuose de la peinture. La pose gracieuse, le costume somptueux, les couleurs riches et la technique brillante sont les caractéristiques distinctives de ce portrait et c'était un type qui était très demandé au 17ème siècle comme il l'est aujourd'hui. Le revers de la toile est inscrit «bonne de Maussabe remy» et le portrait est contenu dans un cadre sculpté et gesso du XVIIe siècle. C'est un superbe portrait que Titan Fine Art est fier d'offrir.

Le portrait représente Marie Mancini (1639-1715) qui était la troisième des cinq célèbres soeurs Mancini, nièces du cardinal Mazarin, premier ministre du roi Louis XIV de France. Elle détient un collier de 35 perles qui lui ont été offertes en cadeau d'adieu par le roi, qu'il a acquises de sa tante, Henrietta Maria d'Angleterre. Les sœurs étaient une famille extrêmement populaire et leurs portraits ont été peints plusieurs fois. À la cour, ils étaient connus comme les Mazarinettes.

Un portrait presque identique peint vers 1660 attribué à Pierre Mignard se trouve dans la prestigieuse collection de Georges de Lastic-Saint-Jal (1927-1988) au Château de Parentignat au XVe siècle en France. Il s'agit de l'une des plus importantes collections privées de tableaux de maîtres anciens des XVIIe et XVIIIe siècles. Il a été exposé au Musée de la Chasse et de la Nature et Senlis, Musée de la Vènerie ("Le Cabinet d'un Amateur", Musée de la Chasse et de la Nature) à Paris du 7 décembre 2010 au 14 mars 2011, et au Musée des Beaux-Arts, Nantes, du 20 juin au 15 septembre 1997, et Musée des Augustins, Toulouse, du 8 octobre 1997 au 5 janvier 1998

Marie Mancini est née à Rome le 28 août 1639, la troisième fille de Lorenzo Mancini, un aristocrate romain avec une passion plutôt inhabituelle pour l'astrologie et la nécromancie, et son épouse, Hieronyma Mazzarini, qui était la sœur de l'influent cardinal Mazarin. Le père de Marie a lu les planètes peu de temps après sa naissance et a prédit qu'elle causerait des problèmes au nom de famille à l'avenir, une sombre prédiction qui a poussé Hieronyma à se concentrer sur l'entrée de Marie dans un couvent.

Il y avait cinq filles Mancini dans la famille - Laure, Olympe, Marie, Hortense et Marie Anne. Tous avaient leurs propres personnalités distinctes et tous étaient des pétards italiens avec une apparence audacieuse et sombre, des yeux clignotants, une intelligence vive et un esprit souvent plutôt caustique que l'éducation traditionnelle au couvent des filles de l'aristocratie romaine n'a rien fait pour atténuer. Ils étaient également tous d'excellents lecteurs, Marie appréciant particulièrement les romans et les livres plutôt ésotériques de son père, qui remplissaient le palais Mancini. Il n'est donc pas surprenant que leur oncle, le cardinal Mazarin, ait prévu que les filles soient amenées à Paris pour éblouir la cour française et conclure des mariages beaucoup plus brillants et prestigieux qu'ils ne l'auraient fait autrement en Italie.

Par conséquent, dans les années 1650, après la mort de leur père, les filles Mancini ont fait leur chemin vers Paris. La première à partir fut Laure, qui fut rapidement mariée au duc de Vendôme en février 1651; avec Olympe ensuite en 1652, puis Hortense et Marie au printemps 1653 (arrivée en 1654) et enfin Marie Anne, qui n'a que six ans lorsqu'elle arrive à Paris en 1655.

Avant de se rendre à Paris, Hieronyma a tenté une dernière fois de persuader Marie, âgée de treize ans, d'entrer dans un couvent et de prendre le voile de façon permanente, mais sa fille a refusé en disant: `` Il y a des couvents partout, et si cela devait plaire au paradis inspirer de telles impulsions pieuses en moi, il serait aussi facile de les suivre à Paris qu'à Rome. "Il était clair cependant qu'elle n'avait aucune intention de telles" impulsions pieuses "jamais surgies et c'était une grande excitation, réalisant que c'était la début d'une nouvelle vie étonnante, que Marie a apprécié le voyage d'Italie en France, en restant sur le chemin avec sa sœur aînée, Laure, dont le magnifique mariage avec un duc ne doit pas moins avoir sûrement inspiré des ambitions égales dans le cœur de ses sœurs cadettes .

À Paris, les sœurs Mancini vivaient avec leurs cousines, les filles Martinozzi, Laure et Anne Marie, au milieu d'une grande opulence dans l'immense manoir de leur oncle près du Louvre, qui était rempli de magnifiques œuvres d'art et de toutes sortes de luxes. Grâce à la relation presque intime de leur oncle avec la reine mère, Anne d'Autriche et, par extension, son fils Louis XIV, les sœurs se sont également retrouvées fermement installées dans le cercle royal et assiégées, flattées et courtisées par tout le monde - leur beauté, leur richesse et leur que toute la proximité étincelante et importante de la royauté les faisant d'un coup parmi les jeunes femmes les plus éligibles et les plus populaires de toute la France, malgré leur naissance royale et ces murmures sur les passe-temps inhabituels de leur père, qui rappelaient si désagréablement les activités particulières de cet autre italien , Cathérine dei Medici, avec ses nécromanciens, rituels, diseurs de bonne aventure et poisons présumés.

Les filles ont attiré l'attention de certains des hommes les plus puissants à la cour, y compris le roi lui-même, qui a été complètement dépassé par toutes les filles et aurait même eu une brève liaison avec la sœur aînée de Marie, Olympe, à un moment donné. 1656 avant d'épouser le prince Eugène de Savoie-Carignan en février 1657. Cependant, c'est la romance naissante de Marie avec le roi Louis, vingt ans, qui retient vraiment l'attention de la cour. Bien que le couple se connaissait depuis la première arrivée de Marie à Paris en 1654, ce n'est que quatre ans plus tard que leur amitié a commencé à s'épanouir en quelque chose de bien plus sérieux avec le couple fréquemment repéré ensemble dans les jardins de Fontainebleau, cette romance préférée. place des rois de France. Le consensus général était qu'ils étaient follement amoureux et en effet, ni Marie ni Louis ne semblaient très pressés de cacher leurs sentiments l'un pour l'autre alors qu'ils dansaient ensemble dans les ballets de la cour écrits pour la cour.

Même le cousin plutôt difficile à satisfaire du roi, La Grande Mademoiselle a déclaré que «Le roi était de bien meilleure humeur après être tombé amoureux de Mademoiselle de Mancini. Il était vivant, il a bavardé avec tout le monde. Je pense qu'elle l'a conseillé dans ses lectures de romans et de poésie. "De toute évidence, Marie, avec sa passion pour les livres et sa personnalité confiante, était en train d'avoir une bonne influence sur son petit-ami plutôt timide et même son oncle et la reine mère étaient satisfait du nouvel intérêt de Louis pour la littérature et les arts, quelque chose qui, selon lui, ne pouvait que renforcer son prestige en tant que monarque et patron - mais ils n'étaient pas impressionnés par tous les chuchotements et les regards brûlants et les longues promenades dans les jardins de Fontainebleau et en tant que tels déterminé à y mettre un terme.

Même s'il a peut-être été ambitieux de voir ses nièces se marier dans certaines des familles les plus prestigieuses d'Europe, même Mazarin s'est rendu compte qu'il n'y avait aucun moyen qu'il puisse essayer de marier Marie à Louis et il a donc été de connivence avec Les plans d'Anne d'Autriche pour promouvoir un match tout à fait plus approprié pour le jeune roi, avec sa cousine germaine, Maria Theresa d'Autriche, la fille du roi d'Espagne.

Le mariage espagnol, qui aurait uni Louis à sa nièce et créé une autre alliance avec sa propre famille et son pays d'Espagne, avait été proche du cœur d'Anne d'Autriche pendant des décennies, mais avait été anéanti pendant de nombreuses années par les hostilités en cours entre la France. , son pays d'adoption et le pays de sa naissance. Maintenant, cependant, avec la fin de la guerre en 1658, sa chance était enfin venue et elle a jeté toute son influence considérable derrière un mariage espagnol pour son fils, même s'il était déterminé à épouser Marie.

Cependant, à contrecœur, il accepte au moins de considérer une princesse étrangère comme son épouse et, à l'automne de 1658, traîne la cour à Lyon pour rencontrer une autre fiancée potentielle, la princesse Marguerite de Savoie, encore une autre cousine germaine. Le voyage jusqu'à Lyon a été ponctué de toutes sortes de frivolités courtoises et le temps passé par le tribunal dans la ville elle-même était un tourbillon de fêtes, de bals, de ballets et de banquets - tous présidés par Louis et Marie, qu'il avait insisté pour qu'il accompagne lui. Cependant, la jeune princesse Marguerite était à peu près ignorée par sa cousine, qui préférait plutôt consacrer toute son attention à la bien plus fascinante Marie.

C'est à ce moment qu'en 1659, Mancini et la reine Anne intensifièrent leurs efforts pour rompre la romance lorsque le frère de la reine Anne, Philippe IV d'Espagne, fut finalement intéressé par un match entre le jeune Louis et sa fille, l'Infanta Maria Theresa et Louis, étant donné la fin de la guerre et la nécessité de formaliser la paix avec un traité.

En juin 1659, Louis est informé que sa liaison avec Marie est terminée et qu'elle quittera Paris. En vain, le jeune roi supplia sa mère et l'implacable Mazarin de lui permettre de garder Marie à ses côtés et même de l'épouser. Le lendemain, le 22 juin, Marie, avec ses sœurs Hortense et Marie Anne quittent Paris. Louis a demandé à être autorisé à dire au revoir à son amour, mais n'a été autorisé à faire que des adieux publics avant de monter dans son entraîneur. Le jeune roi sanglotait désespérément avant de presser entre ses mains un collier ou des boucles d'oreilles (les comptes varient) de perles précieuses, achetées à la hâte de sa tante exilée appauvrie, Henrietta Maria d'Angleterre. Selon Marie, ses derniers mots à Louis étaient: «Sire, je pars et vous pleurez, et pourtant vous êtes roi» avant qu'elle ne monte dans son entraîneur et ne soit emmenée. Marie rappellera plus tard que: «Je ne peux pas cacher la douleur que cette séparation m'a causée; rien ne m'a fait autant de mal dans ma vie. Toute souffrance possible ne me paraissait rien en comparaison de cette absence. Il n’ya pas eu un moment où je n’ai pas souhaité la mort, comme seul remède à mes maux »

Le couple a commencé une correspondance secrète prolifique presque immédiate, le roi réussissant même à lui faire passer un cadeau sous la forme d'un petit chien de compagnie, qui portait un collier portant l'inscription «J'appartiens à Marie». Lorsque Mazarin a appris la correspondance secrète, il était complètement enragé et a immédiatement tourné son attention pour y mettre un terme à la fois en augmentant les mesures d'interception des lettres et en faisant également appel à Louis ’avec une lettre sincère. Louis est resté initialement insensible mais a ensuite commencé à s'effondrer face au front uni présenté par sa mère et son mentor ainsi que les négociations avec l'Espagne, qui ont maintenant atteint un point de non-retour et l'ont engagé dans un match avec sa cousine Maria. Il y a un.

En août 1659, le tribunal se rendit de Paris à la frontière espagnole pour les négociations finales pour le mariage à venir et en chemin, Louis réussit à persuader sa mère de lui donner la permission de rendre visite à Marie à Brouages, où ils passèrent de longues heures ensemble à réaffirmer leur fidélité éternelle les uns aux autres, quoi qu'il arrive. Le jeune roi avait accepté son sort et était maintenant simplement désireux de faire ce qu'il considérait comme la bonne chose par Marie, la rassurant que même s'il épousait quelqu'un d'autre, son cœur lui appartiendrait toujours.

Désireux de faire en sorte que la pause soit permanente, Mazarin attend que le roi revienne à Paris et complote pour encourager la sœur aînée de Marie, Olympe, à flirter avec lui et même à le séduire si elle le peut, avec l'intention que les potins de la cour à propos de la paire viendrait aux oreilles de Marie, ce qui fut le cas. Cela a suffi à briser l'esprit de Marie et en réponse, elle a écrit à son oncle le priant de 'm'accorder deux demandes: la première, pour empêcher les gens de se moquer de moi, et la seconde, pour me sauver de leur rire cruel en organisant un mariage pour moi, rapidement ».

Le 9 juin 1660, Louis était marié au milieu d'une fête et d'une célébration énormes à sa cousine Maria Theresa d'Autriche, près de la frontière espagnole et, le lendemain, s'agenouilla aux côtés de son nouveau beau-père pour jurer la paix éternelle entre leurs pays, après quoi il commença le long voyage de retour à Paris avec sa nouvelle reine à ses côtés. À un certain moment du voyage, Louis a quitté son entourage et a fait le voyage avec certains de ses amis les plus proches pour voir Marie. Cependant, elle n'était pas là car elle était retournée à Paris.

Pendant ce temps, les efforts pour épouser Marie s'intensifient et il est décidé que c'est l'aristocrate italien, Lorenzo Onofrio Colonna, et le contrat est signé en février 1661, le mariage ayant lieu peu de temps après en avril dans la chapelle du Louvre. Son mari l'a immédiatement éloignée du chagrin et des tentations dangereuses de Paris pour une nouvelle vie et un exil dans sa Rome natale. On raconte que son mari a été choqué de trouver Marie encore vierge le soir de leur mariage.

Provenance: Collection privée France

Dimensions: Hauteur 99cm, Largeur 83cm encadrée (Hauteur 39 ”, Largeur 32,75” encadrée)
Prix : 16950 €
Artiste : Atelier De Pierre Mignard (1612-1695)
Epoque : 17ème siècle
Style : Louis XIV - Régence
Etat : Très bon état

Matière : Huile sur toile
Longueur : 6
Largeur : 83
Hauteur : 99
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Titan Fine Art" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Tableaux Portraits, Louis XIV - Régence"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Titan Fine Art
Tableaux Européenes et Britanniques 17ème au 20ème siècle
Portrait De Marie Mancini Tenant Un Collier De Perles Vers 1660
+44 (0) 208 653 9582
+44 (0) 7875 412 111


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form