Portrait En Buste d'Une Femme Du Sud Du Maroc, Cristobal Piza Ensenyat flag

Portrait En Buste d'Une Femme Du Sud Du Maroc, Cristobal Piza Ensenyat
Agrandir les 2 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Portrait En Buste d'Une Femme Du Sud Du Maroc, Cristobal Piza Ensenyat "
Délicieuse peinture impressionniste représentant un portrait en buste d’une femme du sud marocain portant ses bijoux traditionnels autour du cou.
Huile sur panneau de bois d’acajou de format 30 x 22.5 cm.
Signature du monogramme dans le coin droit.
Une ancienne fissure verticale stabilisée allant du bord supérieur jusqu’au châle est encore discernable, deux autres sur l’extrême bord dans le bas sont également stabilisées.
Ce tableau est très propre et encadré.
Format extérieur du cadre : 35 x 28,5 cm (ancien et propre).


Biographie
Cristobal PIZA-ENSENYAT (1850-1936) était un peintre espagnol de paysages et de scènes de genre. Il était un ami de Sorolla et de Zuloaga y Zabaleta.
Il fut pensionné à deux reprises par la province de Palma de Majorque pour aller étudier à l'Académie des Beaux-Arts espagnole de Rome. Il séjourna également à Paris, à Nîmes avant de se fixer définitivement à Majorque. Il participa à l'organisation de l'Exposition universelle de Barcelone en 1888, aux Expositions nationales des Beaux-Arts de Madrid en 1887 et 1890, ainsi qu'aux expositions organisées par la province de Palma de Majorque. En 1929, il montra une exposition personnelle de ses œuvres à Palma aux galeries Mallorquinas. Il peignit des scènes de tauromachie et des paysages du sud de l’Espagne, du Maroc et de Majorque.

BIBLIOGR. : In Cien anos de pintera en Espana y Portugal, 1830-1930, t. VIII, Antiqvaria, Madrid, 1992.


Extrait de journaux Mallorcain: De Marruecos
Palma
Procedente de Mahón ha llegado el director general de carabineros don Antonio Vallejo al objeto de revistar las fuerzas de carabineros de esta isla. dos por una multitud de personas que a la salida del espectáculo se sumó a la fiesta callejera, aumentando el bullicio y la alegría generales.
Inauguración del Frontón Novedades
Anoche se efectuó la apertura oficial del nuevo Frontón Novedades con una fiesta da gran gala, a beneficio del Patronato María Cristina para ciegos de guerra.
El hedió de inaugurarse una nueva y soberbia sala de espectáculos deportivos y los fines altamente plausibles a los que se dedicaba la recaudación por venta de palcos y gradas, atrajo una concurrencia numerosísima hasta el punto de que no sólo no quedó ninguna localidad por ocupar sino que fueron muchas las personas que tuvieron que contemplar a pie derecho el desarrollo de los partidos.
—Esta tarde en el salón Dormus Artis ha dado su primer concierto el cuarteto Calvet, siendo muy aplaudido.
—Esta noche en el teatro Principal ha de butado la compañía de comedias Martl-Pierra estrenando «Cuento de hadas».
Entre el público destacaban por su belleza muchas elegantes damas.
—Esta tarde en las Galerías Mallorquínas se han inaugurado las exposiciones de cuadros originales del pintor Cristóbal Piza.
—El general Sanjurjo hoy ha efectuado una excursión visitando las cuevas del Drach, de Manacor.
En el pueblo de Selva se ha hallado el cadáver de un joven.—Vives.

Ignacio Zuloaga y Zabaleta, né le 20 juin 1870 à Eibar dans le Guipuscoa (Pays basque espagnol), et mort le 31 octobre 1945 à Madrid, fut l'un des plus importants peintres espagnols de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle.
Son père était le remarquable damasquineur Plácido Zuloaga. Enfant, il travailla dans l'atelier de celui-ci où il reçut ses premiers contacts avec le dessin et la gravure. Sa formation scolaire se fit en France chez les jésuites ; il la compléta à Madrid, à Paris et à Rome.
Zuloaga fut spécialement lié avec Ségovie, la ville d'abord, où pendant quinze ans et jusqu'à 1913, il conserva un studio où il passait l'automne, absorbé dans un travail intense dont il emportait tout de suite à Paris la production, mais aussi avec la province, et spécialement la ville de Pedraza, où il devait vivre et travailler dans son château, celui de Los Velasco qu'il acheta en 1925.
Il était un grand aficionado des courses de taureaux, sujet qu'il représenta dans ses tableaux, réussissant même une fois à entrer dans l'arène.

Joaquín Sorolla y Bastida (27 février 1863 – 10 août 1923) est un peintre espagnol, rattaché au courant de l'impressionnisme.
Sorolla est connu pour ses scènes de genre alliant réalisme et lyrisme.
Sorolla est né à Valence, en Espagne ; il est le fils aîné d'un marchand, également nommé Joaquín Sorolla, et de son épouse, Concepción Bastida. Sa sœur Concha naît un an plus tard. En août 1865, leurs deux parents meurent et les enfants sont pris en charge par leur tante maternelle et leur oncle. Sorolla fut d'abord formé dans sa ville natale par Francisco Pradilla y Ortiz, puis en Italie et à Paris. Là, il subit l'influence des impressionnistes. À 18 ans, il s'établit à Madrid, étudiant les chefs d'œuvre du Musée du Prado. À 22 ans, Sorolla obtint une bourse pour étudier la peinture à Rome. Il y développa son style et sa technique.
De retour en Espagne, sa palette s'éclaircit avec les plages méditerranéennes, les ébats d'enfants, les nus, les pêcheurs valenciens. Il obtint son premier succès important avec Une autre Margaret, qui lui valut la médaille d'or à Madrid et fut vendu à la galerie Saint-Louis. Il devint vite très connu et le meneur incontesté de l'école moderne espagnole de peinture. Son tableau Le retour des pécheurs fut admiré au salon de Paris et acquis par l'État pour le musée du Luxembourg.
Il remporta une médaille d'honneur à l'exposition universelle de Paris en 1900 et fut nommé chevalier de la légion d'honneur. Une exposition de ses œuvres — paysages, portraits — à la galerie Georges Petit à Paris en 1906 lui apporta une gloire encore plus grande et lui valut de devenir officier de la légion d'honneur. En 1933, Paul Getty acheta dix de ses tableaux représentant des scènes de plages impressionnistes. A la fin de sa vie, il réalise de grandes compositions pour décorer l'Hispanic Society de New York, évoquant les jeux et les costumes des régions espagnoles.
En 1920, une attaque le laisse paralysé, et Sorolla meurt en 1923 à Madrid. Après sa mort, sa veuve fit don de beaucoup de ses tableaux à l'État espagnol. Ces peintures forment maintenant le fond du musée Sorolla situé dans la maison de l'artiste à Madrid.
Prix : 1200 €
Artiste : Cristobal Piza Ensenyat
Epoque : 19ème siècle
Style : Napoleon III
Etat : Bon état

Matière : Huile sur panneau
Longueur : 35
Largeur : 28,5
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Honoré des Arts" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Tableaux Orientalistes, Napoleon III"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Honoré des Arts
Tableaux et objets d'art
Portrait En Buste d'Une Femme Du Sud Du Maroc, Cristobal Piza Ensenyat
0601303038


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form