Bronze De Némausa Avec Porte Torchères Par James Pradier (1790-1852) Fontaine De Nîmes flag

Bronze De Némausa Avec Porte Torchères Par James Pradier (1790-1852) Fontaine De Nîmes
Agrandir les 9 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Bronze De Némausa Avec Porte Torchères Par James Pradier (1790-1852) Fontaine De Nîmes"
Bel ensemble en bronze vers 1850-1880 se composant d'une figure en bronze représentant une jeune femme s'inspirant de la fontaine intitulée Nemausa composant une partie de la fontaine érigée sur l'esplanade de Nîmes en 1851 et de deux statuettes anciennement porte torchères.
la statuette principale est signée Pradier* et est simplement posée sur le marbre comme l'amphire à côté d'elle.
les statuettes mesurent 26 7 cm de haut et celle du centre 24,2 cm de haut.
Livraison :
France 25 euros
Europe 80 euros.
USA et Asie 140 euros.

*James Pradier est né le 23 mai 1790, il est le quatrième enfant d'une famille genevoise issue deréfugiés protestants originaires du Languedoc. Le père de Pradier était le propriétaire de l'hôtel "l'Ecu de France", un petit établissement situé à Genève. Bien qu'appartenant à la petite bourgeoisie, la famille est loin d'être riche et ne peut payer des études aux enfants. Le père de Jean-Jacques décide donc de placer ses fils en apprentissage dès leur majorité (12-13 ans à l'époque). Pradier et son frère aînéCharles-Simon Pradierentrent ainsi dans l'atelier de Jean Détalla pour apprendre le métier de graveur sur montre. Les apprentis les plus doués sont autorisés à s'inscrire aux cours de l'école publique de dessin. Jean-Jacques et son frère s'y inscrivent donc respectivement les 11 et 23 avril 1804. Très vite, Charles-Simon démontre des dispositions pour la peinture et grâce à une pension accordée par la municipalité de Genève, il décide de partir poursuivre sa formation à Paris. Après avoir fini son apprentissage, Jean-Jacques rejoint son frère à Paris en1807. Là-bas, il travaille pourFrançois-Frédéric Lemotavant d'être admis dans son atelier à l'École des beaux-arts de Parisle 5 février 1811, ainsi que dans ceux des peintresCharles MeynieretFrançois Gérard. Suivant la mode de l'époque, c'est à cette époque qu'il adopte le prénom anglophone de "James". Pendant sa formation aux beaux-arts, il poursuit l'objectif dugrand prix de Romeet entre en concurrence avec des artistes majeurs commeDavid d'Angersou encoreRude. En 1813, il concours pour le prix en sculpture. Il réalise lebas-reliefNéoptolème empêchePhiloctètede percerUlyssede ses flècheset remporte la première place. Il est suivi par deux seconds prix: Flatters etPetitot. Un an plus tard, le 13 Janvier 1814, Pradier arrive à l'Académie de France à Rome. Il côtoie là-bas plusieurs artistes de renom dont les sculpteursCortot, Auguste etDavid d'Angers. Durant son séjour, il a suivi des cours de dessin dispensés parl'Académie de Saint-Lucet il a probablement fréquenté les ateliers deCanovaetThorvaldsen. Il réalise plusieurs œuvres à l'Académie dont unGanymède, un plâtre d'Orphée. Cependant, on possède peu d'autres informations de ces cinq années romaines. Il est de retour à Paris en 1819. Malgré son prix, il est encore inconnu dans la capitale et cherche à établir sa notoriété. Grâce à la commande du monument au duc de Berry et l'obtention d'une médaille d'or au Salon de 1819 pour la réalisation d'Une Nymphe, il s'impose vite parmi les jeunes sculpteurs qui comptent. En 1819, il reçoit sa première commande de l'Etat: les bustes des frères Montgolfier. En 1827, il est élu à l'Académie des beaux-arts. Le titre d'Académicien lui permet d'exposer ses œuvres au Salon sans passer devant le jury (dont il fait désormais partie). Peu après, il est nommé professeur de sculpture à l'École des beaux-arts de Paris le23janvier1828, où il remplaceFrançois-Frédéric Lemot. C'estAuguste Dumontqui lui succèdera à son décès en1852. En1828, Pradier remporte laLégion d'Honneurqui vient marquer son ascension fulgurante et confirme son succès, faisant de lui un artiste de premier plan. La longue carrière de Pradier, 1819-1852, s'étend sur différents régimes politiques. Mais estimé, l'artiste reçu des commandes de chacun d'entre eux. Il réalisa notamment des commandes pour la chambre des députés en 1830 et la place de la Concorde en 1836. Enfin, il réalisa le fronton du Luxembourg en 1840. Habitué des salons parisiens, il fréquente régulièrement ceux du peintreGérard, de MmeSabatierou encore d'Arsène Houssaye. Il y retrouve de nombreuses personnalités artistiques et littéraires dontVictor Hugo,Eugène Delacroix,Charles Baudelaire,Honoré Daumieret bien d'autres. Charles Baudelairedans son ouvrageCuriosités esthétiquesSalon de 1846(p.87) a un avis mitigé sur le talent de Pradier:«Ce qui prouve l'état pitoyable de la sculpture, c'est que M. Pradier en est le roi. Au moins celui-ci sait faire de la chair, et il a des délicatesses particulières du ciseau; mais il ne possède ni l'imagination nécessaire aux grandes compositions, ni l'imagination du dessin. C'est un talent froid et académique.» En 1831, le domicile de l'artiste était situé aun°4bisrue des Beaux-Artset son atelier auno3 de larue Neuve-de-l'Abbaye
Prix : 1400 €
Artiste : James Pradier (1790-1852)
Epoque : 19ème siècle
Style : Napoleon III
Etat : A refixer

Matière : Bronze et marbre
Longueur : 35,5

Référence (ID) : 554959
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"A Brocantique" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Bronzes Anciens, Napoleon III"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
A Brocantique
Antiquaire généraliste,antiquités asiatiques et du monde
Bronze De Némausa Avec Porte Torchères Par James Pradier (1790-1852) Fontaine De Nîmes
0297253637
0664293786


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form