MADELEINE LEMAIRE (1845-1928) RARISSIME DESSIN POUR ILLUSTRATION MARCEL PROUST flag

MADELEINE LEMAIRE (1845-1928) RARISSIME DESSIN POUR ILLUSTRATION MARCEL PROUST
Agrandir les 2 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"MADELEINE LEMAIRE (1845-1928) RARISSIME DESSIN POUR ILLUSTRATION MARCEL PROUST"
Madeleine LEMAIRE(Les Arcs, 1845 – Paris, 1928)
Dessin original à l'encre sur papier, signé
Table des matière, cul-de-lampe, p. 271 (fougère) 17,5 x 12 cm (à vue).
Vente Hôtel Drouot (Georges Petit expert),Aquarelles, dessins, gouaches & sanguines par Madeleine Lemaire, 29 avril 1897, n° 82 («Marronniers, houx, chandelle, fougère, trèfle. Cinq dessins à la plume»).

Notice de Jean-David Jumeau-Lafond, historien de l'Art :

Ces dessins appartiennent à un corpus de compositions réalisées par Madeleine Lemaire à la demande de Marcel Proust pour illustrer son premier livre publié en 1896 chez Calmann-Lévy sous le titreLes Plaisirs et les jours. Dans ce volume, le jeune auteur réunit des textes de diverses natures, nouvelles et poèmes en prose, publiés en 1892 et 1893 dans des revues telles queLe Banquetet laRevue blanche. Pour le futur génie d’Àla Recherchedu temps perdu, ces années 1890 sont celles de l’apprentissage et c’est essentiellement sous les auspices de Robert de Montesquiou, dont il est alors très proche et qu’il a justement rencontré chez Madeleine Lemaire, que Proust connaît ses premières expériences esthétiques et littéraires. C’est aussi avec l’aide du comte qu’il entre dans «le monde» et découvre l’aristocratie qui peuplera son Grand-œuvre, en particulier la comtesse Elisabeth Greffulhe, cousine de Montesquiou, la future «duchesse de Guermantes». Madeleine Lemaire appartient aussi à ce Paris mondain et artistique dont Proust saura s’inspirer; elle sera le modèle de Madame Verdurin, personnage emblématique d’une bourgeoisie quelque peu parvenue en quête d’ascension sociale. La «patronne» comme on l’appelle dansLa Rechercheparviendra d’ailleurs à ses fins en devenant princesse de Guermantes dansLe Temps retrouvé. Il n’est pas un hasard que Proust ait choisi de donner comme patronyme à cette figure essentielle de son cycle un nom fleurant bon la nature: Verdurin comme verdure, une référence double, donc, puisqu’elle rappelle la vocation de Madeleine Lemaire, peintre de fleurs, tout en ayant une légère connotation péjorative en suggérant les origines campagnardes du personnage. Montesquiou, Madeleine Lemaire, Reynaldo Hahn, dont plusieurs petites partitions sont intégrées à l’édition, et Anatole France pour la préface: le volume apparaît très caractéristique de l’esthétisme mondain qui fleurit, c’est le cas de le dire, dans ces années symbolistes de la fin de siècle. Jean Lorrain, à la prose pourtant elle-même si marquée par ces années de décadentisme, ne se prive pas d’assassiner alorsLes Plaisirs et les jourssous son pseudonyme habituel de Raitif de la Bretonne, une première fois dansLe Journaldu 1erjuillet 1896 en y joignant Montesquiou, ces «jolis petits jeunes gens en mal de littérature», puis une seconde fois avec plus de détails, le 3 février 1897. Il mentionne ainsi «l’amateurisme» de l‘écrivain et ajoute: «ce délicat volume ne serait pas un exemple-type du genre s’il n’était illustré par Mme Madeleine Lemaire». C’est d’ailleurs dans cet article que Lorrain, avec son habituelle méchanceté,se gausse de la préface d’Anatole France et en suggère une prochaine par Alphonse Daudet «qui ne pourra la refuser, ni à Mme Lemaire, ni à son fils Lucien.» L’évocation entre les lignes de la liaison de Proust avec Lucien Daudet provoque alors le fameux duel au pistolet qui oppose Lorrain et Proust, sans résultat, le 6 février 1897.
On le voit, tout un univers entoureLes Plaisirs et les jours, volume particulièrement luxueux puisqu’il est alors vendu 17,50 francs, soit trois fois le prix d’un volume normal. Il ne s’agit pourtant pas d’un ouvrage illustré de haute bibliophilie malgré son tirage réduit et il faut souligner le rendu assez médiocre des illustrations de Madeleine Lemaire par l’imprimeur dont le travail ne rend pas justice à la délicatesse des encres originales. Plus que les pleines pages consacrées à des personnages ou des sujets complets, et dont le graphisme a véritablement vieilli, les dessins à la fois ornementaux et symboliques conçus par l’artiste gardent leur charme et témoignent de vraies qualités graphiques. Si les aquarelles ou les huiles de Madeleine Lemaire nous paraissent aujourd’hui bien suaves, les encres font preuve d’une belle sûreté de main et d’une précision botanique qui n’exclut pas l’interprétation poétique. Qu’il s’agisse du houx et de la fougère, traités avec une grande simplicité, des marronniers et des trèfles, plus complexes dans leur disposition, ou encore de l’aigrette de pissenlit (taraxacum officinale) dont l’effeuillement rappelle le beau dessin créé par Eugène Grasset pour la Librairie Larousse, l’artiste livre de belles pages équilibrées et sûres.
Si l’on en juge par les fragments d’inscriptions malheureusement en partie illisibles, Madeleine Lemaire participa à la maquette du livre. La décision finale appartint toutefois à l’éditeur. Il faut ainsi remarquer que les feuilles de houx, dessinées (et signées) verticalement sont finalement reproduites horizontalement avec un déplacement de la signature. Il n’est pas toujours aisé de lier le choix des images avec le contenu du texte. Y a-t-il vraiment un rapport entre les fleurs de trèfle qui servent d’en-tête au «Coucher de soleil intérieur» ou les belles aigrettes de pissenlit avec la «Sonate au clair de lune», toutefois baptisées «chandelle» par l’auteur parce qu’un souffle les disperse comme une flamme s’éteint? Rien n’est moins sûr. Ainsi les branches de marronniers illustrent-elles la tête de chapitre «Sous-bois», alors que c’est dans le chapitre suivant, intitulé «Les Marronniers» que Proust écrit: «J’aimais surtout à m’arrêter sous les marronniers immenses quand ils étaient jaunis par l’automne» (p. 233). Il semble plutôt que les en-têtes et culs-de-lampe floraux aient été disposés en fonction de raisons plastiques et décoratives. Ainsi, lorsque Jean Lorrain écrit narquoisement: «l’ingéniosité de Mme Lemaire ne s’est jamais adaptée si étroitement à un talent d’auteur», on ne peut qu’acquiescer, sans ironie cette fois-ci…
On sait que, lorsqu’il écrira et fera publierLa Recherche, Marcel Proust essayera de faire oublier ses précédents livres et en particulierLes Plaisirs et les jours, peut-être trop marqués à ces yeux par le milieu et le contexte «fin de siècle». C’est pourtant dans ce terreau unique que le chef-d’œuvre de l’écrivain prend ses racines et l’on considère aujourd’hui l’œuvre de Proust comme faisant un tout indissociable, depuisLes Plaisirs et les joursetJean Santeuiljusqu’àContre Sainte-BeuveetLa Recherche. Madeleine Lemaire appartient bien à cet univers, autant comme peintre et avec ces charmants dessins, que comme modèle de Madame Verdurin, et cette «impératrice des roses», ainsi que l’avait baptisée Robert de Montesquiou méritait bien l’hommage d’Anatole France, qui écrit dans sa préface à propos de Proust : «Heureux livre que le sien! Il ira par la ville tout orné, tout parfumé des fleurs dont Madeleine Lemaire l’a jonché de cette main divine qui répand les roses avec leur rosée.»

Jean-David Jumeau-Lafond
Prix : 850 €
Epoque : 19ème siècle
Style : Autre style
Etat : Bon état

Matière : Encre
Longueur : 17,5
Largeur : 12

Référence (ID) : 551922
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Galerie Johann Naldi" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Dessins, Autre style"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Galerie Johann Naldi
Tableaux, Dessins, Sculptures
MADELEINE LEMAIRE (1845-1928) RARISSIME DESSIN POUR ILLUSTRATION MARCEL PROUST
0615851933
06.15.85.19.33


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form