Buffet en chêne malouin époque XVIIème siècle flag

Buffet en chêne malouin époque XVIIème siècle
Agrandir les 11 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Buffet en chêne malouin époque XVIIème siècle "
  • Buffet quatre volets en chêne appelé "malouinière", région de St Malo époque fin XVIIème-début XVIIIème siècle.

  • A noter des restaurations d'usage sur les fonds et étagères.

    Hôtels particuliers et malouinières font vivre la corporation des maîtres menuisiers au XVIII ème siècle
    Saint-Malo, officiellement organisé en cité en 1152, a vécu durant des siècles du commerce maritime, ce qui lui a ouvert des horizons sur le monde extérieur. Dès le XVII ème siècle, la ville connaît une grande prospérité à l’ombre de ses hôtels particuliers où résident les riches amateurs. La Ville close, à travers une architecture sobre, cultive le goût de 1' élégance derrière ses façades quelque peu austères et massives. Les plus beaux fleurons de la rénovation immobilière malouine sont l'hôtel Fontan construit par Magon de la Lande et surtout l'hôtel de Marion du Fresne, siège de la Compagnie des Indes de 1709 à 1719. A ces belles demeures intra-muros s'ajoute le charme des malouinières, manoirs situés hors des remparts, que les familles aisées faisaient construire pour recevoir leurs relations. Ces demeures aux sols de marbre raffinés situées au milieu de jardins descendant vers l'estuaire de la Rance sont très caractéristiques de la douceur de vivre malouine.

    La corporation des menuisiers de Saint-Malo qui comptait un ou plusieurs représentants par quartier vivait grâce à la riche clientèle des familles installées dans les hôtels particuliers et dans les malouinières. Les registres de la capitation font apparaître que trois maîtres menuisiers étaient soumis à l'impôt en 1701. La corporation ne cessa de se développer et, en 1725, on compte encore onze membres actifs. La notion d'échange est une des caractéristiques de la corporation qui ne vit pas repliée sur elle même mais fait profiter de son savoir faire des centres de production tels que Morlaix, Granville et Cancale. Les artisans malouins semblent avoir bénéficié de l'expérience des charpentiers hollandais que les corsaires avaient fait prisonniers. Ceux-ci s'installèrent parfois définitivement à Saint-Malo et y firent souche. Jusqu'à l'arrivée de l'acajou - c'est probablement Saint-Malo qui réceptionnera les premières billes de bois - la production malouine se compose de meubles en chêne construits selon les modèles hollandais. Le noyer a également été utilisé mais de façon plus rare.

    La malouinière influencée par les armoires hollandaises
    La «malouinière» qui se présente sous la forme d'un buffet ouvrant à quatre vantaux est le meuble le plus typique de la production. Il est le plus souvent réalisé en chêne massif avec parfois un mélange de châtaigner avant l'utilisation de l'acajou. Quelques modèles de malouinières ont été exécutés en if, essence résineuse d'une grande dureté qui, en se patinant, prend l'aspect de l'écaille. La malouinière s'inspire des «Zeeune Kast» armoires hollandaises, à la fois massives et profondes, dont la façade se divise en panneaux décorés de motifs octogonaux rapportés en relief. La malouinière toujours fabriquée intra-muros et dont la hauteur varie entre deux mètres et deux mètres cinquante était exécutée dans sa version la plus raffinée en bois des Isles : acajou, palissandre, gaïac, camphrier. Le travail de mouluration est toujours très soigné même pour les modèles les plus simples. Les panneaux octogonaux mis en valeur par une succession de moulures demeurent généralement lisses, à moins qu'ils ne soient sculptés en bas-relief de motifs religieux qui se détachent sur fond maté.


    Des pilastres en ressaut placés sous la corniche crénelée s'emboîtent directement sur le bâti d'où partent souvent des cclennettes finement torsadées et tournées. Ces dernières viennent encadrer les vantaux et elles se répartissent par paires sur la façade. Sur les tiroirs, les moulures prennent la forme de losanges dans lesquels s'inscrivent les entrées de serrure très caractéristiques. Ces Losanges sont rythmés de chaque côté par des cabochons ronds, tandis que d'autres moulures aux formes ondées mettent en valeur les poignées de tirage d'un esprit typiquement malouin. Les cabochons ronds qui figurent sur les tiroirs se retrouvent parfois à l'angle des panneaux octogonaux des vantaux. La malouinière repose sur un piétement le plus souvent constitué de boules aplaties en bois noirci ou sur des pieds griffes. Info prélevé sur le site "Atelier Bence
    9, rue Lejemptel 94300 Vincennes"


    Prix : 5250 €
    Epoque : 17ème siècle
    Etat : Restauré par notre atelier

    Matière : Chêne
    Largeur : 207 avec corniche
    Hauteur : 224
    Profondeur : 90
    CONTACTER L'ANTIQUAIRE
    Ajouter cet objet à votre sélection
    Suivre cet antiquaire
    Voir la galerie de cet antiquaire
    Imprimer fiche

    "Antiquités Maison Lemarié" Voir plus d'objets de cet antiquaire

    "Buffets - Enfilades, Haute époque-Renaissance-Louis XIII"

    Antiquités similaires sur Proantic.com
    Recevez notre newsletter
    Antiquités Maison Lemarié
    www.normandie-antiquites.com
    Buffet en chêne malouin époque XVIIème siècle
    02-33-59-04-07


    *Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

    Thank you! Your submission has been received!

    Oops! Something went wrong while submitting the form