Bronze Art Nouveau Par Victor Rousseau flag

Bronze Art Nouveau Par Victor Rousseau
Agrandir les 4 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Bronze Art Nouveau Par Victor Rousseau "
Plat bronze patiné en moyen relief représentant un homme et une femme dans les flots.
Signé Rousseau et tamponné " Bronze garanti au titre Paris" .

BIOGRAPHIE
Victor Rousseau est né en 1865 à Feluy, maison paternelle plantée sur un banc granitique dominé par les carrières à ciel ouvert. C’est là, en compagnie de son grand-père et de son oncle maternel, que le petit Victor fait ses premières armes de tailleur de pierre, avant d’être embauché par les entrepreneurs du palais de justice de Bruxelles dont l’érection – pharaonique – est confiée à l’architecte Joseph Poelaert. Il passera sept ans sur ces échafaudages, tout en suivant, le soir, les cours de dessin du sculpteur ornementiste Georges Houtstont dans ses ateliers de Saint-Josse-ten-Noode et ceux de Charles Van der Stappen à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles.
En 1890, le prix Godecharle distingue un artiste promis à un bel avenir. Il lui permet surtout de supporter financièrement un séjour de deux ans à Paris (où il est frappé par les œuvres de Rodin, mais surtout par l’art nouveau) et un voyage à Londres où il retient, au British Museum, la perfection des formes classiques de l’art grec, avant de découvrir, en Italie, les chefs-d’œuvre de la Renaissance. Se forgeant sa propre esthétique, Victor Rousseau va construire une œuvre originale et totalement en marge de l’esprit de son temps. À côté de Constantin Meunier et de Léon Mignon, représentants du réel, Victor Rousseau se fait “sculpteur d’âmes”.
Professeur de sculpture à l’Académie des Beaux-Arts de Bruxelles (1901-1919), directeur de la dite Académie (1919-1922, 1931-1935), il expose ses œuvres à l’Exposition de Charleroi en 1911. Grand Prix de Rome 1911, Grand Prix des arts plastiques (1931) et Prix des amis du Hainaut 1935, il se laisse voir dansles naïades et tritonsqui ornent, depuis 1905, le Pont de Fragnée à Liège, dansles anges du monument destiné à César Franck(exposition de Bruxelles, 1925), dans la cour d’honneur de l’ancien château de Mariemont (Vers la Vie). Réfugié en Angleterre entre 1914 et 1919, il y réalise leMemorial in Gratitudeà Londres. Si on voyage plus loin, leChrist en croix de la cathédrale d’Oviedoretient le regard ; on trouve aussi de nombreux “Victor Rousseau” de formats beaucoup plus petits, en bronze, en plâtre, en terre cuite, ou sur des dessins au fusain et en aquarelles. Eugène Ysaye et Fernand Severin ont eu droit à leur buste.
Quand les œuvres de Victor Rousseau ont commencé à être connues, le débat sur l’existence et les caractéristiques d’un art wallon bat son plein. Très vite, ceux qui théorisent l’art wallon voient en Rousseau le représentant par excellence de leur définition. Ses œuvres semblent donc révélatrices du tempérament wallon lorsqu’elles s’imposent à la fois par leur beauté formelle, par leur sentimentalité et par la suggestion cérébrale qu’elles induisent, par cette intellectualité dans la simplicité qui serait l’une des caractéristiques de l’art wallon. Dans sa Lettre au roi, l’esthète Jules Destrée observe une filiation “saisissante” entre Jacques Du Broeucq et Victor Rousseau. Assumant tous les éloges, Victor Rousseau acceptera volontiers d’être célébré comme “sculpteur wallon.
Son atelier était situé rue des Alliés 170 à Forest.
Victor Rousseau s’est éteint le 17 mars 1954 et repose au cimetière de Forest.
De cet artiste d’aspect frêle et triste, on retiendra les sculptures, les dessins et pastels, la grâce et la féminité de ces bustes de jeunes bourgeoises, leurs corps vibrants et déliés. Les curieux s’arrêteront devantLe feuetLe vent, deux groupes de grand format qui ornent la Maison des boulangers à la Grand-Place de Bruxelles ouLa femme à la coquilleet le buste en marbre blanc d’Eugène Ysaÿeau Musée des Beaux-Arts de Liège. Devant une importante décoration dans l’hôtel Solvay de Victor Horta ou encore, comme tous les sculpteurs reconnus, une participation à la naissance des différents bâtiments du Cinquantenaire. Sans oublier lemémorial Henry Le Bœufdans le hall d’entrée du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles ainsi que le bas-relief à l’angle de la façade de l’Hôtel Hannon conçu par l’architecte Jules Brunfaut, à Bruxelles toujours.

Prix : 680 €
Artiste : Victor Rousseau
Epoque : 20ème siècle
Style : Art Nouveau
Etat : Excellent état

Matière : Bronze
Longueur : 38
Largeur : 32

Référence (ID) : 502335
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Galerie Divet" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Bronzes Anciens, Art Nouveau"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Galerie Divet
Tableaux-Sculptures-Céramiques
Bronze Art Nouveau Par Victor Rousseau
06 32 38 64 49 ou 06 07 96 50 06


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form