Lucien Génin (1894-1953), Dessin Aquarelle Gouaché, XXe flag

Lucien Génin (1894-1953), Dessin Aquarelle Gouaché, XXe
Agrandir les 3 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Lucien Génin (1894-1953), Dessin Aquarelle Gouaché, XXe"
Dessin aquarelle gouaché, représentant l'église de Saint Germain à Paris, signé Lucien Genin (1894-1953). Taille du sujet apparent 21*18 cm.
Lucien Génin, né le9novembre1894àRouenet mort le26août1953àParis, est unpeintrefrançaisdeMontmartreetSaint-Germain-des-Prés. Fils d'un plâtrier et d'une couturière, Lucien Genin naît le 9 novembre1894dans lequartier de la Croix-de-Pierreà Rouen. Réformé en1914, il suit l'enseignement de l'École des beaux-arts de Rouen. Ses professeurs sontAlphonseetAlbert Guilloux. Dans le même atelier se trouvaientAlfred DunetetMichel Fréchon, deux futurs noms de l'École de Rouen. Lucien Genin est talentueux et les élèves les plus heureusement doués se voient proposés à l'admission à une école parisienne. Il quitte Rouen et s’inscrit aux «Arts déco»,rue de l'École-de-Médecine. Il suit les cours du soir de sculpture, composition d'architecture et mathématiques mais préférera très vite, aux rigueurs écolières, la joyeuse compagnie de ses nouveaux amis de l'Hôtel du Poirier où il s'est installé. L'un d'eux,Élisée Maclet, en instance de divorce, s'y est réfugié en automne 1919. Arrivé à Montmartre en 1912, après une galère de petits métiers, Maclet vit enfin de sa peinture. Il apprendra vite au jeune Normand toutes les ficelles du métier. Lucien Genin a vingt-cinq ans et s’installe pour de bon àMontmartre. Il quitte l'hôtel pour se fixer auBateau-Lavoir. Il partage sa jeunesse avec Ginette, une jeune fille perdue rencontrée là-haut. Lucien Genin travaillera pourLéon MathotetHenri Bureauet liera amitié avec les peintresFrank Will,Gen Paul1,Émile Boyer,Marcel Leprin... et aussiMax JacobetDorival. Plus que Peintre de Paris, Genin est Peintre des Parisiens, de la dévorante passion qui agite tous ses personnages de la grande ville. Il les peint dans les ruelles deMontmartre, dînant le soirplace du Tertre, chantantau Lapin Agile, en auto sur les boulevards, badauds entourant haltérophiles et chanteurs des rues; il les suit sur les bords deMarneaux premiers rayons du soleil et dans le Midi de la France, l'été. Il est tour à tour àNogent-sur-Marne, àMarseilleetCassis, àCanneset àVillefranche-sur-Mer. Il est àDouarnenezen 1929 en compagnie dePierre Colle,Giovanni LeonardietMax Jacob. Il peint le port deRosmeurle jour de la fête des filets bleus et expose son tableau auSalon d'automnede 1930. Dix ans déjà de peinture intelligente, composée, colorée, sensible, habile, délicate, humoristique et cocasse. Mais aussi la fin des années folles et la crise mondiale… Un tableau de Lucien Genin obtient en 1932 le prix de l'Institut d'art de Chicago. En 1936, Ginette s'en va, Lucien quitte Montmartre pourSaint-Germain-des-Prés, sa «chambre à peindre» est au 16rue Jacques-Callotet la galerie Bernard, son nouveau marchand, est installée depuis un an au 8 de la même rue. En 1940, il se réfugie quelques mois àMarseille. En 1941, la Ville de Paris lui achète une gouache et en 1944René Fauchoisprésente son exposition à la galerie Bernard. On lit dansLe Journal des artsque «ses gouaches sont prestement enlevées avec un je-ne-sais-quoi de léger, d'improvisé, mélange de fantaisie et de sûreté...» Du vrai Genin, si ce n'est, qu'en ces temps, on note maintenant que l'artiste a quelque chose dedésuet. Mais son art plaît toujours. Genin vit et vend ses gouaches dans le quartier, chezCailacou chezBarreiro, chezAnacréon,Léo LarguieretMaurice Rheimsen possèdent. En1947, il part une dernière fois pourCassiset expose à son retour à la galerie Bernard. Il ne quittera plus le quartier des Beaux-Arts. Il peint là-haut dans sa chambre des paysages rêvés sur son chevalet posé sous la fenêtre, là oùRobert Doisneaule visite quelques semaines avant sa mort. Lucien Genin sera immortalisé tel qu'il était en 1953 dansLe Vin des ruesdeRobert GiraudetRobert Doisneau, parus en 1955, sans un mot sur l'artiste qu'il fut. Lucien Genin meurt le 26 août 1953, il était entré la veille à l'hôpital Cochin. Amputé d'une jambe gangrenée, il ne survécut pas à l'opération. Grâce à Ginette, son corps ne fut pas inhumé dans la fosse commune. Sa sépulture est toujours aucimetière parisien de Thiais. Une exposition rétrospective est organisée galerie de Seine du 21 mai au 4 juin 1954. https://fr.wikipedia.org/wiki/Lucien_Genin
Prix : 800 €
Artiste : Lucien Génin
Epoque : 20ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : Aquarelle
Largeur : 32
Hauteur : 35
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Ajouter cet objet à votre sélection
Suivre cet antiquaire
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Le Grenier du Moulin" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Gouaches, Autre style"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Le Grenier du Moulin
Meubles et objets d'art du 17eme au 20eme siècle
Lucien Génin (1894-1953), Dessin Aquarelle Gouaché, XXe
02 48 73 80 09
06 07 81 71 14


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form