Christ chez Marthe et Marie, école Anversoise du XVIIe flag

Christ chez Marthe et Marie, école Anversoise du XVIIe
Agrandir les 5 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Christ chez Marthe et Marie, école Anversoise du XVIIe"
Christ chez Marthe et Marie, école Anversoise du XVIIeme siècle, entourage de Pierre Paul Rubens (Siegen, 1577 - Anvers, 1640), et Jan Brueghel le Jeune (Anvers, 1601 -1678). Cette grande huile sur cuivre nous présente un sujet tiré des Évangiles, le Christ chez Marthe et Marie.
Dans cet épisode Christ se rend chez deux sœurs Marthe et Marie, tandis que la première se presse pour organiser le repas et s'occuper des taches domestiques afin de mieux recevoir son hôte, la deuxième Marie, nonchalante s'assoit près du Christ et écoute son enseignement. Marthe est indignée par la paresse de sa sœur et lui reproche vivement à quoi le Christ répond «Marthe, tu te soucies et tu te donnes du mal mais c’est Marie qui a trouvé la meilleure chose à faire : m’écouter.» Ce tableau rare par son iconographie, est également intéressant du point de vue de complexité de sa composition et d'association de plusieurs genres: la scène principale se passe à l'intérieur d'une maison, l'occasion pour le peintre d'illustrer avec soin les meubles, les cuirs dorés sur les murs, ainsi que les tableaux accrochés. Les sujets des tableaux attestent de la nature très pieuse des habitants: directement au dessus du dressoir: «le sacrifice d’Isaac», plus haut à gauche: «l'accueil d'un pèlerin» et à droite «le repos pendant la fuite en Égypte».
Au premier plan à gauche la foisonnante nature-morte savamment représenté, légumes par terre: les artichauts, les asperges, une bassine pleine de poisson d’où s’échappent quelques anguilles, la table à la nappe rouge est garnie d'une corbeille remplie de raisins et de fruits, et de la volaille; au second plan une marmite est suspendue dans la cheminée allumée et plus loin une table couverte d'une nappe et de la vaisselle a été préparée pour recevoir l'invité d'honneur.
A droite de la scène principale, le peintre grâce à une ouverture théâtrale dont témoigne le grand rideau accroché nous invite à s’évader dans le jardin soigneusement arrangé qui se prolonge sur un horizon lointain et lumineux. Huile sur cuivre, dimensions: h. 53 cm, l. 70,5 cm.
Cadre en bois noirci et moulure guillochées de style flamand.
Dimensions avec cadre: h. 74 cm, l. 91 cm Pour des compositions complexes comme la notre il était d'usage pour les peintres anversois de collaborer ensemble: ainsi celui qui excellait dans l'art de portrait et figuration peignait les personnages tandis que celui qui se distinguait dans la représentation de la nature se chargeait du paysage et de la nature-morte. Quelques versions similaires à la notre démontrent que le peintre des figures s'est directement inspiré des personnages de Rubens, tandis que l'artiste ayant exécuté la nature morte et le paysage est un élève de Jan Brueghel le Jeune.
Les deux tableaux en question sont issus de la collaboration entre Pierre Paul Rubens et Jan Brueghel le Jeune, le premier est à la galerie Nationale d'Irlande (n NGI513), le deuxième est passé dans une vente publique à Vienne, Dorotheum (20.10.2015, lot n 73) Ainsi nous sommes en présence de deux artistes anversois de l'entourage direct des deux peintres célèbres: Pierre Paul Rubens et Jan Brueghel le Jeune. Dans notre recherche nous avons également retrouvé des tableaux similaires attribués à Frans Francken le Jeune (vente Artcurial Paris, lot n 97, 10.04.2013) et un autre à Erasme Quellinus (Sotheby's Amsterdam, lot n 8, 04.11.2003), tous les deux peintre anversois et sans doute inspirés également par Rubens. Frans Francken collaborait étroitement avec Pierre Paul Rubens et Jan Brueghel le Jeune, quant a Erasme Quellinus il était élève de Pierre Paul Rubens. Jan Brueghel, surnommé Brueghel de Velours en raison de la facture veloutée de ses œuvres, appartient à une dynastie de peintres, dont le plus célèbre est son père, Pieter dit l’Ancien (vers 1525 - Bruxelles, 1569). Initié à l’art de la miniature et de l’aquarelle par sa grand-mère, Jan Brueghel se forme à la peinture à l’huile dans l’atelier du peintre anversois Pieter Goetkint. Vers 1590, il voyage en Italie où il noue des relations avec le cardinal Federico Borromeo, fondateur de la bibliothèque Ambrosienne à Milan. Ce dernier devient son fidèle mécène. De retour en 1596, Jan Brueghel s’établit à Anvers où il connaît un succès européen. Il se spécialise
dans les paysages allégoriques ainsi que dans les bouquets de fleurs très prisés par la bourgeoisie flamande de l’époque. En 1609, il est nommé peintre de la cour de l’archiduc Albert et de l’Infante Isabelle d’Autriche. Pour de nombreuses peintures, il collabore avec d’autres artistes tels Pierre-Paul Rubens, Sébastien Vrancx et Hendrick van Balen. Pierre Paul Rubens fut un peintre baroque flamand né en 1577 et mort en 1640. Aidé par un atelier important, Rubens produisit une oeuvre considérable dans des genres divers. Il a accepté de peindre un grand nombre de portraits mais, « D'instinct plus porté aux grand travaux qu'aux petites curiosités » comme il l'écrit lui-même, il a surtout réalisé des grands projets religieux, des peintures mythologiques, et d'importantes séries de peintures historiques.
Pierre Paul Rubens est né à Siegen en Westphalie, dans le Saint Empire romain germanique à 300 km d'Anvers. Son père, Jan Rubens (1530-1587) avocat protestant prospère et sa mère, Maria Pypelinckx (1537-1608) avaient quitté Anvers (Pays-Bas espagnols) pour échapper à une persécution religieuse. En 1589, deux ans après le décès de son père, Rubens et sa mère retournèrent à Anvers, où il se fit baptiser à la religion catholique. Beaucoup de ses tableaux représentent des sujets religieux.À Anvers, il fut placé en apprentissage 1589 à 1598 par quelques peintres éminents de son époque ( entre autres Adam van Noort et Otto van Veen). Sur leurs conseils, il partit en Italie de 1600 à 1608 pour étudier les oeuvres de la Renaissance. Il séjourne notamment à Gênes, Mantoue, Venise et Rome où il assimile les styles et copie les oeuvres de Raphaël, Caravage, et surtout Titien dont il retient la fougue du coloris.
Prix : 9800 €
Epoque : 17ème siècle
Etat : Bon état

Matière : Huile sur cuivre
Largeur : 91
Hauteur : 74
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Ajouter cet objet à votre sélection
Suivre cet antiquaire
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Galerie Antiquités Promenade" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Tableaux Religieux, Haute époque-Renaissance-Louis XIII"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Galerie Antiquités Promenade
Mobilier et Objets D'art de la Haute Epoque au XVIIIème siècle
Christ chez Marthe et Marie, école Anversoise du XVIIe
06 64 42 84 66


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form