CRUCHE À LAIT EN ÉTAIN (etain) - LYON, DEBUT XIX ème s. flag

CRUCHE À LAIT EN ÉTAIN  (etain) - LYON, DEBUT XIX ème s.
Agrandir les 6 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"CRUCHE À LAIT EN ÉTAIN (etain) - LYON, DEBUT XIX ème s."

Grande CRUCHE À LAIT en étain appelée «Dourne», de forme balustre à piédouche, gorge cylindrique à gorge en quart de rond, anse verticale semi-circulaire et déversoir à tête d’oiseau. Elle est munie d’un couvercle à charnière.
Poinçonnage de Jean-Frédéric AUSTER reçu maître peu avant 1800 :
1° - rameau de chêne / FIN.
2° - personnage féminin/ FIN / AUSTER / LYON.
Hauteur: 42,5 cm.

LYON, début du XIX ème s.

Très bel état

***************************************************************************

GARANTIE:
Jean-Claude COMMENCHAL garantit authentique l’objet décrit ci-dessus. Une facture descriptive détaillée incluant une photographie sera remise sur demande à l’acquéreur.
En cas d’erreur avérée, l’objet sera renvoyé aux frais du vendeur.

EXPEDITION:
Envoi vers la France en «Colissimo» suivi dans un délai maximum de 48 heures. Avec recommandation et assurance sur demande. Le transport postal est offert à destination de la France métropolitaine.

Envoi vers le Monde entier en «Colissimo» recommandé. Avec assurance sur demande.
Pour connaître les frais d’expédition vers l’Europe ou le Monde entier, cliquez sur «Acheter en ligne» et sélectionnez votre pays, ou contactez-moi par email.

PAIEMENT :
Par chèque français à l’ordre de COMMENCHAL Jean-Claude
Par virement bancaire à l’ordre de:
COMMENCHAL Jean-Claude
IBAN : FR7630027160990002011940139
BIC: CMCIFRPP

Par virement Paypal vers jc.commenchal@orange.fr
Il sera facturé un surcoût de 3,5 % TTC du prix indiqué pour compenser les frais prélevés par cet opérateur bancaire

Par carte bancaire via Paypal

POSER UNE QUESTION ? :

Acheteurs francophones : par téléphone ou email.
Acheteurs non francophones : exclusivement par email.

***************************************************************************************************
Mon ouvrage «Les étains normands» est en vente dans cette galerie

****************************************************************************************************
Site internet: http://www.commenchal-expert-etains.com

***********************************************************************

PETIT DIDACTICIEL

GÉNÉRALITÉS SUR LE POINCONNAGE

Nous connaissons de très nombreux statuts de corporations de potiers d’étain des siècles passés. A partir du X ème siècle, elles se dotent progressivement, d’une part, de réglementations visant àprotéger leur spécificité et leurs productions, et d’autre part, de marques ou de poinçons identifiant leurs membres. Mais les premiers poinçons que nous connaissons ne datent que du XIII ème siècle.
Il faudra attendre le XVII ème siècle pour voir aboutir une réglementation générale. Les édits royaux de 1643 et de 1691 vont en effet instituer deux poinçons pour l’ensemble des «cinq fermes du Royaume»: une marque de maîtrise et une marque de contrôle. Néanmoins, ces textes furent appliqués de façon inégale et bon nombre d’objets nous sont parvenus vierge de tout poinçonnage ou marqués de façon non conforme à ces textes.
En plus de ces deux marques, il faut citer:
- les poinçons de jaugeage qui étaient apposés selon les époques par les pouvoir royal ou ecclésiastique sur certains contenants utilisés dans les lieux publics et le commerce; les pichets par exemple, qui étaient des mesures à vin ou à alcool, devaient être contrôlés périodiquement pour attester que le consommateur avait «bonne mesure»
- les poinçons de propriété présentant des armoiries, devises ou simples initiales. Quelques fois fondues, le plus souvent estampées ou gravées, elles protègent les vaisselles des cabaretiers, aubergistes, communautés religieuses ou hospitalières, de malveillances éventuelles.
Toutes ces marques sont précieuses à bien des égards et permettent souvent de dater et de situer les objets.

LE POINCON DE MAITRE

Les édits royaux de 1643 et 1691 précisaient la configuration des poinçons de la façon suivante:

Pour l’étain fin (environ 95% d’étain pur):
- le nom du maître
- sa date de réception à la maîtrise
- un symbole de son choix
- la qualité de l’étain

Pour l’étain commun (environ 90% d’étain pur):
- les initiales du nom et du prénom du maître
- l’initiale de la ville où il exerce
- un marteau couronné

LE POINCON DE CONTROLE

Pour l’étain fin
- l’année de fabrication
- un ou deux F couronnés (pour FIN)
- le nom de la ville

Pour l’étain commun
- l’année de fabrication
- un ou deux C couronnés (pour COMMUN)
- le nom de la ville

Bien entendu, ces réglementations n’ont pas été appliquées en Alsace, en Flandre ni en Franche-Comté, régions qui ne faisaient pas partie du royaume à cette époque.
Et dans le royaume même, les édits sont souvent appliqués de façon approximative.

LE POINCON DE JAUGEAGE

Bien que présentant une infinie variété, les pichets devaient être soumis à un contrôle de leur capacité et marqués, dès lors que leur utilisation était publique. Les cabaretiers, aubergistes, vinaigriers, … garantissaient ainsi que le consommateur n’était pas trompé sur la quantité annoncée. Ces marques qui garantissaient que le pichet faisait «bonne mesure» étaient en général apposées sur le haut du col ou le gobelet des pichets. Les agents chargés de ce contrôle devaient visiter les utilisateurs à intervalles réguliersmais en fait, il est bien rare de constater plusieurs marques de jaugeage sur une même pièce. Le degré d’application de cette réglementation variait également d’un centre à l’autre.
Il faudra une cinquantaine d’années, au Système métrique, pour s’imposer et venir finalement se substituer aux jauges de l’Ancien Régime. Les pichets seront alors remplacés par les séries de mesures volumétriques de forme cylindrique jaugeant du centilitre au double litre, sur lesquelles sont poinçonnées très régulièrement par les contrôleurs du Service des Poids et Mesures, des «lettre-date» attestant de leur bonne conformité.

******************************************************************************************************************ref 20903 JCC



Prix : 700 €
Artiste : Jean-frédéric Auster
Epoque : 19ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : étain
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Art Stannum" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Art Populaire, Autre style"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Art Stannum
Spécialiste des Étains anciens des origines au XX ème s
CRUCHE À LAIT EN ÉTAIN (etain) - LYON, DEBUT XIX ème s.
02 32 57 14 95
06 07 11 20 35


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form