objet vendu

portrait miniature de Philbert de Parseval, vers 1750

portrait miniature de Philbert de Parseval, vers 1750
photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"portrait miniature de Philbert de Parseval, vers 1750"
Miniature des années 1750.
Gouache sur vélin, identifiée au revers.
Portrait de Philbert de Parseval (1696-1766)

Portrait : 2,7x2,4cm
Cadre velours : 8x7,5cm

Philbert I de Parseval est l'auteur de la tige de la branche des fermiers généraux, elle-même issue de la branche de la Chevallerie dont l'auteur fut Pierre I de Parseval. Ayant été anobli par sa nomination à un office de secrétaire du Roi, il était qualifié Ecuyer, Seigneur de la Goubaudière, Frileuse et Gonneville. Il était bourgeois de Paris. Entré dans la magistrature, il fut pourvu en 1721 de l'office de conseiller procureur du Roi aux sièges présidiaux et royaux de Bellême et la Perrière, puis celui de président et, cojointement, de ceux de lieutenant général civil et criminel des mêmes sièges, enfin, en 1740, de l'office de commissaire enquêteur et examinateur du baillage du Perche à Bellême. Peu de temps après, tout en conservant ces différentes charges, il entra dans les finances, où il était attiré par l'intendant Fagon, conseiller d'état, son ami. C'est à ce moment là qu'il acquit deux actions dans la compagnie Charles Adams, qui devint lamanufacture royale de Sèvres. En 1751, il obtint sa nomination à un office de conseiller secrètaire du Roi, Maison, Courone de France et de ses finances. Sous fermier des aides en Lorraine de 1755 à 1757, il devint en 1757, l'un des fermiers généraux de Sa Majesté. Philbert I de Parseval est, à certains points de vue, un des membres marquants de la famille. Les situations qu'il occupa dans les finances lui donnèrent l'occasion d'acquérir très honorablement une assez belle fortune. Par sa nomination à un office de secrètaire du Roi, dont il était encore titulaire au jour de son décès, il passa et fit passer ses descendants du rang des notables dans les rangs de la noblesse héréditaire. Outre le château et la terre de Gonneville et ses divers fiefs du Perche, il possédait une maison de campagne à Suresnes. A Paris, sa résidence la plus fréquente, il habitait l'ancien Hôtel Bignon, fort belle et vaste habitation située à l'angle de la rue des Filles-Saint-Thomas et de la rue Vivienne. Il avait épousé en premières noces à Nogent-le-Rotrou, le 9 septembre 1721, Françoise-Renée Marenne, née à Nogent-le-Rotrou le 31 janvier 1696, morte au même lieu le 23 septembre 1733. Devenu veuf, il épousa en secondes noces, à Paris, le 19 août 1740, Elisabeth-Françoise Ferrand. Elle mourut à Paris, en août 1750. De ces deux unions naquirent onze enfants, dont Pierre et François-Philbert qui poursuivent la branche des fermiers généraux

Voir plus d'objets de cet antiquaire

Antiquités - miniatures

CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Recevez notre newsletter

Galerie Jaegy-Theoleyre
Portraits Miniatures

portrait miniature de Philbert de Parseval, vers 1750
+33(0) 6 76 71 42 76


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form