Ecole Française De La Fin Du 17è Pierre Mignard Et Atelier (1612-1995).portrait De Philippe D’o flag

Ecole Française De La Fin Du 17è Pierre Mignard Et Atelier (1612-1995).portrait De Philippe D’o
Agrandir les 7 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Ecole Française De La Fin Du 17è Pierre Mignard Et Atelier (1612-1995).portrait De Philippe D’o"
Ecole française de la fin du 17è Pierre Mignard et atelier (1612-1995).Portrait de Philippe d’orléans.


Toile de 65 cm par 55 cm

Cadre de 83 cm par 72 cm

Notre tableau représente un portait présumé dePhilippe d’Orléans dit Monsieur frère de louis XIVen 1677 devant Cassel.

La bataille de la Peene, appelée aussi troisième bataille de Cassel, est un épisode majeur des guerres de Hollande (1672-1678). Cette bataille opposa l'armée française aux troupes coalisées des Provinces-Unies, de l'Espagne et de l'Angleterre. Elle a été livrée les 10 et 11 avril 1677 entre Noordpeene et Zuytpeene, deux villages situés sur la rive droite de la rivière Peene Becque, en Flandre, entre Cassel et Saint-Omer, l'enjeu étant la prise de cette dernière ville. La Maison de la Bataille de la Peene relate cet évènement.

La victoire des troupes françaises a permis le rattachement à la France de la ville de Saint-Omer, des châtellenies de Cassel, Bailleul et Ypres, jusque-là possessions du comté de Flandre, et plus largement des Pays-Bas du sud espagnols

Pierre Mignard (1612-1695)

Tout d'abord destiné à la médecine, Pierre Mignard entre en 1624 dans l'atelier du peintre Jean Boucher à Bourges. De retour à Troyes, il travaille chez un sculpteur nommé François Gentil avant de partir pour Fontainebleau - capitale des arts de l'époque - où il étudie Le Primatice, Rosso Fiorentino et Martin Fréminet. Il peint la chapelle du château de Coubert-en-Brie pour le maréchal de Vitry qui le prend sous sa protection et l'emmène à Paris où il devient l'élève de Simon Vouet, et rencontre Charles Le Brun, Eustache Le Sueur et Charles-Alphonse Du Fresnoy avec qui il se lie.

En 1635 il part pour Rome où il rencontre Nicolas Poussin, peut-être le peintre Sassoferrato et Anna Avolara, fille d'un architecte, dont il s'éprend mais qu'il n'épousera qu'en 1660 à la suite d'obstacles divers.

Devenu célèbre à Rome, il est naturellement rappelé en France par Louis XIV en 1657. Sur le chemin de Paris, il rencontre Molière à Avignon chez son frère Nicolas Mignard, dont l'épouse avait hérité d'un des principaux jeux de paume d'Avignon où jouaient les troupes de passage. Les deux hommes deviennent amis et Mignard commence par peindre un portrait de Molière intime (Molière, vers 1658, Chantilly, musée Condé3), d'un esprit éloigné de celui que son frère Nicolas avait peint quelque temps auparavant (Molière (1622-1673) dans le rôle de César, dans « La Mort de Pompée », tragédie de Corneille, 1656, Paris, musée Carnavalet). De son côté, en 1669, Molière composera La Gloire du Val-de-Grâce, un éloge en vers du chef-d'œuvre de Mignard, La Gloire des Bienheureux, fresque ornant le dôme de l'église du Val-de-Grâce à Paris, commandée en 1663 par Anne d'Autriche pour un montant de 35 000 livres. Mignard conservera toute sa vie son amitié à Armande Béjart, veuve de Molière.

Mignard partage sa carrière entre le portrait – notamment auprès de la société aristocratique du royaume – et les grandes compositions décoratives. Il peindra notamment au château de Versailles.

Son chef-d'oeuvre, outre le Val-de-Grâce, est le plafond peint de la galerie du château de Saint-Cloud pour Monsieur, frère de Louis XIV, achevé avant la galerie des glaces de Versailles.

Mignard fut chargé du décor de la chapelle du Baptême de l'Église Saint-Eustache de Paris (1667-1670). Ces peintures étaient le pendant de celles de son rival Charles de la Fosse dans la chapelle des Mariages. Ces peintures furent détruites lors de la construction du nouveau portail.

En juin 1687, il est anobli par le roi qui, en 1690 – à la mort de Charles Le Brun – le nomme son premier peintre, en fait le directeur des manufactures royales et le fait entrer à l'Académie royale de peinture et sculpture au poste de directeur.

Il reste un des plus célèbres peintres classiques français : ami des beaux esprits de son temps (outre Molière, citons La Fontaine, Racine ou Boileau), on lui doit des portraits de Bossuet, de Jacques de Cordon d'Evieu, de la princesse Palatine, de la duchesse de Châtillon, de la comtesse de Fiesque, de Julie d'Angennes, de Mlle de Montpensier, de Mlle de Valois et de la grande-duchesse de Toscane, de Mme de la Sablière, de la duchesse de Brissac, de la duchesse de Ventadour, de Mme de Montespan, de Mme de Maintenon , de Mlle de La Vallière, de Mme de Sévigné, de Mlle de Grignan, de Mlle de Fontanges et de Mme de Tencin. Il a par ailleurs peint dix fois Louis XIV.
Prix : 5850 €
Artiste : Pierre Mignard Et Atelier (1612-1995)
Epoque : 17ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : Huile sur toile
Longueur : 65 cm, 83 avec le cadre
Largeur : 55 cm, 72 avec le cadre
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Ajouter cet objet à votre sélection
Suivre cet antiquaire
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"Galerie PhC" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Tableaux Portraits, Louis XIV - Régence"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
Galerie PhC
Tableaux et Objets d'Art des XVII, XVIII et XIXeme siècles
Ecole Française De La Fin Du 17è Pierre Mignard Et Atelier (1612-1995).portrait De Philippe D’o
+33 6 62 09 89 00


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form