objet vendu

Ecole Anversoise Du XVIIè Siécle Vers 1630-saint Jérôme Et Le Lion.

Ecole Anversoise Du XVIIè Siécle Vers 1630-saint Jérôme Et Le Lion.
photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Ecole Anversoise Du XVIIè Siécle Vers 1630-saint Jérôme Et Le Lion."
Ecole Anversoise du XVIIè siécle vers 1630-Saint Jérôme et le lion.

Huile sur cuivre de 23 cm par 17 cm porte le monogramme CB (entouré de quatre étoile)
Très important cadre de 50 cm par 45 par 11.

Saint Jérôme de Stridon est né vers 347 dans l’actuelle Croatie de parents chrétiens et fortunés. Il meurt en 420 à Bethléem. Après des études à Rome il gagne en 373 la Terre Sainte où il vit en ermite dans le désert de Chalcis en Syrie. Après son ordination à Antioche il regagne Rome en 383 où, secrétaire du pape Damase, il traduit sur sa demande la Bible en latin. A la mort du pape il gagne Bethléem où il fonde un monastère où durant 34 ans il se consacre à traduire en latin les textes grecs et hébreux de l’Ancien et du Nouveau Testament. Cette traduction prendra par la suite le nom de Vulgate. Outre ce travail il polémique, souvent d’une manière excessive, contre les thèses d’autres théologiens de l’époque, tels Jovinien , Origène ou Pelage, dont les partisans brûlent son monastère le forçant à se réfugier à Bethléem. A sa mort ses restes sont enterrés à Jérusalem, puis transférés à Rome dans la basilique sainte Marie Majeure. Il est considéré comme un Père de l’Eglise et le saint Patron des traducteurs et des bibliothécaires.

Saint Jérôme et le lion

La légende dorée raconte l’histoire de la rencontre du saint et du lion. Se promenant dans le désert saint Jérôme se retrouve en face d’un lion qui, au lieu de l’attaquer, se lèche la patte d’un air malheureux.
Saint Jérôme, plein de pitié, retire l’épine qui le blessait. Accompagné du lion reconnaissant, il rejoint son monastère où le fauve jette d’abord l’effroi et la crainte. Mais devant sa douceur et son affection pour le saint, les moines se prennent d’amitié pour le lion et le chargent de garder l’âne du monastère. Mais un jour, le lion revient seul car des bédouins avaient enlevé l’âne. Accusé de l’avoir mangé, le lion subit avec patience et humilité la pénitence qui lui fut infligée, puis disparut. Il retrouva les voleurs, les mit en fuite puis ramena l’âne au monastère mais, épuisé par ses recherches, il expira aux pieds de saint Jérôme

Voir plus d'objets de cet antiquaire

Antiquités - Tableaux religieux

CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Recevez notre newsletter

Galerie PhC
Tableaux et Objets d'Art des XVII, XVIII et XIXeme siècles

Ecole Anversoise Du XVIIè Siécle Vers 1630-saint Jérôme Et Le Lion.
+33 6 62 09 89 00


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form