objet vendu

Guéridon Violoné Signé C. Guillaume Diehl (1811-1885 )

Guéridon Violoné Signé C. Guillaume Diehl (1811-1885 )
photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Guéridon Violoné Signé C. Guillaume Diehl (1811-1885 )"
Rare et élégant table violon marquetée d'écaille rouge de tortue et de laiton gravé à motifs d'arabesques, elle repose sur quatre pieds galbés finissant par des petits sabots rocaille en bronze doré.
La table ouvre un tiroir en ceinture.
Riche ornementation de bronzes dorés et ciselés tels que mascarons, chutes d'angles à figures féminines et lingotière godronnée.

Époque Napoleon III - XIXe siècle
Gravé sur la serrure : Diehl 19.rue Michel Le Compte Paris.
Mesures: Longheur 150cm X Largeur 91cm X Hauteur 78cm

Merveilleusement restaurée à vernis tampon par notre atelier à Florence, accompagné d'un certificat d'authenticité et de qualité de l'article.

Biographie de l'ébéniste:

Né à Steibach en Allemagne en 1811, marié en France à Zoé Philippe Vavaseur, Diehl s’établit à Paris en 1840 et ne sera naturalisé français qu’en 1872.
Il commence sa carrière d’ébéniste au 170 rue saint Martin. Sa boutique se situe alors au numéro 16 de la rue Michel le Comte puis au numéro 21 et enfin 19 de cette même rue. Ses ateliers sont situés au 39 rue st Sébastien et en 1870 ils compteront 600 employés.
Diehl est répertorié pour la première fois dans l’almanach du commerce en 1850.

Cet ébéniste gagne différents prix, en 1855 il obtient la médaille de bronze à l’Exposition Universelle puis une nouvelle fois en 1867. En 1869 il gagne la médaille d’honneur à l’exposition de l’Union Centrale, puis, en 1873, il gagne la médaille du progrès à Vienne.

Sa production :

Champion des styles antiques remis au goût du jour, Diehl ajoute à son savoir faire exceptionnel une science du décor poussée et n’hésite pas à utiliser les éléments les plus coûteux de l’époque : bois rares, bronzes finement ciselés ou tapisseries de grandes manufactures. Son travail est représentatif du rôle considérable de la sculpture dans les meubles de l’époque, on retrouve foule de motifs taillés dans le bois ou modelés dans le bronze : griffes de lions, amours, naïades…

Sa recherche historique est poussée, ce qui l’empêchera de tomber dans les travers du style pastiche. De sa production on dit que « ses petits coffrets, boites à jeux et à gants représentaient une industrie de grande importance à la tête de laquelle la maison Diehl s’est placé ».
Dans les salons, il présente des petits meubles « riches et gracieux » et d’autres monumentaux dans le style de Boulle.
La division du travail fait perdre aux ébénistes toutes initiatives individuelles mais il demeure quelques artisans qui, faute d’assurer l’entière production de leurs meubles, restent très attentifs à la production et au rendu de celles ci, c’est le cas de Diehl.

La diversité du style Napoléon III provoque des travaux de mauvais goût où l’imagination et l’inventivité sont au point mort, mais les ébénistes comme Diehl resteront loin des clichés.

A l’Exposition Universelle de 1855 on dit que son imagination lui permet de « prendre son bien partout où elle le trouve, de faire profit de toutes les idées acquises, de toutes les formes connus et de les grouper harmonieusement »
Il faut aussi retenir de Diehl que son chef ébéniste, Kowallewski, était le meilleur ébéniste de l'époque.

On associera souvent le travail de Diehl à celui de Boulle » tant il s’inspire de l’œuvre de son prédécesseur.
Diehl affectionne particulièrement le bois de rose, de thuya et le bois de loupe en placage ou en massif.

La marqueterie est moins présente que l’application de bronze, du moins elle fait l’objet d’un réel soin. On retrouve régulièrement des marqueteries florales claires sur des meubles foncés, décorations romantiques particulièrement appréciés de la bourgeoisie de l’époque.
L’art du bronze suscite un vif intérêt au 19ème siècle, les meubles de Diehl en sont majoritairement ornés mais il affectionne aussi les plaques de porcelaines, celles ci sont généralement décorées de motifs floraux.

La multiplicité des modèles d’inspiration finit par former un style propre au second empire que Diehl représente particulièrement, les facteurs techniques lui permettent de rendre homogène des styles disparates.

Paiements personnalisés.
Livraison assurés sous notre responsabilité.

Sergio Schina
Antiquaire à Florence

Voir plus d'objets de cet antiquaire

Antiquités - guéridons

CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Recevez notre newsletter

La Corte Degli Ulivi Gallery
Antiquités, Peintures, Horlogerie, huile sur toile, meubles Louis XV

Guéridon Violoné Signé C. Guillaume Diehl (1811-1885 )
+39 (0)55828359
+39 3386233246


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form