objet vendu

Napoléon Bonaparte 1er Consul, Gravure Par Andréa Appiani Et Pierre-Michel Alix

Napoléon Bonaparte 1er Consul, Gravure Par Andréa Appiani Et Pierre-Michel Alix
photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Napoléon Bonaparte 1er Consul, Gravure Par Andréa Appiani Et Pierre-Michel Alix"
« NAPOLEON BONAPARTE 1er CONSUL »

Gravure en couleur par
Andréa Appiani (1754 – 1817) et Pierre-Michel Alix (1762-1817)

1803

Gravure légendée en bas :
« Appiani pinxit – An 11 – 1803. P.M.Alix sculp.t »
« Napoléon Bonaparte 1er Consul »

Gravure du début du XIXème siècle.

Cadre à vue ovale en bois doré à décor de rosaces de la seconde moitié du XIXème siècle.

Dimensions :
Vue : Hauteur 31,2 cm x longueur 27,2 cm.
Cadre : hauteur 43,2 cm x longueur 39,2 cm.

Andréa Appiani (Milan 1754-1817) :

Andréa Appiani étudia à Milan à partir de 1769 à l'école de l'Ambrosiana avec Carlo Maria Juges, au grand hôpital d’anatomie avec Gaetano Monts, puis avec de Giorgi où il étudia les grands maitres italiens Leonard de Vinci, Raphael et Bernardo Luini ; en 1776 il fréquente l’Académie Brera. Il quitta bientôt ses maîtres pour étudier seul, sans autre guide que les chef-d'œuvres de l'Antiquité et de la Renaissance. De 1779 à 1782 il s'occupe de scénographie à Milan avec les frères Bernardino et Ferdinand Galliari et de 1783 à 1784 il est à Florence où il fréquente l'école de Dominique Chelli. En 1789 il reçoit de l'archiduc d’Autriche la commande d’une fresque sur le thème de L'Histoire de l’Amour et Psyché pour le Rond-point des Serres dans la Villa Reale de Monza.
En 1790 et en 1791 il voyage pour étudier à Rome, Parme, Bologne, Florence et Naples, ceci aussi en vue de la réalisation de ses fresques milanaises à Santa Maria presso San Celso, commencées le 10 juin 1793 et terminées en 1795, après celles du Rond-point de la Villa du Grand-duc à Monza, peintes à son retour de Rome vers 1792. De 1795 à 1800 il peint la fresque de l'immeuble milanais Sannazzaro.
Après l'entrée des Français à Milan, le 15 mai 1796, le "Corriere Milanese" décrit son portrait de Napoléon à la bataille de Lodi. À cette même date il est nommé « Commissaire supérieur », chargé de choisir les œuvres d'art lombardes et vénitiennes à envoyer à Paris.
En 1797 il fait partie du Corps législatif de la République cisalpine et il est chargé d'en préparer la Fête Fédérative le 9 juillet 1797. Du retour des Autrichiens à Milan, le 28 avril 1799, au retour de Napoléon, le 2 juin 1800, Appiani travaille très peu ; le 18 octobre 1800 il est nommé à nouveau Commissaire aux œuvres d'art. Le 7 mai 1801 le Journal des débats annonce la venue à Paris du peintre et le 19 mai le gouvernement français le charge, avec Jacques-Louis David, de s'occuper du projet du Forum Bonaparte. Le 4 juin 1801 il est enseignant à l'Académie de la Brera et le 16 janvier 1802 il est nommé Commissaire des Spectacles ; le 17 avril il rédige un inventaire de la collection archiépiscopale, le 3 mars 1811, il choisira 23 peintures qu'ils feront partie, avec d’autres, de la nouvelle Pinacothèque : la Brera, inaugurée le 5 août 1811. Le 16 juin 1802 il est membre du jury dans le Concorso della Riconoscenza; le 12 juillet il écrit un rapport sur les dégradations de la Cène de Léonard de Vinci et le 15 octobre il est membre de l'institut National de la République Italienne ; en janvier 1803 il va à Bologne et à Parme, où il copie les fresques du Corrège dans le Chambre de saint Paul. Le 7 mai 1803 il est membre de la Classe de Littérature et Beaux-Arts de l'Institut de France, le 20 juin il finit, au Palais royal de Milan, les premiers 15 épisodes des Fasti, une série de monochromes à la détrempe commencé en 1801. Le 26 juin 1803 on inaugure l'Arène de Milan, projet d'Appiani, Barbillons et Sanquirico. Le 23 janvier 1804 une commission examine les cartons de l'Apothéose de Napoléon en Jupiter triomphateur et de la Chute des Géants dont Appiani fit la copie d'après Francesco Valentini, et qu’il apporta en cadeau à Napoléon. Le 2 décembre 1804 il est à Paris, pour le couronnement de Napoléon comme empereur des Français et le 26 mai 1805, à Milan, il participe à la cérémonie du couronnement de Napoléon comme Roi d'Italie : deux semaines après, le 7 juin 1805, il est nommé premier peintre du Roi d'Italie.
Le 31 août 1805 Eugène de Beauharnais lui commande la préparation des estampes des Fasti ; le 27 juillet 1806 il est nommé chevalier de la Couronne de Fer par le prince Eugène.
En 1808 sont réalisées les fresques du Palais Royal de Milan, en grande partie détruite pendant la seconde Guerre Mondiale, seules deux œuvres ont échappé à la destruction : l'Apothéose de Napoléon et les quatre Vertus qui sont actuellement à la Villa Carlotta, au Tremezzo, sur le lac de Côme. Le 18 août 1808 Appiani peint dans cette seule année 16 portraits de Napoléon et de la famille Beauharnais ; entre août et septembre 1811 il peint l'Ensemble de poètes dans la Villa Reale de Monza et il rentre à Rome faire partie de l’Accademia di San Luca. En 1812, après la défaite napoléonienne en Russie, il interrompt sa fresque de la Chute des Géants destinée au Palais Royal. Le 28 avril 1813 il est frappé par un infarctus qu'il le laisse paralysé, et lui empêche pour le reste de sa vie de travailler, en laissant inachevées les œuvres pour le Palais Royal. Il meurt dans sa maison milanaise de Corso Monforte en 1817.

Pierre-Michel Alix (Paris 1762-1817) :
Pierre-Michel Alix est un graveur français, élève de Jacques-Philippe Le Bas. Il est surtout connu pour ses portraits de figures de la Révolution française et du Premier Empire.
Un des spécialistes de l'estampe en couleur, il est l’auteur de nombreuses illustrations de la vie parisienne et de la mode de son temps, mais aussi de caricatures. Il a réalisé des estampes de voltaire, Helvétius, Buffon et Jean-Jacques Rousseau (1791).
Il est également l’auteur de représentations de figures de la Révolution française. Ainsi, en 1789, il réalise dix-huit estampes de membres de l’Assemblée nationale constituante, notamment Mirabeau, l'Abbé Grégoire, ou Antoine Barnave, publiées par Levacher de Charnois. Il a aussi portraituré Marat, le général Custine, le général Dumouriez, Antoine Lavoisier ou Charlotte Corday. Mais on connaît surtout ses portraits des enfants-héros Joseph Bara et Joseph Agricol Viala, que la propagande révolutionnaire a largement contribué à diffuser.
Sous le Directoire et le Consulat, il se tourne plutôt vers les sujets historiques et inspirés de l'Antiquité classique. Il réalise également des estampes représentant Benjamin Franklin (1795), le général Hoche, le général Augereau (1797), le général Bonaparte à l'armée d’Italie (1798), le général Kléber à la tête de l'armée de Sambre-et-Meuse (1798), le général Berthier au pont de Lodi (1798), le général Bernadotte, le Premier Consul (1803) et les trois consuls (Bonaparte, Cambacérès et Lebrun).
En 1815, il réalise une estampe de Louis XVIII d'après un tableau de Pasquier et un « Retour du roi le 8 juillet 1815 » d'après Martinet.
Nombreuses œuvres de Pierre-Miche Alix sont conservées au Cabinet des estampes de la Bibliothèque Nationale et au Musée Carnavalet.



Voir plus d'objets de cet antiquaire

Antiquités - gravures - estampes

CONTACTER L'ANTIQUAIRE
Recevez notre newsletter

DESARNAUD
Spécialiste 1ère moitié du XIXème siècle : tableaux, dessins, objets d'art

Napoléon Bonaparte 1er Consul, Gravure Par Andréa Appiani Et Pierre-Michel Alix
06 95 56 02 98


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form