Trois-mats Denlles, Gravure d'Après Antoine Roux (1765-1835) flag

Trois-mats Denlles, Gravure d'Après Antoine Roux (1765-1835)
Agrandir les 8 photo(s) supplémentaires.

Description de l'antiquité :

"Trois-mats Denlles, Gravure d'Après Antoine Roux (1765-1835)"

LIQUIDATION TOTALE AVANT FERMETURE

Ancien prix: 280 €
Nouveau prix: 180 €
Expédition en colissimo recommandé pour la France 20 €
Livraison gratuite possible sur Paris et proche banlieue.



D’après Antoine Roux (1765-1835).

«Trois-mâts Denlles»


Gravure en couleur.

Milieu du XXème siècle.

Cadre baguette en bois doré du XIXème siècle.

Dimensions cadre compris:

Longueur52,5 cm x hauteur 40,5 cm.

La famille Roux a compté de nombreux peintres de marines.
En mai 1708 un jeune homme de 26 ans quitte sa maison natale de Martigues pour s’installer avec sa jeune épouse, Magdeleine Sénéquier, à Marseille. Il se nomme Joseph Roux et va ouvrir sur le port une échoppe d’hydrographe, réalisant des cartes marines, des plans de ports et de rades, et des roses de compas à l’aquarelle, ouvrant ainsi la voie aux trois générations suivantes de Roux hydrographes-peintres de marines.
Son fils, Joseph Roux, son petit fils Ange-Joseph Antoine et ses quatre arrières petits enfants Mathieu-Antoine, Ursule-Joséphine, François Joseph Frédéric et François-Geoffroi, vont ainsi développer la boutique familiale tout en s’adonnant au dessin et à la peinture de portraits de navires qui font aujourd’hui encore leur renom.

Ange-Joseph Antoine Roux (1765 – 1835): le créateur du «portrait de navire» français.

Le jeune homme, que l’on nomme plus simplement Antoine, va passer son enfance dans la boutique et sur le quai du port où il s’imprègne des odeurs, des bruits et des vues du port et des navires à quai. Très tôt il entend son père discuter dans la boutique avec des marins qui parfois lui permettent de s’aventurer sur les ponts de leurs navires où il découvre la variété des espars, gréements, manœuvres et poulies; bientôt les différences entre un brick, une goélette, une corvette, une flûte, un lougre, n’ont plus de secrets pour lui pas plus que les différents pavillons des navires. Parfois même des amis ou relations de sa famille l’emmènent à bord pour une sortie en mer où il découvre les effets du vent dans la voilure, les allures, les changements de la mer.
Parallèlement Antoine s’initie au dessin et aux différentes techniques de l’huile, de la gouache et de l’aquarelle. La famille Roux possédant à Endoume, alors vieux village sur la côte Sud de Marseille (Aujourd’hui 7e arrondissement) un «cabanon» au bord de la mer, c’est à cet endroit qu’Antoine va remplir de nombreux carnets de croquis au crayon, à la plume, parfois aquarellés, représentant des matelots au travail, des vues du port, des barques échouées, des détails de navires.
En 1789, la famille n’ayant pas les idées révolutionnaires, va s’exiler quelques temps en Italie où Antoine va rencontrer des peintres qui lui donneront des conseils de technique picturale. De retour en France sous le Directoire, notre homme va alors se consacrer à son art en répondant aux demandes de tableaux qui commencent d’affluer, renommée aidant, dans sa boutique.
On considère qu’il fut alors le créateur en France d’un nouveau genre de peinture: le «portrait de navire». Le succès est immédiat. Outre des reconstitutions de combats navals, les armateurs, capitaines et matelots lui commandent des reproductions de leurs navires, représentés le plus souvent quittant le port de Marseille.
La réputation d’Antoine Roux est très grande: les capitaines français et étrangers n’hésitent pas à faire même un détour par Marseille pour lui demander un portrait de leurs navires. À partir de 1806 et pendant le blocus continental, les succès remportés par les corsaires marseillais lui apportent une nouvelle clientèle: ceux-ci voulant immortaliser leurs combats et leurs victoires lui demandaient d’en peindre les tableaux. La guerre anglo-américaine de 1812 vint aussi lui fournir les sujets de combats navals dont les capitaines américains voulaient conserver le souvenir peint. Les collections des musées américains de Salem et de Seaport témoignent du succès des tableaux d’Antoine Roux.
Bientôt aussi les marins ayant échappé à une infortune de mer vont lui commander des ex-voto représentant leur navire pris dans la tempête ou faisant naufrage. Beaucoup de ces ex-voto marins peints sont exposés dans des chapelles de la côte méditerranéenne: Notre Dame de la Garde à Marseille, Notre Dame de la Garoupe à Antibes ou Sainte Anne à Saint Tropez par exemple.
Antoine Roux a continué à peindre jusqu’à sa mort à 70 ans, lors de l’épidémie de choléra de 1835 à Marseille. Au total sa production est considérable et il fut sans doute le plus prolifique de la famille. Il laisse quatre enfants dont trois garçons qui vont s’illustrer eux aussi dans les portraits de navires.




Prix : 280 €
Artiste : D'après Antoine Roux (1765-1835)
Epoque : 20ème siècle
Etat : Très bon état

Matière : Papier
Longueur : avec cadre 52,5 cm
Hauteur : avec cadre 40,5 cm
CONTACTER L'ANTIQUAIRE
wait...
Voir la galerie de cet antiquaire
Imprimer fiche

"DESARNAUD" Voir plus d'objets de cet antiquaire

"Gravures - Estampes, Empire - Consulat"

Antiquités similaires sur Proantic.com
Recevez notre newsletter
DESARNAUD
Spécialiste 1ère moitié du XIXème siècle : tableaux, dessins, objets d'art
Trois-mats Denlles, Gravure d'Après Antoine Roux (1765-1835)
06 95 56 02 98


*Un message de confirmation vous sera envoyé par info@proantic.com Vérifiez votre messagerie y compris le "Courrrier Indésirable"

Thank you! Your submission has been received!

Oops! Something went wrong while submitting the form